Aimer son oïkos

aimer son oïkos
Cet article est numéro 1 d'une série de 6 Le processus d'évangélisation selon le SCPÉ

Fais de ta maison Une auberge qui accueille ♫
Et reçois les gens…simplement, comme ils sont,
Où sans distinction, Tu fais place à qui le veuille,
♫ Recueillant leurs peines et leurs questions

Dans le Livre des Actes des Apôtres, au chapitre 10, on trouve un récit un peu surprenant.  On voit Pierre en prière.  Et voilà que dans sa prière survient une vision, et il voit tous les animaux de la terre descendre du ciel dans un filet et venir se poser sur la terre.  Et une voix lui dit : « Pierre, tue et mange ».  Et alors Pierre répond « Jamais Seigneur, aucun aliment impur n’est entré dans ma bouche ».  On sait que, pour les Juifs, il y a certains animaux qui sont considérés comme purs, on peut les manger, d’autres sont considérés comme impurs on ne peut pas les manger.  Et alors la voix reprend : « Ce que moi j’ai déclaré pur, toi, ne vas pas le déclarer impur ».  Et cette vision se reproduit trois fois de suite.  Dans les versets suivants on va comprendre le sens de cette vision: des envoyés d’un centurion romain appelé Corneille viennent chercher Pierre, et lui disent : notre maître le centurion Corneille veut que tu viennes chez lui pour lui annoncer les paroles du salut.  Et voilà que Pierre arrive chez Corneille, et Corneille a réuni ses amis, sa famille, sa maisonnée, ce qui est traduit en grec par le mot Oïkos. Donc, il a réuni ces gens.  Et tous ces gens, ce sont tous des païens, et ce sera la première fois que Pierre ira prêcher la Bonne Nouvelle chez les païens, chez des gens qui ne sont pas des Juifs.  Donc, chez des gens qui sont considérés par les Juifs, comme des gens impurs.

Alors Pierre, puisqu’il se rappelle la vision du Seigneur, commence à annoncer la Parole du salut, et voilà que, pendant qu’il prêche, l’Esprit Saint descend dans le cœur de tous ces gens et les envahit tout entier, et là ils se mettent à parler en langues et à dire des paroles de prophéties, etc.  Et Pierre devant ce prodige s’exclame : « Qui pourrait empêcher de baptiser ces gens qui, comme nous, ont reçu l’Esprit Saint! »  Et plus tard, quand il va aller à Jérusalem, les Juifs vont lui reprocher d’être entré dans la maison des païens.  Et là Pierre devra leur expliquer la vision qu’il avait eue, la Parole du Seigneur, et là c’est l’émerveillement parce que l’Évangile se répand dans le monde entier.

Alors, cet épisode est pour nous extrêmement important.  Important pour deux choses, d’une part pour comprendre ce mot, qui est important dans les Cellules d’Évangélisation, le mot Oïkos. Si on avait la traduction grecque de ce chapitre, le mot Oïkos apparaît plusieurs fois pour décrire toutes les personnes qui sont proches du centurion Corneille et qu’il a invitées dans sa maison pour entendre l’Évangile du Salut.  Notre Oïkos, c’est l’ensemble des personnes que l’on côtoie.  Et en fait, on découvre que notre Oïkos s’élargit même à l’Oïkos des autres, s’élargit à toute sorte de personnes que l’on peut côtoyer sur notre route.

Mais surtout, ce sur quoi je veux attirer votre attention aujourd’hui, c’est l’invitation qui nous est faite à ne pas mettre de barrière.  Nous sommes invités à aimer profondément, au nom de Jésus et à la manière de Jésus, toutes les personnes qui font partie de notre oïkos, c’est-à-dire toutes les personnes que nous côtoyons dans notre vie quotidienne.  C’est le début de l’évangélisation, le début du processus de l’évangélisation, commence par un acte d’amour envers toutes les personnes qui sont sur ma route et qui seront sur ma route.  Cet acte d’amour, c’est un acte de foi. J’aime ces personnes parce que je crois que, si elles sont là, c’est le Seigneur qui les a mises sur ma route, c’est Dieu qui les a mises sur ma route. Et, parce que je crois en Dieu, alors j’aime ces personnes.

Alors on est invités aujourd’hui à un exercice spirituel tout simple.  Au cours des jours qui viennent, vous êtes invités à vous arrêter dans la prière, à faire silence, et là, à laisser votre cœur être habité par le nom, par la présence, le souvenir de toutes les personnes qui font partie de votre oïkos.  Toutes les personnes que vous côtoyez, les gens de votre famille que vous côtoyez, des voisins, des collègues de travail ou d’activités, des amis, toute sorte de monde qui sont dans votre vie.  On le fait de manière globale, c’est-à-dire qu’on s’arrête, et on prend le temps de regarder un peu toutes ces personnes, mais on accueille chacune de ces personnes dans notre cœur. On prend le temps pour accueillir chacune des ces personnes.  Et là, à chacune de ces personnes qui viennent dans mon cœur, je regarde quel sentiment monte en moi lorsque je pense à cette personne-là. Quel sentiment monte en moi, le sentiment, c’est quelque chose qui vient spontanément, ce n’est pas quelque chose qu’on a programmé.  On peut dire : il faut, il faut aimer les personnes, il faut être bon, etc, mais avant le « il faut », il y a quelque chose qui vient en moi spontanément.  Quand je pense à telle personne, qu’est-ce qui monte en moi spontanément?

Types de prière pour les membres de mon oïkos en fonction du sentiment qui émane

Et à partir de ce sentiment, il y a trois types de prières que je peux faire.  Donc je peux faire une prière d’action de grâce. Spontanément, si en pensant à telle personne, je m’émerveille, je me réjouis, cela m’apporte la joie, c’est merveilleux de côtoyer telle ou telle personne, bien je rends grâce au Seigneur. 

Il y aura, bien sûr, la prière d’intercession. Pour chacune des personnes, vous serez invité à intercéder, à prier pour cette personne là.  Dans le prochain enseignement, nous nous arrêterons à la prière d’action de grâce et à la prière d’intercession.

Et pour aujourd’hui, j’aimerais qu’on s’arrête à la troisième forme de prière, qui est la prière de contrition.  J’aimerais aujourd’hui qu’on s’arrête surtout à celle-là.  Il se peut que lorsque je pense à telle ou telle personne, les sentiments qui montent en moi ne sont pas des sentiments qui invitent à la charité, mais qu’il y a un refus.  Montent en moi des jalousies, des colères, des impatiences, une tristesse; montent en moi des jugements, des préjugés, le désir de m’éloigner de cette personne-là, de la mettre hors de ma vie, quelque chose de désagréable.  Un peu comme Pierre qui, dans sa vision, faisait une distinction entre les animaux purs et les animaux impurs, et là le Seigneur lui dit : « Moi, ce que j’ai rendu pur, tous les animaux de la terre sont purs, ne vas pas les déclarer impurs.  Cette personne-là, qui a jailli de mes mains, qui est ma créature, que j’aime profondément, toi, ne vas pas la rejeter, ne vas pas la considérer comme infâme, comme mauvaise, puisque elle est aimée profondément de mon cœur qui l’a créée. »

Alors on entre dans un mouvement de contrition, c’est-à-dire que lorsque, par rapport à une personne, une personne suscite en moi des mouvements de répulsion, des sentiments négatifs, c’est un appel à la conversion pour moi, je l’ai partagé souvent avec vous.  Lorsque on a de la difficulté avec une personne, souvent notre premier mouvement intérieur c’est d’accuser l’autre, c’est de sa faute, c’est sa faute si je m’impatiente, c’est sa faute si je suis en colère, c’est de sa faute.  Il peut y avoir de sa faute, bon, c’est possible, cette personne va se retrouver devant le Seigneur.  Mais, pour ce qui me concerne moi, ce sentiment mauvais qui monte en moi par rapport à une personne, est un appel à ma conversion.  Il y a quelque chose en moi qui a besoin d’être convertie, cela aussi on en a déjà parlé ensemble.

Conclusion

Alors pour aujourd’hui, je vous invite tout simplement, lorsque je m’aperçois que par rapport à une personne, j’ai des difficultés à l’aimer, alors j’élève mon regard, j’élève mon regard vers le Père, le Père qui aime chacun de ses enfants.  Et là j’épouse le cœur du Père pour apprendre à aimer cette personne-là, comme le Père l’aime, comme le Père la voit, comme le Père l’a créée, elle a été créée par le Père, elle est aimée du Père.  J’élève mon regard vers Jésus, le Sauveur. Jésus a donné sa vie pour cette personne-là.  Et là je me laisse habiter par le cœur de Jésus, le cœur rédempteur de Jésus, Jésus a donné sa vie pour elle, Jésus l’aime profondément.  Et j’essaie de laisser mon cœur être habité par l’amour que Jésus a pour cette personne.  J’élève mon cœur vers l’Esprit Saint, l’Esprit Saint est en train de travailler le cœur de cette personne, et le même Esprit Saint est en train de travailler mon cœur.  L’Esprit qui a été donné, comme lorsque Pierre a parlé à Corneille et à son oïkos, l’Esprit Saint est descendu sur eux, l’Esprit Saint est en train de travailler.  Et c’est important parce que dans toute la mission d’évangélisation, il faudra croire que l’Esprit Saint est à l’œuvre dans le cœur des personnes.  J’élève mon regard vers le plan de Dieu, le plan de salut de Dieu. Dieu a un plan de salut.  Si cette personne est méchante, a besoin d’être convertie, Dieu un plan de salut pour elle et je fais partie du plan de salut de Dieu.  À travers moi le Seigneur veut aimer cette personne et lui partager son amour et la sauver. Voyez?

Exercice

Alors, on est invité à vivre simplement ce petit exercice cette semaine.  Je laisse chacune des personnes de mon oïkos habiter mon cœur.  Et pour cette semaine, je m’arrête plus spécialement aux personnes qui suscitent en moi des mouvements négatifs, des sentiments négatifs, et j’en fais, j’en reçois un appel à me convertir.

Moi, je vous bénis dans cet exercice spirituel que vous vivrez, au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. Amen !

♫ Fais de ta maison  Comme un havre où tu pardonnes…♫
Les bras grands ouverts, au retour d’un enfant,
Où sans condition, Ta tendresse lui redonne
♫ Le courage d’aller de l’avant ! ♫

Pour approfondir l’enseignement

  • Qui fait partie de mon oïkos ?
  • Comment est-il possible d’aimer toutes les personnes de mon oïkos ?
  • Comment est-ce que je vivrai l’exercice proposé cette semaine ?

Pour aller plus loin cette semaine

  • Je médite sur l’expérience de Pierre qui a ouvert son cœur à toute l’humanité : Acte des apôtres, les chapitres 10 et 11.

Je prends le temps de vivre l’expérience proposée.  Je peux aussi la reprendre chaque jour en accueillant dans mon cœur les personnes rencontrées au cours de la journée.

Le processus d'évangélisation des Cellules Paroissiales d'Évangélisation
Le processus d’évangélisation des Cellules Paroissiales d’Évangélisation
Series NavigationAimer en expliquant >>

2 Rétroliens / Pings

  1. Aimer en expliquant - Évangéliser.net
  2. Quel est ton rêve ou ton désir profond pour ta vie? Les C.P.E peuvent t'aider à le réaliser. - Évangéliser.net