C’est la communauté qui évangélise et qui est évangélisée

Source image: film: Cellules Paroissiales d'Évangélisation

Le but de l’enseignement qui suit, est de montrer que dans les évangiles et le Nouveau Testament, c’est la communauté qui évangélise et qui est évangélisée. Par le mot « évangéliser », je veux parler ici de l’annonce du kérygme, la première annonce de la foi, qui repose essentiellement sur le mystère pascal.

Jésus est venu sur terre pour nous porter la Bonne Nouvelle du Royaume, pour nous évangéliser. Il nous a aussi donné la manière juste et raisonnable de vivre la religion. La religion n’est pas et ne sera jamais une « affaire privée » comme désirent nous le faire croire ceux qui se disent athées ou agnostiques. La religion a toujours été et sera toujours communautaire. De fait, le pire obstacle à la religion et à son expansion est l’INDIVIDUALISME. Nos sociétés occidentales étant de plus en plus individualistes, il ne faut pas se surprendre que la religion catholique ait si peu la cote.

1- Quand Jésus nous a enseigné à prier, il n’a pas dit : « Quand vous priez, dites : « Monpère, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié … Donne-moi aujourd’hui le pain de ce jour … ». Non; Jésus nous a enseigné à prier pour tous: « Notre Père, … Donne-nous  » (Mt 6, 9 et 11).

2- Le salut dans la Bible, n’est jamais présenté comme une œuvre individuelle, mais comme une œuvre communautaire : « Béni soit le Seigneur, le Dieu d’Israël, qui visite et rachète son peuple » (Cantique de Zacharie, Lc 1, 68).

3- Le premier geste que Jésus a fait lors de sa vie publique, fut de s’associer des collaborateurs : Mc 1, 16-20. Jésus et ses apôtres sont la première communauté dans leNouveau Testament. Au fil des mois et des années, cette communauté ira grandissant, même sur la route où plusieurs disciples se joignaient au groupe des douze apôtres pour marcher à la suite de Jésus.  

4- Quand Jésus commence sa mission d’évangélisateur, il profite souvent du jour du sabbat pour aller à la synagogue rencontrer la communauté réunie (Mc 6, 2).

5- Quand Jésus envoya ses apôtres évangéliser pour la première fois, il les envoya comment? Il les envoya DEUX PAR DEUX. On voit bien par là que Jésus ne veut pas qu’un évangélisateur soit seul; voir Mc 6, 7. Ceci est très important. Je pense personnellement qu’un évangélisateur ou une évangélisatrice, ne devrait jamais évangéliser seul(e). Pendant des années, j’ai évangélisé seul, en certaines circonstances; par exemple, en préparant des personnes au baptême de leurs enfants. Jusqu’à ce que j’écoute le conseil d’un de mes confrères qui ne cessait de me dire : « Pourquoi fais-tu cela tout seul? Fais cela avec quelqu’un ». Maintenant, je n’évangélise plus seul; ou du moins, j’essaie de ne plus le faire, quand c’est possible. Et cela fait toute la différence au monde, croyez-moi. Par exemple, quand je dis aux jeunes adultes que je crois que Jésus est non seulement homme, mais aussi Dieu, je me tourne vers la personne qui évangélise avec moi et je dis : « Et vous, croyez-vous que Jésus est Dieu? » Évidemment, la personne qui anime la rencontre avec moi, répond : « Oui, bien sûr ! ». Et cela fait toute la différence au monde, je ne suis pas seul à témoigner du fait que je croie à une vérité aussi sublime. Et souvent je dis à ces jeunes adultes: « Quand vous présenterez votre bébé prochainement à la communauté chrétienne lors de la messe dominicale, profitez-en pour demander aux gens que vous verrez : « Dites-moi, croyez-vous que Jésus de Nazareth est Dieu, qu’il est HOMME et DIEU ? » Quand je dis cela aux jeunes adultes, je suis persuadé qu’ils ne feront pas cette démarche, mais je leur inculque, de façon peut-être inconsciente et subliminale, que la foi chrétienne, c’est l’affaire de toute une communauté de croyants. 

De plus, le fait d’évangéliser à deux comporte et apporte une plus grande richesse. La vie intérieure d’un ou une disciple de Jésus et ses expériences, sont uniques. Chaque personne touche les gens différemment. Évangéliser à deux est beaucoup plus puissant et stimulant. 

6- Quand Jésus a envoyé les 72 disciples en mission, Il les a envoyés eux-aussi deux par deux : Lc 10, 1.

7- Jésus a fait de nombreuses rencontres individuelles, mais son annonce de la Parole de Dieu, sa prédication, était surtout dirigée vers des groupes ou vers des foules.

8- Aux soixante-douze disciples que Jésus envoie en mission, il donne les recommandations suivantes : « Ne portez ni bourse, ni sac, ni sandale, et ne saluez personne en chemin. Mais dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord : « Paix à cette maison. » S’il y a là un ami de la paix, votre paix ira reposer sur lui; sinon elle reviendra sur vous. » (Lc 10, 4-6) Au risque de faire dire au texte ce qu’il ne dit pas, il me semble que Jésus, en préférant que ses envoyés s’adressent à une famille, à une Église domestique, plutôt qu’à un passant sur le chemin, montre son option préférentielle pour la communauté quand il s’agit de la première annonce (la « première annonce » étant pour nous le kérygme depuis que Jésus est ressuscité).

9- Après la Pentecôte, nous voyons Pierre et Jean agir ensemble, témoigner ensemble. Et lorsqu’on parle d’un disciple qui agit seul, on peut supposer qu’il n’agira pas longtemps seul, car les directives de Jésus étaient on ne peut plus claires sur le sujet. Les « duos » les plus fameux sont; Pierre et Jean, Paul et Barnabé, Paul et Timothée, Paul et Silas, Priscilla et Aquila.

10- Le but de Paul était de fonder des Églises partout où il allait. C’était son but. La raison en est sûrement que ce sont les Églises qui doivent évangéliser. Le mot « Église » en grec, se dit « ecclesia », qui signifie : « assemblée ». Ce sont les chrétiens assemblés qui évangélisent, par leur amitié fraternelle, par la prière en commun, par le fait de rompre le pain ensemble (c’est-à-dire « célébrer l’eucharistie »), par le fait de s’instruire ensemble en puisant dans l’enseignement des apôtres :

« Ils étaient assidus à l’enseignement des Apôtres et à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières … Tous les croyants vivaient ensemble, et ils avaient tout en commun; … Chaque jour, d’un même cœur, ils fréquentaient assidûment le Temple, ils rompaient le pain dans les maisons, ils prenaient leurs repas avec allégresse et simplicité de cœur; ils louaient Dieu et avaient la faveur du peuple tout entier. Chaque jour, le Seigneur leur adjoignait ceux qui allaient être sauvés. » (Actes 2, 42-47)

« La multitude de ceux qui étaient devenus croyants avait un seul cœur et une seule âme. » (Actes 4, 32)

11- De nos jours, les paroisses sont appelées à être des « communautés de communautés ». L’idéal d’une paroisse, selon moi, est de constituer des groupes à taille humaine, qui prient ensemble, partagent leur foi et leurs expériences du Ressuscité, se forment par l’enseignement des Apôtres et de l’Église universelle, développent des liens d’amitié. Et le jour du Seigneur, le dimanche, tous ces groupes se réunissent en un seul lieu, en l’église paroissiale pour célébrer l’eucharistie. Vous pouvez imaginer la force de témoignage d’une telle « assemblée« . Un chrétien se forme normalement au contact de d’autres chrétiens. Tout comme saint Paul, essayons d’avoir « la préoccupation et le souci de toutes les Églises » (2 Co 11, 28).

SOURCE TEXTE: BLOG DIEU MA JOIE

Imprimer
Guy Simard
A propos Guy Simard 27 Articles
Guy Simard est un Oblat de la Vierge Marie. Il est curé de la paroisse Saint-Enfant-Jésus-de-la-Pointe-aux-Trembles et il a écrit plus de 850 textes sur son propre blogue, Dieu ma joie.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire