Mes défauts: obstacle à l’évangélisation de mes proches

SOURCE: Clip "Préparez le chemin du Seigneur" (Youtube)
Cet article est numéro 3 d'une série de 9 Surmonter les obstacles à l'évangélisation

Résumé: Mes défauts: obstacle à l’évangélisation de mes proches. Pour surmonter cet obstacle, il nous faut manifester l’Amour de Dieu à nos proches non pas tout d’abord par des paroles, mais par des gestes d’attention et de service.

Quelques fois, je me dis : « Qui suis-je pour essayer d’évangéliser ma famille, moi qui suis si imparfait ? Mes défauts font obstacle à l’évangélisation de mes proches qui connaissent très bien mes limites. C’est pourquoi je ne suis pas crédible pour eux quand j’essaie de les évangéliser. D’ailleurs, je ne sais pas quoi leur dire ou comment m’y prendre pour partager ma foi avec eux. »

Cet obstacle à l’évangélisation de nos familles est très largement répandu. Jésus lui-même a dû le surmonter : «  Sorti de là, Jésus se rendit dans son lieu d’origine, et ses disciples le suivirent. Le jour du sabbat, il se mit à enseigner dans la synagogue. De nombreux auditeurs, frappés d’étonnement, disaient : « D’où cela lui vient-il ? Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée, et ces grands miracles qui se réalisent par ses mains ? N’est-il pas le charpentier, le fils de Marie, et le frère de Jacques, de José, de Jude et de Simon ? Ses sœurs ne sont-elles pas ici chez nous ? » Et ils étaient profondément choqués à son sujet. Jésus leur disait : « Un prophète n’est méprisé que dans son pays, sa parenté et sa maison. » Et là il ne pouvait accomplir aucun miracle ; il guérit seulement quelques malades en leur imposant les mains. Et il s’étonna de leur manque de foi. Jésus parcourait les villages d’alentour en enseignant. » (Marc 6, 1-6)

Jésus nous dit « qu’un prophète n’est méprisé que dans son pays, sa parenté et sa maison. » et cela est toujours vrai aujourd’hui. Car les gens ont beaucoup de mal à reconnaître les signes de l’Amour de Dieu qui se fait proche et se donne à eux. Ainsi, ils ont de la difficulté à croire que Dieu puisse se manifester à eux dans leur vie quotidienne à travers les personnes de leur entourage. Mais c’est justement cela la bonne nouvelle de l’évangile : « Car Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle. » (Jean 3, 15). Ainsi, « évangéliser » signifie que l’on veut manifester et donner l’Amour de Dieu à ceux et celles qui vivent avec nous et que nous rencontrons au jour le jour.

Pour surmonter cet obstacle, il nous faut respecter les règles élémentaires du processus de l’évangélisation qui nous disent que nous devons tout d’abord manifester l’Amour de Dieu non pas en paroles mais en actes bien concrets et en services généreux. Or, la difficulté de manifester l’Amour de Dieu aux membres de notre famille consiste justement à montrer que les gestes d’amour que nous leur prodiguons ne viennent pas simplement de nous-mêmes et qu’ils ne s’expliquent pas seulement par notre lien familial ou notre amitié humaine mais qu’ils prennent leur source dans l’Esprit Saint, l’Esprit d’Amour de Dieu. Mais toute la question est de savoir comment y arriver ?

A notre avis, il est très important que nous sachions saisir chaque occasion qui se présente à nous. Or, la meilleure occasion où nous nous devons de manifester l’Amour de Dieu, c’est quand notre frère ou notre sœur a le cœur ouvert et qu’il ou elle sollicite notre aide. C’est à ce moment que nous devons délaisser tous nos autres engagements pour nous mettre résolument à leur service de manière gratuite et inconditionnelle comme le ferait le Seigneur Jésus lui-même. Car comme le dit le dicton populaire : « il faut battre le fer quand il est chaud », nous devons déployer toutes nos énergies et tous nos talents afin de les mettre au service de nos frères et sœurs spécialement lorsque ceux-ci ont besoin de nous. Alors, la joie et l’enthousiasme que nous aurons eu en leur rendant un service important à leurs yeux pourront peut-être susciter en eux un questionnement ou une interpellation pour approfondir notre relation fraternelle et ainsi, peu à peu leur faire découvrir la source et le fondement de nos relations fraternelles d’amour et d’amitié : Jésus Christ. Certes, nous ne devons pas nous attendre à avoir des résultats miraculeux après une seule tentative. Mais soyons assurés que chaque service rendu avec la joie et l’enthousiasme de l’Amour de Dieu est une semence d’évangélisation efficace qui portera du fruit en son temps.

D’autre part, nos limites et défauts personnels constitueront toujours un obstacle et un frein à l’évangélisation de nos proches. Mais sachons que nous ne devons pas attendre d’avoir éliminé tous nos défauts avant de commencer à évangéliser les membres de notre famille et nos amis les plus proches. Sinon, nous ne commencerions jamais à évangéliser. Le Seigneur n’a pas appelé les apôtres parce qu’ils n’avaient pas de limites ou de défauts personnels. Car c’est à travers des hommes remplis d’imperfections qu’il désire que sa Gloire puisse rayonner. Ainsi, c’est surtout à travers la conversion des évangélisateurs à l’Amour de Dieu qui fait en sorte qu’ils peuvent se détacher d’eux-mêmes pour se donner gratuitement à Dieu et aux autres que les gens pourront comprendre que Dieu est présent, qu’il transforme nos vies et nous sauve. Alors, le message que nous devons porter à ceux qui nous sont proches et qui s’interrogent concernant les changements qu’ils peuvent constater en nous, est : « Vois, moi qui auparavant étais incapable de penser aux autres de manière gratuite, maintenant, grâce à ma conversion à l’Amour de Jésus, je peux maintenant me donner aux autres en leur rendant service avec joie et enthousiasme et cela me rend heureux !» Voilà donc une excellente façon d’évangéliser nos proches, c’est-à-dire, de faire connaître et aimer Jésus à ceux que nous aimons par le témoignage de notre joie d’aimer et par le don généreux du service.

En conclusion, voici ce que le Pape François disait dans son Encyclique Evangelii Gaudium: 

« Dans tous les cas, nous sommes tous appelés à offrir aux autres le témoignage explicite de l’amour salvifique du Seigneur, qui, bien au-delà de nos imperfections, nous donne sa proximité, sa Parole, sa force, et donne sens à notre vie. Ton cœur sait que la vie n’est pas la même sans lui, alors ce que tu as découvert, ce qui t’aide à vivre et te donne une espérance, c’est cela que tu dois communiquer aux autres. » (#121)

Pour le partage en petit groupe :

  • A la suite de ce texte, qu’est-ce qui monte dans mon cœur ?
  • Est-ce que je reconnais ma difficulté à évangéliser mes proches ?
  • Comment ai-je essayé de la surmonter ?
  • Quel moyen me semble le plus adapté pour moi ?
Imprimer
Gérald Lajeunesse
A propos Gérald Lajeunesse 175 Articles
Le père Gérald Lajeunesse est prêtre et membre de la Congrégation des Oblats de la Vierge Marie (omv). Il est curé de la Mission italienne San Domenico Savio, à Montréal.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire