La communauté chrétienne : don de Dieu pour notre joie

Extrait du livre: Devenir des hommes nouveaux, du Card. G. Danneels

Cardinal Godfried Danneels, auteur du livre: Devenir des hommes nouveaux

Résumé : La communauté chrétienne : don de Dieu pour notre joie. « Le Seigneur m’a donné des frères » disait saint François. Soyons dans la joie et la paix car Dieu veille sur chacun de nous.

La communauté chrétienne : don de Dieu pour notre joie : L’exemple de saint François d’Assise

« Les hommes aussi nous sont donnés : ils nous viennent de la main de Dieu. « Le Seigneur m’a donné des frères » : c’est ce que dit (saint) François chaque fois qu’il parle de l’ordre. Ce n’est pas lui, François, qui l’a fondé : Dieu le lui a donné, gratuitement. « Le Seigneur a fait tout cela. Il m’a donné des frères. » Ces paroles se retrouvent sur ses lèvres comme un refrain.

La communauté chrétienne : don de Dieu pour notre joie : Bien avant que nous nous ayions choisis

En effet, une communauté chrétienne n’est pas d’abord le fruit de nos efforts : c’est Dieu qui nous la donne. C’est Lui qui nous offre les uns aux autres, bien avant que nous nous sommes choisis les uns les autres. Car bien avant qu’il n’y ait des frères et des sœurs, il y a le Père. Cela vaut pour toute communauté chrétienne. Bien avant que l’homme ne choisisse sa femme, ou la femme son mari, Dieu les a conduits l’un à l’autre comme il est dit aux premières pages de la Bible. Qui a mérité son mari ou son épouse? Ou ses enfants? Avant que vous ne les mettiez au monde, dit Dieu, Je vous les ai donnés.

La communauté chrétienne : don de Dieu pour notre joie. Alors pourquoi être angoissés?

Tout nous est offert par grâce, avant que nous n’entreprenions quoi que ce soit. Nous l’oublions, voilà pourquoi nous sommes si souvent dans l’angoisse. D’où un sentiment d’hyper-responsabilité qui nous enlève toute joie. Qui en effet peut veiller sans faute sur celui qui lui est confié? Sans rien oublier et sans la moindre faiblesse? Il n’est pas rare de rencontrer d’admirables parents qui se sentent coupables : ai-je tout fait pour mes enfants quand je vois comment ils évoluent? J’aurais dû faire plus pour mon mari, pour ma femme, pour tel enfant. Faire plus ou autrement. Et ils perdent leur joie : ils se culpabilisent. Est-ce justifié? Comment guérir cette inquiétude?

La communauté chrétienne : don de Dieu pour notre joie : la seule thérapeutique à l’angoisse

Il n’y a qu’une thérapeutique : celle d’une simple et humble foi en Dieu qui est et reste le premier. Il donne et Il veille sur ce qu’Il a donné. Surtout sur les enfants. Cela ne décharge pas de ma responsabilité; mais cela m’empêche d’en être angoissé. Dieu dit : « Moi, Je veille sur ton mari, ton épouse, tes enfants, ta paroisse; c’est Moi qui te les ai donnés avant que tu n’y fasses quoi que ce soit ».

La communauté chrétienne : don de Dieu pour notre joie : tout est don et grâce

Celui qui vit ainsi dans l’action de grâce et l’espérance ne devient pas paresseux ni téméraire mais il reçoit la paix, la joie et l’espérance d’un homme qui a trouvé un père. Tout est don et grâce avant de devenir effort à faire ou devoir à accomplir. »

 

SOURCE : Cardinal Godfried Danneels, Devenir des hommes nouveaux, Lettres d’espérance, Centurion Duculot, pp. 128-129.

Imprimer
A propos Godfried Danneels 10 Articles
Godfried Danneels, né le 4 juin 1933 à Kanegem en Flandre-Occidentale (Belgique), est un cardinal belge, archevêque émérite de Malines-Bruxelles. Docteur en théologie, il a enseigné au séminaire de Bruges avant de devenir évêque d'Anvers en 1977 puis archevêque de Malines-Bruxelles deux ans plus tard. Il fut créé cardinal en 1983. Il a été admis à l'éméritat le 18 janvier 2010

Soyez le premier à commenter