L’identité chrétienne manifestée

Homélie pour le 5ème dimanche du Temps ordinaire, Mt 5, 13-16

Source image: Clip: Seigneur à qui irions-nous : 04 Jésus est Dieu

Introduction : L’identité…

… missionnaire de la paroisse S. Louis

Chers frères,

Une quinzaine de paroissiens des paroisses de la Picardie, dont cinq de notre paroisse, sont allés à Fontainebleau suivre une session de 72h environ, intitulée : « Oser une paroisse missionnaire ». La paroisse Saint Louis de Fontainebleau compte 50 « cellules paroissiales d’évangélisation » et tous les services paroissiaux sont orientés vers l’évangélisation. Chaque paroissien se sait « disciple missionnaire » et connaît par cœur le mandat missionnaire de Jésus : « Allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, et leur apprenant à observer tout ce que Je vous ai prescrit. » (Mt. 28, 19)

… familiale de la paroisse S. Louis

Le lundi 30 janvier au soir, les 150 participants à cette session (dont une trentaine de prêtres) étaient invités à une réunion de cellule. A l’unanimité, (les prêtres en ont témoigné lors d’un repas pris ensemble), les invités ont été saisis par la simplicité, la chaleur de l’accueil, la fraternité. Chacun se sentait « en famille ». « Voyez comme ils s’aiment », (Tertullien, Apologétique 39,7) aurait pu dire un témoin extérieur.

… saline de la paroisse S. Louis

Dans la cellule où j’ai été invité, un certain Philippe venait, en retard, avec un accoutrement original et un panier plein de provisions. Il disait ne pas croire, mais il priait avec tous. Au moment du « Notre Père », il interrompt la prière et demande : « Mais qu’est-ce que cela veut dire : “Que ton règne vienne“ » Avant même que les spécialistes répondent (les deux prêtres invités), une autre invitée dit avec véhémence : « Je veux répondre ». Quelques instants avant elle disait ne pas savoir évangéliser. Sa réponse était si belle, si complète, si pleine de ferveur et si simple que mon confrère me regarde, interloqué. Je lui demande : « Voulez-vous compléter ? » Il me répond : « Non, c’est parfait ». Le lendemain, à table, il se mettait debout, alors que les prêtres étaient à table et tous assis, pour rendre compte de la superbe réponse faite à l’interrogation de Philippe. « Vous êtes le sel de la terre ». Catherine avait été le sel de la terre, elle qui se disait incapable d’évangéliser.

… simple de la paroisse S. Louis

Emmanuel est invité dans une famille avec des enfants en bas âge. Le temps est compté. Il faut coucher les enfants, accueillir les invités, les faire dîner, recevoir la cellule à 20h, et, pour le papa, aller faire son temps d’adoration hebdomadaire de 22h à 23h à la paroisse. Rien de la soirée n’est bien extraordinaire, même la réflexion sur l’évangile. Une invitée, un peu dépitée, dit : « C’est trop simple. L’avantage, reconnaît-elle, c’est que c’est accessible à tous. » Mais Emmanuel, père de famille lui-même, est touché, comme les prêtres en témoigneront tout le lendemain, par la simplicité de l’accueil, de la prière, des propos, du déroulement de la soirée. « Vous êtes la lumière du monde. » Cette lumière n’aveugle pas, elle éclaire et réchauffe les cœurs. 

1. Un don de Dieu…

… à une foule composite

Des foules nombreuses se mettent « à suivre » Jésus. Matthieu précise qu’elles viennent « de la Galilée, de la Décapole, de Jérusalem, de la Judée et de la Transjordanie ». (Mt. 4,25) Cet agrégat est composé de populations diverses : des croyants mais aussi des païens. En voyant ces foules, Jésus « prend de la hauteur » : « Il gravit la montagne. » (Mt. 5,1) Il s’assied pour enseigner. Il n’est plus simplement celui qui proclame la Bonne Nouvelle et guérit « tous les malades atteints de divers maux et tourments, des démoniaques, des lunatiques, des paralytiques ».  (Mt. 4,24) Il enseigne. A ceux qui L’écoutent, Jésus dit : « Vous êtes » (Mt. 5,13). Ce n’est pas un futur : « Vous serez ». Ce n’est pas un appel à un effort moral : « Vous devez être ». C’est une affirmation sur l’identité de ceux qui l’écoutent : « Vous êtes. »

… à s’approprier

Son affirmation est bien étonnante. Quelques minutes avant, ces foules n’étaient pas autre chose que des gens présentant leurs malades « atteints de divers maux ». (Mt. 5, 24) Maintenant, ce sont des « disciples » (Mt. 5,1) à qui Jésus révèle une identité prestigieuse : « Vous êtes le sel de la terre […] Vous êtes la lumière du monde. » (Mt. 5,13.14)

… qui interroge chacun

Cette identité est un don. Nous sommes, par le baptême, « sel et lumière », que nous le voulions ou non ! Bien entendu, la liberté reste entière. Judas pourra trahir cette identité, s’il le veut, et chaque baptisé pourra, s’il le veut, renier son baptême. Mais le baptisé ne peut nier l’immense cadeau qui lui a été fait : il est « sel et lumière ». Aussi, la première question que pose cet évangile est la suivante : « Acceptes-tu l’identité que Jésus te donne ? » Comme un enfant s’approprie son nom de famille, ainsi cette foule doit s’approprier ou non le don que lui fait le Christ.

2. Le don du sel…

En quoi consiste le don d’être « sel » ? Jésus s’en explique. Le sel a pour fonction :

  • De donner de la saveur à toutes choses. Jésus  évoque cette « saveur » que donne le sel par son opposé : la fadeur. « Si le sel vient à s’affadir, avec quoi le salera-t-on ?  Il n’est plus bon à rien qu’à être jeté dehors et foulé aux pieds par les gens. » (Mt. 5,13) Le mot grec, tiré du verbe « s’affadir » évoque au figuré l’ennui, la monotonie. C’est la grande raison pour laquelle la foule s’est éloignée de l’Eglise Catholique : sa monotonie et son ennui. Mais dans les cellules paroissiales d’évangélisation, dans ces églises « domestiques », on ne s’y ennuie pas parce que ses membres s’aiment les uns les autres.
  • De donner du goût, du tranchant, à sa propre vie. « Ayez du sel en vous-mêmes» (Mc.9, 50). As-tu du sel en toi-même ? Cherches-tu à en avoir ? Ce père de famille qui a accueilli Emmanuel veut être « sel ».  Il ne peut l’être qu’en allant devant Celui qui est sel et lumière, Jésus. Pour rien au monde ce papa ne se déroberait à son exposition au Soleil, Jésus dans le Saint Sacrement. Il veut être sel par le Sel.
  • De préserver la terre de la corruption: « Vous, vous êtes le sel de la terre. » (Mt.5, 13) Es-tu  actif pour préserver la terre de la corruption comme Catherine, répondant avec feu que cette terre est corrompue, mais que le Règne de Dieu vient sur terre par les Chrétiens ? Les cellules le demandent dans la prière, elles essaient de  faire venir le Règne par leurs actes.

…à préserver

Toute l’affaire est donc de garder sa nature saline, son tranchant. « Si le sel se dénature… il n’est plus bon à rien, sinon à être jeté dehors et piétiné par les hommes. » (Mt.5, 13) 

Conclusion : Le don de la lumière… 

… accueilli par une cellule

Le disciple est aussi « lumière ». Cela signifie, selon le verbe grec utilisé, non seulement un accueil qui pourrait être du bout des lèvres, mais une initiative, un engagement, à l’opposé de l’accueil que fait le monde au Christ : « Le Verbe était la Lumière véritable qui éclaire tout homme… et les siens ne L’ont pas accueilli. » (Jn.1, 6) Cette foule suivra-t-elle le Christ dans toutes les exigences qu’Il propose, comme l’amour les uns des autres et la mission ? C’est ce que vit une cellule de Fontainebleau qui a accueilli une personne handicapée moteur. Sa voisine, qui réunissait une cellule à l’étage au-dessus, craignait de la rencontrer. Peut-être cela allait-il être trop exigeant. Elle a fait le saut. Elle a été voir cette dame chez elle. Devenues amies, la cellule, qui a prié pour cette femme handicapée, l’accueille. Cette femme handicapée est devenue la lumière de tout le quartier, elle qui, au départ, était incroyante.

… proposée à Toronto

Dans son Message aux jeunes, « Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde », (Toronto, 2003) le Saint Père proposait plusieurs voies pour garder cette identité lumineuse propre au Chrétien :

  • Une voie intellectuelle : « Approfondissez l’étude de la Parole de Dieu et laissez-la éclairer votre intelligence et votre cœur. » Après la session à Fontainebleau, une cellule a pris la décision d’étudier l’homélie du Curé avant la cellule pour que l’approfondissement de la Parole de Dieu se fasse plus aisément pendant la réunion de cellule.
  • Une voie « ecclésiale »: «Suivez les témoins et les maîtres qui vous ont précédés. » Le Père José, curé de Fontainebleau, ne cessait de répéter : « Tout nous a été donné. » Ses fidèles suivent ce témoin du Christ. Le message du curé est enregistré, diffusé et lu dans 50 cellules chaque semaine.
  • Une voie expérimentale : « Jésus ne peut pas être simplement dans le sac à dos : il doit trouver place dans vos pensées, dans vos yeux, dans vos mains, dans vos cœurs. » (Jean-Paul II, Message du 8.12.01) C’est le témoignage que donnent les cellules : une voie expérimentale de l’amour de Dieu.

… signe fait au monde

Les cellules deviennent ainsi le « signe » de Dieu au monde : « Vous serez des signes de l’amour de Dieu, des témoins crédibles de la présence amoureuse du Christ », disait encore le Pape Jean-Paul II aux jeunes.

Prions : Seigneur, merci de Ton appel à ce que je sois « sel et lumière du monde. » 

Oraison jaculatoire : « Que ma lumière brille dans mes ténèbres ! »

Question : Qu’as-tu fait cette semaine pour être sel et lumière pour toi-même et pour ton voisinage ?

Suggestion : Fais une liste de ceux que le Seigneur t’indique comme devant prier pour eux et les servir.

Imprimer
Geoffroy de Lestrange
A propos Geoffroy de Lestrange 74 Articles
Le père de Lestrange, curé dans le monde rural, a fait ses études supérieures aux États-Unis. Il y a découvert le Renouveau charismatique catholique ainsi que les églises évangéliques. Bénédictin, puis profès simple chez les frères de Saint-Jean, il a découvert par ces contacts divers, l'importance de la prière pour une nouvelle Pentecôte dans l'Église, souhaitée par tant de papes.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire