La reconnaissance ecclésiale de la cellule

Deuxième défi pastoral d'implantation du SCPÉ

petits groupes de prière
L'expérience cellulaire, qui consiste à se réunir au Nom de Jésus pour vivre, à son exemple, le dynamisme vital de l'évangélisation, devrait être considérée comme totalement ecclésiale, tant sur le plan théologique et théorique que sur le plan d'une expérience pastorale authentique. Source photo: echooo.fr

L’expérience de la cellule ou de tout groupe chrétien est reconnue d’un point de vue théorique et théologique. Qui oserait contester cette affirmation? Personne ne peut contredire la valeur des petits groupes de personnes qui se réunissent au nom de leur foi chrétienne. Cependant, du point de vue de la pratique pastorale et dans la conscience d’un très grand nombre de pasteurs, cette expérience est considérée comme n’ayant pas de valeur ecclésiale et sacramentelle. On ne sent pas le besoin et la nécessité d’intégrer les petits groupes à la vie et à la croissance de la communauté. On ne voit pas comment des petits groupes, voire des cellules d’évangélisation, pourraient jouer un rôle essentiel dans le dynamisme global de la croissance de la communauté. Nous le répétons: théoriquement, cela n’est sans doute pas remis en question mais, dans la pratique, les pasteurs ne voient pas un grand intérêt à consacrer temps et énergie à une pastorale de petits groupes intégrés à la vie de la grande communauté. On cherche plutôt à investir dans les grands ensembles, dans les grands projets, dans les évènements de masse, en pensant que la croissance ecclésiale démontrent bien que l’existence de plus petits ensembles, de petits groupes ou cellules intégrés à la vie de l’assemblée ecclésiale est un facteur significatif et très fécond du développement (qualitatif et quantitatif) de la communauté. 

Le Christ Jésus a pourtant affirmé dans l’évangile selon saint Matthieu: « Car, là où deux ou trois se trouvent réunis en mon nom, je suis au milieu d’eux » (Mt 18, 20). Cette seule affirmation de Jésus, dans un contexte où il exprime les règles de vie en communauté, devrait suffire pour justifier la valeur ecclésiale et le statut sacramentel des petits groupes. L’expérience cellulaire, qui consiste à se réunir au Nom de Jésus pour vivre, à son exemple, le dynamisme vital de l’évangélisation, devrait être considérée comme totalement ecclésiale, tant sur le plan théologique et théorique que sur le plan d’une expérience pastorale authentique. Cela allait de soi chez les premiers chrétiens. Dans les Actes des Apôtres, Luc ne cesse de montrer comment la maison est un lieu ecclésial (cf Ac 2, 2; 10, 2.6.17.22.30.32; 11, 11-14; 12, 12; 16, 14-15; 16, 29-34; 17, 5-7; 18, 7-8; 21, 7-8; veuillez noter que, dans les différentes Bibles françaises, on ne traduit pas toujours le mot oïkos par « maison » mais par « chez lui », « dans sa famille », etc.). Il insiste aussi sur le nécessaire équilibre ecclésiologique entre l’assemblée et la maison (cf Ac 2, 46; 5, 42; 20, 20) pour vivre et exprimer sa foi. Chez Paul, l’utilisation d’une expression bien typée, dans quatre salutations épistolaires, indique comment le petit groupe de chrétiens est un lieu authentiquement ecclésial: « saluez aussi l’Église [qui s’assemble] dans leur maison » (Rm 16, 5, trad. litt.; cf. égal. 1 Co 16, 19; Col 4, 15; Phm 2). Le SCPÉ ne fait que renouveler, dans un contexte nouveau et d’une manière vivante, cette réalité de l’Église néo-testamentaire engagée dans l’évangélisation. 

Ce texte est extrait du « Manuel de Base – Formation des leaders du SCPÉ », paru aux Éditions Néhémie. CLIQUEZ ICI POUR L’ACHETER
Imprimer
Mario Saint-Pierre
A propos Mario Saint-Pierre 12 Articles
Le Père Mario St-Pierre est prêtre et théologien

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire