Au commencement étaient les Cellules

Bref regard théologique sur la genèse et les fondements des Cellules Paroissiales d'Évangélisation

Une jeune pousse symbolise la croissance des SCPÉ grâce aux pilier des SCPÉ
Le plus petit deviendra un millier, Et le moindre une nation puissante. Moi, l’Éternel, je hâterai ces choses en leur temps. (Is 60, 22)

Il est indéniable que le projet pastoral du « Système des Cellules Paroissiales d’Évangélisation » (SCPÉ) offre une vision globale, structurée et organique permettant une évangélisation féconde pour le renouvellement des communautés ecclésiales dans l’esprit du Concile Vatican II. Ce projet pastoral est une grâce de Dieu, un don de l’Esprit Saint pour aider l’Église d’aujourd’hui à vivre ce que le saint pape Jean-Paul II a appelé la « nouvelle évangélisation ». En vertu de mon engagement pastoral et théologique au service de l’évangélisation, il m’est demandé de présenter une réflexion d’ensemble sur le SCPÉ tel que nous le retrouvons exposé dans ce document intitulé « Manuel de base, Formation des leaders » (MB).

Ce regard théologique ne pourra être que global à travers quatre thèmes que nous considérons comme essentiels à une juste compréhension de cette approche évangélisatrice nouvelle et novatrice. Dans un premier temps, nous présenterons très brièvement les quatre piliers du SCPÉ qui offrent une perspective d’ensemble nous introduisant au MB. Le SCPÉ s’appuie fortement sur ces quatre piliers; bien qu’ils ne soient pas formellement présentés dans le MB, ils sont pourtant implicites et nécessaires à une juste compréhension du SCPÉ. Dans un deuxième temps, nous identifierons les trois sources évangéliques qui ont permis de développer une méthode d’évangélisation cohérente. Dans un troisième temps, nous aborderons la question des trois grands défis du SCPÉ. Un pasteur qui s’engage sur ce chemin du SCPÉ doit être pleinement conscient de ce triple défi qui permet une réelle fécondité de l’expérience cellulaire: 1- l’évangélisation relationnelle de l’oikos, 2- la reconnaissance de la cellule comme unité ecclésiale de base, 3- la formation des leaders dans une perspective de multiplication. Ces trois défis nous poussent à exprimer, dès le départ, la conviction que le SCPÉ n’est pas un mouvement parmi d’autres qui s’ajoutent à un ensemble d’activités, de services ou de groupes existant déjà au sein de la paroisse. Le SCPÉ est bel et bien un « système organique » qui tend à renouveler l’évangélisation dans toutes les dimensions de la vie paroissiale. Dans un quatrième temps, puisque nous affirmons que le SCPÉ est un « système organique », nous approfondirons le dynamisme de « l’intégration » selon trois niveaux ecclésiologiques. Nous parlerons de l’intégration: 1- cellulaire, 2- ecclésiale et 3- pastorale. Du point de vue de la théologie pastorale de l’évangélisation, cette réflexion sur les trois défis et les trois niveaux d’intégration permettra de définir avec clarté et précision ce qu’est une « cellule » et de comprendre sa fonction au sein de l’Église, tout cela afin de mieux saisir le rôle essentiel et fondamental du pasteur au sein du SCPÉ. 

Les quatres piliers

Premier pilier: l’Esprit Saint, agent principal de l’évangélisation

Le MB parle explicitement de la présence essentielle et de l’action vitale de l’Esprit Saint. Mais il faut bien comprendre que l’Esprit Saint n’a pas qu’un rôle instrumental dans le dynamisme de l’évangélisation. Il est tout aussi profondément au coeur de la vie de la communauté. L’Esprit Saint est, non seulement « l’agent principal de l’évangélisation » (EN §-75), mais aussi l’âme d’une communauté évangélisatrice. Et c’est ainsi que les communautés paroissiales qui expérimentent l’évangélisation par les cellules voient la présence de l’Esprit Saint à toutes les dimensions de la vie chrétienne, communautaire et sacramentelle. Il est à la source de tous les charismes qui construisent le corps ecclésial. Il est le lien de charité. Il accorde la grâce de vivre l’évangélisation avec zèle et assurance (parrhèsia) pour la formation des disciples et la croissance de l’Église. Même si la pneumatologie n’est pas formellement et pleinement développée dans le MB, elle est partout présente et surtout elle est vécue et expérimentée par la communauté qui s’engage sur ce chemin d’évangélisation. 

Deuxième pilier: l’adoration eucharistique

Les pères évêques ont exprimé au concile Vatican II, dans le décret Presbyterorum Ordinis sur la vie et le ministère des prêtres, cette conviction magnifique: « l’eucharistie est la source et le sommet de toute l’évangélisation » (PO §-5). Puisque l’adoration se situe dans le prolongement de la célébration eucharistique, il est important, pour ceux qui sont engagés dans l’expérience de l’évangélisation, de vivre cette relation personnelle avec le Christ, Sauveur et Seigneur. Il est « le tout premier et le plus grand évangélisateur » (EN §-7) . Dans l’adoration eucharistique, l’évangélisateur se laisse transformer pour devenir un apôtre au coeur de feu. Du coeur eucharistique de Jésus ressuscité, il peut réentendre les paroles prononcées sur la montagne de Galilée: « Je suis avec vous tous les jours… », qui complètent le mandat missionnaire: « Allez donc, de toutes les nations, faites des disciples… » (Mt 28, 19-20). 

L’adorateur-évangélisateur reçoit un coeur embrasé d’amour pour le salut de ses frères et soeurs, la conviction et la détermination nécessaires pour réaliser et accomplir le mandat missionnaire du Christ ressuscité. Dans la présente version du MB, cette réalité est mieux intégrée. On doit la considérer comme une dimension essentielle, un pilier pour la fécondité de l’évangélisation au sein de l’oikos, la formation des disciples et des leaders, la multiplication des cellules et le renouvellement de la communauté ecclésiale. L’oeuvre d’évangélisation ne pouvant se vivre que dans le dynamisme de la grâce, il sera plus facile de pour l’adorateur-évangélisateur de s’approprier l’affirmation de l’apôtre des nations qui résume sa mission: « rendre témoignage à l’Évangile de la grâce de Dieu » (Ac 20, 24). 

Troisième pilier: la communion des Églises soeurs

Tandis que la paroisse déploie un filet ou un réseau de cellules pour atteindre les différentes couches de la population, les Églises soeurs engagées dans le SCPÉ s’ouvrent à des relations fraternelles de formation et de service. Elles forment un réseau de communion. C’est ainsi que certaines communautés vivant des expériences fortes et originales dans la ligne de l’évangélisation s’interpellent mutuellement pour une fécondité plus grande. Ces témoignages réciproques d’expériences et de formations à travers sessions, séminaires, etc. (mais aussi à travers des liens informels) , ne font qu’accroître la « spiritualité de communion » (NMI §-43-45) nécessaire à une authentique évangélisation. Nous sommes redevables à ces communautés et pasteurs d’avoir accueilli l’appel et le service de maintenir ce réseau de relations pour le plus grand bien des communautés paroissiales engagées dans le SCPÉ. La « spiritualité de communion », décrite par Jean-Paul II dans Novo Millenio Ineunte, est en quelque sorte rendue visible par ces paroisses qui désirent maintenir des relations étroites de partage et de témoignage. 

Quatrième pilier: la charte de la nouvelle évangélisation, Evangelii Nuntiandi (Paul VI).

Dix ans après le Concile Vatican II, Paul VI offre à l’Église ce texte majeur, Evangelii Nuntiandi, que certains qualifient de « plus grand texte pontifical du XXe siècle ». Jean-Paul II affirmait que les bases de la nouvelle évangélisation ont été posées dans cette exhortation apostolique post-synodale (cf TMA §-21). Le MB s’inspire largement de ce document fondamental, non pas seulement dans ses éléments particuliers, mais aussi dans son dynamisme théologique global et même dans sa définition intégrale de l’évangélisation (EN, Chapitre 2: « Qu’est-ce qu’évangéliser? »). En effet, les pères du synode ont compris qu’une définition partielle ou exclusive, m^me si elle est valable en soi, ne peut satisfaire à une juste définition de l’évangélisation. Ils ont développé une méthodologie de l’intégration pour présenter une définition de l’évangélisation qui implique différentes étapes ou différents éléments essentiellement complémentaires et parfaitement intégrés dans un processus global permettant le développement et la croissance dans la communauté. Cette présentation structurée, complète  et organique est en quelque sorte respectée dans la vision globale du SCPÉ. Le schéma que nous présentons ci-dessous dans le tableau comparatif permet de comprendre jusqu’à quel point le SCPÉ respecte, dans ses grandes lignes et aussi à travers certaines particularités propres à sa méthodologie, le cadre général de cette approche évangélisatrice, il est important de comprendre que cette structure globale correspond très bien à une théologie intégrale de l’évangélisation en tant que processus vital et essentiel pour la communauté ecclésiale. Le SCPÉ offre ainsi un outil pédagogique adapté à la situation contemporaine et fidèle à l’esprit de Vatican II pour aider les pasteurs à renouveler leur paroisse dans le dynamisme intégrateur d’une évangélisation intégrale. Ce quatrième pilier est donc un élément fondamental qui structure toute la pédagogie du SCPÉ. L’évidence du lien entre le processus d’évangélisation d’Evangelii Nuntiandi et celui du « Filet » nous permet de démontrer le caractère parfaitement ecclésial et ecclésiologique de cette proposition de renouveau que sont les CPÉ. 

En lisant le schéma ci-dessous, du bas vers le haut, vous pourrez constater quatre caractéristiques importantes et convergentes: 

  1. Les deux colonnes, représentant respectivement un processus d’évangélisation (à gauche, celui selon Evangelii Nuntiandi et, à droite, celui de la vision du Filet proposée par les CPÉ), indiquent un mouvement similaire de progression et de croissance. 
  2. Chacun des processus d’évangélisation comporte des étapes ou éléments qui se développent selon un mouvement progressif.
  3. L’enchaînement de ces étapes est parfaitement intégré dans un dynamisme d’interaction réciproque, non seulement dans la relation avec chacune des étapes, mais aussi dans le rapport entre chaque étape et l’ensemble du processus. 
  4. Les flèches indiquent un mouvement cyclique de croissance.
les quatre pilier du SCPÉ
Tableau comparatif des processus d’évangélisation

[inbound_button font_size= »20″ color= »#00ff00″ text_color= »#ffffff » icon= » » url= »https://evangeliser.net/produit/manuel-de-base/ » width= » » target= »_blank »]Procurez-vous le manuel de base de formation des leaders[/inbound_button]

NMI: Novo Millenio Ineunte, lettre apostolique de Jean Paul II au terme du grand Jubilé de l’an 2000 (2001).

TMA: Tertio Millenio Adveniente, lettre apostolique de Jean-Paul II sur la préparation du Jubilé de l’an 2000 (1994).

Imprimer
Mario Saint-Pierre
A propos Mario Saint-Pierre 12 Articles
Le Père Mario St-Pierre est prêtre et théologien

1 Rétrolien / Ping

  1. Recherche plan pour l’implantation du S.C.P.E dans les paroisses - Évangéliser.net