La perspective de croissance et de multiplication

Jésus est le modèle à suivre en matière de formation de disciples
La première cellule d'évangélisation était composée d'un leader et de douze disciples.

On ne peut pas parler ici de source explicite, mais de source inchoactive, c’est-à-dire en germe et porteuse d’une réalité totalement novatrice, pourtant bien enracinée dans le terreau biblique. Déjà, nous pouvons mesurer l’impact nouveau de l’expérience du SCPÉ à travers l’originalité de l’évangélisation de l’oïkos et de la vie cellulaire. Dans la théologie pastorale catholique, ces deux réalités sont peu approfondies et explorées. Elles ouvrent pourtant à un potentiel étonnant de renouveau pour nos communautés ecclésiales. Ces deux réalités représentent un défi pour les milieux chrétiens habitués à un style de vie pastorale conventionnel. Le changement proposé implique même, n’ayons pas peur de d’utiliser l’expression, une « conversion pastorale ». Mais, c’est dans le domaine de la « formation de disciples » que l’expérience évangélisatrice du SCPÉ nous conduit à des changements encore plus profonds.

Cette conception biblique et évangélique peut se déployer à merveille dans le contexte des églises cellulaires. Nous sommes habitués à situer la formation de disciples dans le contexte (1) du modèle de la « prédication » ou (2) du modèle des « programmes » (catéchétiques, académiques ou autres).Mais l’évangélisation relationnelle de l’oïkos et l’expérience cellulaire font émerger deux autres modèles complémentaires entre eux et avec les précédents, pour que le chrétien atteigne toute sa maturité et devienne lui-même un disciple accompli, capable de former d’autres disciples selon le mandat missionnaire de Matthieu 28, 19 (« Formez des disciples… », trad. litt.). Nous parlons alors: (3) du modèle qui comprend la formation comme un « processus » (il est nécessaire d’avoir une vision globale de la formation du disciple à travers des étapes qui s’intègrent dans un processus intégral) et (4) du modèle « relationnel d’accompagnement » du disciple (il est nécessaire, dans un contexte communautaire et cellulaire, d’accompagner les personnes individuellement sous forme de parrainage, comme Jésus lui-même l’a fait avec ses disciples).  

On peut donc affirmer que, dans le Manuel de Base (MB), ces nouveaux modèles de formation sont plutôt inchoactivement en état d’émergence et représentent un potentiel extraordinaire. L’avenir nous permettra de dire si effectivement, dans le contexte cellulaire, la formation des leaders de cellules doit se situer dans la perspective plus large et englobante de la formation de disciples. Actuellement, nous pouvons affirmer ce constat du point de vue des recherches internationale: les modèles cellulaires qui se concentrent sur cet objectif et sur des pédagogies cohérentes avec ces deux derniers modèles de formation connaissent une croissance fulgurante et exponentielle, plus rapide que celle connue par la communauté de Paul Yonggi à Séoul. Le MB, dans sa toute dernière version, peut difficilement faire état de cette réalité pour deux raisons: 1- le chantier de réflexion sur cette question est trop récent, même s’il mérite une attention particulière; 2- ce chantier exige un certain recul pour accueillir, dans l’expérience cellulaire actuelle, des données nouvelles et trop nombreuses. 

Ce texte est extrait du Manuel de base – Formation des leaders du Système des Cellules Paroissiales d’Évangélisation. ACHETER LE MANUEL
Series Navigation<< L’évangélisation relationnelle de l’oïkosLe mouvement pour la croissance de l’Église >>
Mario Saint-Pierre
A propos Mario Saint-Pierre 12 Articles
Le Père Mario St-Pierre est prêtre et théologien

Soyez le premier à commenter