Importance du discernement spirituel pour le salut du monde

Homélie du 14° Dimanche Ordinaire B : Marc 6, 1-6

Résumé : L’évangile nous montre l’importance du discernement spirituel pour le salut du monde. Les habitants de Nazareth ne reconnaissaient pas Jésus comme Sauveur parce qu’ils n’avaient pas le discernement spirituel nécessaire pour reconnaître la Volonté de Dieu et entrer sur le chemin du salut.

Introduction

Si vous vous rappelez l’évangile de dimanche dernier, on avait vu deux beaux exemples de foi : celui de la femme hémorroïsse qui souffrait de pertes de sang depuis 12 ans qui a été guérie grâce à sa foi en Jésus; et la fillette de Jaïre qui a été sauvée de la mort. Au contraire, aujourd’hui nous voyons dans l’évangile un exemple de non foi ou de défiance de la part des habitants de Nazareth. Ainsi, tandis que la femme hémorroïsse et Jaïre croyaient que Jésus était un envoyé de Dieu capable de leur donner guérison et salut; les habitants de Nazareth, eux, ne croyaient pas que Jésus soit un prophète et le Fils de Dieu. C’est la raison pour laquelle en fait Jésus n’a pas pu faire beaucoup de miracles à Nazareth.

Qu’est-ce qui explique l’incroyance des habitants de Nazareth?

Mais le plus étrange, c’est que les habitants de Nazareth reconnaissaient les paroles de sagesse de Jésus et les miracles qu’il accomplissait. Et malgré tout, ils continuaient de refuser de croire que Jésus puisse être un prophète car ils pensaient le connaître en profondeur. En fait, ils savaient que Jésus était un pauvre charpentier de leur village, fils de Marie et parent de plusieurs villageois. Au fond, ils refusaient de croire que Dieu puisse agir par un homme ordinaire comme Jésus qui n’avait démontré rien d’extraordinaire pendant les 30 années de sa vie à Nazareth. Mais en réalité, c’est justement cela la bonne nouvelle de l’évangile : Dieu est descendu du Ciel et il s’est manifesté dans un homme ordinaire qui s’appelait Jésus de Nazareth car il voulait ainsi partager avec nous notre vie ordinaire afin de nous montrer son amour dans notre vie quotidienne.

Le danger de l’habitude guette tous les croyants

Or, l’habitude de voir Jésus dans son atelier de menuisier en train de réparer des tables et des chaises de bois, a fait perdre aux habitants de Nazareth leur capacité de croire que Jésus pouvait aussi être prophète afin de réparer et de guérir les cœurs blessés et affligés. Nous pouvons voir une application de cela dans notre église paroissiale quand les fidèles sont tellement habitués à fréquenter leur église le dimanche qu’ils ne cessent de parler entre eux sans égard pour Jésus qui est présent dans le tabernacle. L’habitude leur a fait perdre de vue que seule la prière du cœur rempli de foi peut donner la guérison à notre cœur assoiffé de paix et de joie.

Nécessité du discernement spirituel pour reconnaître les prophètes

Aujourd’hui, le Seigneur nous montre que nous avons besoin de la vertu du discernement spirituel qui nous permet de reconnaître les signes de Dieu et les prophètes qu’il nous envoie pour nous sauver. Or, qu’est-ce que le discernement spirituel? C’est le sens spirituel qui nous aide à reconnaître l’action de l’Esprit Saint en nous, dans les autres et dans les situations de notre vie quotidienne. Pour recevoir le don du discernement spirituel, il faut 4 conditions : la prière du cœur, l’humilité, l’écoute du cœur et enfin, il faut être prêt à obéir à la Volonté de Dieu quand elle se manifeste à nous. Ainsi, si les habitants de Nazareth n’ont pas su reconnaître Jésus comme prophète et leur Sauveur, c’est parce qu’ils n’avaient pas le don du discernement spirituel. En fait, ils ne cherchaient pas la Volonté de Dieu dans la prière du cœur car ils manquaient d’humilité étant trop centrés sur eux-mêmes. Et c’est aussi la raison pour laquelle ils n’étaient pas prêts à obéir à la Volonté de Dieu.

Dieu choisit des pauvres pécheurs pour collaborer à son œuvre de salut

« Un prophète n’est méprisé que dans son pays, sa parenté et sa maison. » Cette parole de Jésus est devenue un proverbe universel qui signifie qu’il est très difficile d’évangéliser et de témoigner de notre foi aux membres de notre famille. Mais nous pouvons nous demander : pourquoi est-ce si difficile que notre témoignage soit cru par les membres de notre propre famille? Probablement parce que notre famille connaît notre histoire passée : elle connaît notre enfance avec ses défauts et ses pauvretés, notre adolescence avec ses erreurs de jeunesse et ses péchés. Ainsi, les membres de notre famille croient que nous ne pouvons pas être choisis par Dieu pour être un prophète à cause de nos défauts et de nos péchés passés. Mais justement, la Parole de Dieu que Jésus nous a révélée nous dit que Dieu veut choisir des pauvres et des pécheurs pour nous sauver et nous faire devenir collaborateurs de son salut. Nous en avons un très bel exemple dans les deux plus grands apôtres : saint Pierre et saint Paul qui ont tous été tous les deux de grands pécheurs avant d’être appelés à devenir les colonnes de la foi de l’Église naissante.

La conversion du cœur est le signe de notre vocation de disciple-missionnaire

Selon le plan de salut du Père, c’est à partir de notre péché que nous avons reconnu humblement et pour lequel nous nous sommes sincèrement repentis que nous pouvons vivre une véritable conversion à l’Amour de Dieu. Ainsi, le miracle de la conversion de notre cœur est le signe authentique du passage de Dieu en nous et qui nous transforme profondément afin que nous devenions des prophètes de Dieu, capables d’annoncer les merveilles du Seigneur pour le salut de tous.

Conclusion

Donc, demandons au Seigneur la grâce d’une vraie conversion du cœur afin que nous puissions devenir des disciples-missionnaires du Christ. Alors, notre cœur pourra discerner les signes de la Volonté de Dieu et la mettre en pratique en témoignant de l’Amour de Dieu envers tous nos frères.

Imprimer
Gérald Lajeunesse
A propos Gérald Lajeunesse 148 Articles
Le père Gérald Lajeunesse est prêtre et membre de la Congrégation des Oblats de la Vierge Marie (omv). Il est curé de la Mission italienne San Domenico Savio, à Montréal.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire