Bonté divine!

Matthieu 4, 12-23

 

Le pouvoir…

… d’un artiste

Dernièrement, j’ai été aux prises avec un artiste de « renom ». Il a bien fait sentir le poids de sa réputation et le mal qu’il pourrait me faire si je venais à contrecarrer ses desiderata.

…des tyrans

La famille d’Hérode a ce même pouvoir sur Jésus. La Sainte Famille a déjà été contrainte deux fois de se méfier d’eux. A la naissance de Jésus, en fuyant en Egypte devant la colère d’Hérode le Grand; puis, au retour d’Egypte en évitant la circonscription d’Archélaüs, un des fils d’Hérode. Jean le Baptiste mis en prison par Hérode Antipas, un autre fils d’Hérode le Grand, Jésus se retire prudemment dans un zone géographique d’où il pourra fuir : «Il quitte Nazareth. Il vient habiter à Capharnaüm sur mer, aux frontières de Zabulon et Nephtali…chemin de la mer, au-delà du Jourdain, Galilée des païens» (Mt.4,13).

… de la Providence

Serait-ce que Dieu lui-même serait soumis aux méchants ?

 1. Jésus …

…éclaire

Quoiqu’il en soit de la puissance d’Hérode et du mal qu’il peut commettre, il semble que son pouvoir de nuire tourne à l’avantage du grand nombre : « Terre de Zabulon, terre de Nephtali, chemin de la mer, au-delà du Jourdain, Galilée des païens ! Le peuple assis dans les ténèbres voit une grande lumière. Sur ceux qui habitaient le pays de l’ombre et de la mort, une lumière s’est levée » (Mt.4,14-16).

…proclame

Sans ce nouvel exil, Jésus n’aurait ni éclairé un peuple dans les ténèbres, ni secoué les consciences : « Dès lors Jésus commence à proclamer : « Convertissez-vous ! Car le Royaume des cieux est tout proche» (Mt.4,17).

…appelle       

Sans ce contre temps, Jésus n’aurait pas pu appeler des gens simples et droits comme Simon et André, Jacques et Jean : « Marchant au bord de la mer de Galilée, Il voit deux frères, Simon, dit Pierre, et André, son frère … Il leur dit : « Venez derrière Moi ! Je vous ferai pécheurs d’hommes. (…) Il voit deux autres frères, Jacques…et Jean… Il les appelle » (Mt.4,18-219).

bonté divine fait de nous des pêcheurs d'hommes

2. La bonté divine manifestée…

… à l’homme docile

La bénédiction divine est donnée à l’homme docile, comme le rappelle Samuel à Saül : « Est-ce que le Seigneur aime les holocaustes et les sacrifices autant que l’obéissance à sa parole ? Oui, l’obéissance vaut mieux que le sacrifice, la docilité vaut mieux que le sacrifice » (1 S. 15,22).

…à la foi

Le cardinal Newman

La bénédiction divine est encore donnée à la foi :

«Des évènements nous arrivent, chargés de plaisir ou de peine ; sur le moment, nous n’en saisissons pas la signification ; nous ne voyons pas en eux la main de Dieu. Certes, si nous avons la foi, nous confessons ce que nous ne voyons pas et nous recevons de Lui tout ce qui nous arrive » (Card. J.H. Newman, PS IV.258).

…aux justes

La bénédiction divine est enfin donnée à la droiture. A la suite des attentats du 11 septembre, l’Amérique s’interroge. Pourquoi Dieu a-t-il laissé une tragédie pareille avoir lieu ? La fille de Billy Graham, (le plus grand évangéliste protestant de l’après guerre), a répondu sur le réseau de Télévision Nationale que la bénédiction divine est donnée à ceux qui respectent la loi divine et non à ceux qui s’en moquent  :

« Je crois que Dieu est profondément attristé par cela, tout comme nous le sommes, mais pendant des années, nous avons dit à Dieu de sortir de nos écoles, de sortir de notre gouvernement et de sortir de nos vies. Et en gentilhomme qu’Il est, je crois que Dieu s’est retiré calmement. Comment pouvons-nous espérer que Dieu nous donne sa bénédiction et sa protection si nous exigeons qu’Il nous laisse seul ».              

3. Le mal …

… ordonné à la gloire

Pourtant, il faut se garder de tout simplisme. Jésus, tout bon et saint qu’il fut, connaît la souffrance et la mort. Des peuples bons et saints connaissent la souffrance. Aux disciples d’Emmaüs qui font part de leur désarroi devant l’épreuve infligée au Juste, il répond que la souffrance qui lui était infligée était un mal nécessaire pour qu’Il connaisse la gloire: « Ne fallait-il pas que le Christ endurât ces souffrances pour entrer dans la gloire ?» (Lc.24,26).

…ordonné au salut d’Israël

Joseph, vendu à des étrangers par ses frères, leur enseigne que ce mal a été l’occasion pour Dieu de procurer un bien plus grand, un salut au grand nombre : « Ce n’est pas vous, ose dire Joseph à ses frères, qui m’avez envoyé ici, c’est Dieu ; (…) le mal que vous aviez projeté de me faire, le dessin de Dieu l’a tourné en bien afin de (…) sauver la vie d’un peuple nombreux » (Gn.45,8; 50,20).).

…ordonné au salut universel

Le mal, est ordonné au salut de l’homme : « Tout procède de l’amour, tout est ordonné au salut de l’homme, Dieu ne fait rien que dans ce but » (S. Catherine de Sienne, Catéchisme de l’Eglise Catholique n°313).

mal transformé par la bonté divine…transformé par le Christ

La lumière définitive sur le mal et la souffrance sont données par Jésus. Il a  tourné le mal en bien : « La faute d’un seul a entraîné sur tous les hommes une condamnation, de même l’œuvre de justice d’un seul procure à tous une justification qui donne la vie » (Rm.5,18).                                     

Coopérer au salut…

 …par l’obéissance

Notre soumission aux desseins divins est notre grande manière de coopérer au salut. C’est par son obéissance que le Christ a tout fait : prêché, appelé, vaincu le mal et la mort : « Un soldat ne peut vaincre que s’il obéit à son chef. Et ainsi l’homme Christ a obtenu la victoire en obéissant à Dieu : ‘l’homme obéissant remporte la victoire’ (Pr.21,28 Vg)» (S. Thomas, Somme, III Q.47 a.2 Rép.3°).

…par l’obéissance parfaite

Le Seigneur a montré la fécondité de l’obéissance. Alors que les apôtres avaient pêché toute une nuit sans rien prendre, sur l’ordre de Jésus, ils jettent encore une fois le filet et ramènent un filet plein : « Notre Seigneur leur dit : « Jetez encore une fois, jetez de ce côté ». Ils obéissent et leurs filets sont pleins. C’est la récompense de l’obéissance » (Cardinal Saliège, Ecrits spirituels, éd. Grasset, 1960, p. 233).

…par une obéissance « visionnaire »

Le disciple n’obéit pas parce qu’il faut une hiérarchie : « J’obéis à Paul, à Apollos, à Pierre». Le disciple obéit parce que, comme le Christ, il veut se laisser conduire par l’Esprit, parce qu’il veut conduire ses frères au salut.  

 

Prions : « Seigneur, Tu nous montres que Ton obéissance et Ta docilité parfaites Te gagnent les cœurs. Donne-nous de savoir T’imiter en étant obéissants les uns aux autres pour connaître l’harmonie et l’accord pour lesquels nous prions en ce jour. Amen. »

Oraison jaculatoire : « Me voici, Seigneur, pour faire Ta Volonté ».

 

Homélie pour le 3ème  Dimanche du Temps Ordinaire          Année «A »

Dimanche 27 janvier 2002                                                    Mt 4,12-23

Imprimer
Geoffroy de Lestrange
A propos Geoffroy de Lestrange 73 Articles
Le père de Lestrange, curé dans le monde rural, a fait ses études supérieures aux États-Unis. Il y a découvert le Renouveau charismatique catholique ainsi que les églises évangéliques. Bénédictin, puis profès simple chez les frères de Saint-Jean, il a découvert par ces contacts divers, l'importance de la prière pour une nouvelle Pentecôte dans l'Église, souhaitée par tant de papes.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire