Comment veiller à l’unité de l’Église?

Résumé : Comment veiller à l’unité de l’Église? Se concentrer sur ce que nous avons en commun. Choisissons d’encourager et de ne pas critiquer. Soutenons les responsables de notre Église.

Comment veiller à l’unité de l’Église? Prions pour l’unité

« Appliquez-vous à garder l’unité de l’Esprit par le lien de la paix » (Éphésiens 4.3). Jésus a prié pour l’unité de l’Église. L’unité est l’âme de la communion fraternelle, le cœur de la vie de l’assemblée voulue par Dieu. Notre modèle d’unité est la Trinité. Le Père, le Fils et le Saint-Esprit sont totalement unis pour n’être qu’Un. Avant son arrestation, Jésus a prié avec passion pour notre unité : « Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi et que je suis en toi » (Jean 17.21). Comment veiller à l’unité de l’Église ? Paul nous donne des conseils pratiques.

Comment veiller à l’unité de l’Église? Concentrons-nous sur ce que nous avons en commun

Concentrons-nous sur ce que nous avons en commun et non sur nos différences. En tant que chrétiens, nous avons un seul Seigneur, un seul corps, un seul but, un seul Père, un seul Esprit, un seul espoir, une seule foi, un seul baptême et un même amour (Romains 10.12, 12.4-5; 1ière Lettre aux Corinthiens 1.10.8,6.12-13; Éphésiens 4.4,5.5; Philippiens 2.2).

Comment veiller à l’unité de l’Église? Rappelons-nous que le Seigneur aime la diversité

Nous avons tous des personnalités, des origines et des goûts différents. Rappelons-nous que le Seigneur aime la diversité. Nous devrions donc les apprécier et nous en réjouir, et pas seulement les tolérer. Lorsque nous nous concentrons sur des personnes, des préférences, des interprétations, des styles ou des méthodes, les divisions apparaissent toujours. Mais si nous essayons d’aimer et d’accomplir ce pour quoi Dieu nous a créés, nous arriverons à vivre dans la paix. Ayons des attentes réalistes. Une fois que nous aurons compris ce que Dieu entend par communion, nous risquons de nous décourager en réalisant que notre Église est si loin de cet idéal. Et pourtant, nous devons aimer l’Église malgré ses imperfections. Par contre, accepter la réalité sans travailler en vue de la perfection est un signe d’autosatisfaction.

Comment veiller à l’unité de l’Église? Rappelons-nous que l’Église est faite de pécheurs

Nous sommes parfois déçus de notre assemblée pour des raisons compréhensibles : conflits, blessures, hypocrisie, négligence, légalisme et autres péchés. Au lieu d’être surpris et choqués, nous devons nous rappeler que l’Église est formée de pécheurs, y compris nous-mêmes. Au lieu de quitter l’assemblée, nous devons y rester et nous efforcer d’y vivre en paix. C’est la réconciliation, et non la fuite, qui nous permet d’approfondir les relations et de devenir plus forts. Vous ne trouverez pas d’Église parfaite : le Seigneur veut vous y enseigner quelque chose, à vous et aux autres. Choisissons d’encourager et non de critiquer. « Qui es-tu, pour juger un serviteur qui ne t’appartient pas? Qu’il tienne bon ou qu’il tombe, cela regarde son propre maître » (Romains 14.4). Chaque fois que je juge, je perds ma communion avec Dieu, je révèle mon orgueil, et je nuis à la communion fraternelle de l’Église.

Comment veiller à l’unité de l’Église? Refusons d’écouter les médisances

Refusons d’écouter les médisances. Nous savons qu’il ne faut pas répandre de calomnies, mais si nous voulons protéger notre assemblée, ne les écoutons pas non plus. Écouter ce genre de nouvelles revient à accepter de la marchandise volée : cela nous rend tout aussi coupable que les voleurs eux-mêmes. Dans le troupeau de Dieu, les plus grandes blessures sont généralement faites par les autres brebis, et non par des loups!

Comment veiller à l’unité de l’Église? Réglons les conflits à la manière de Dieu

Réglons les conflits à la manière de Dieu. Jésus a donné un enseignement simple à l’Église : « Si ton frère vient à pécher, va le trouver et fais-lui tes reproches seul à seul. S’il t’écoute, tu auras gagné ton frère. S’il ne t’écoute pas, prends encore avec toi une ou deux personnes pour que toute l’affaire soit décidée sur la parole de deux ou trois témoins. S’il refuse de les écouter, dis-le à l’Église, et s’il refuse d’écouter même l’Église, qu’il soit pour toi comme le païen et le collecteur d’impôts » (Matthieu 18.15-17).

Comment veiller à l’unité de l’Église? Soutenons les responsables de notre Église

Soutenons les responsables de notre Église. Les responsables parfaits n’existent pas, mais Dieu donne à certains la responsabilité et l’autorité de veiller sur l’unité de l’Église. La Parole de Dieu nous dit clairement comment nous comporter avec ceux qui nous servent : « Obéissez à vos dirigeants et soyez-leur dociles, car ils veillent personnellement sur vos âmes puisqu’ils en rendront compte. Ainsi, pourront-ils le faire avec joie et non en gémissant, ce qui ne tournerait pas à votre avantage » (Hébreux 13.17).

Comment veiller à l’unité de l’Église? Rappelons-nous que l’unité attire

En honorant ceux qui nous dirigent, nous protégeons la communion fraternelle. Les pasteurs, les prêtres ont besoin de nos prières, de nos encouragements, de notre approbation et de notre amour. Dieu bénit les assemblées unies. L’unité et l’amour au sein de cette assemblée attirent beaucoup de nouvelles personnes. Dans votre quartier, beaucoup d’hommes et de femmes manquent d’amour et cherchent à s’intégrer quelque part. Cherchons alors à rendre l’Église la plus accueillante et la plus chaleureuse possible.

Nous prions ardemment pour l’unité de tous les chrétiens, pour que leurs oppositions se changent en témoignage fraternel de l’amour de Dieu, que tous confessent en Jésus-Christ.

Idée à méditer :

Contribuons à l’unité de l’Église.

Verset pour accompagner ma journée :

« Vivez en plein accord, ayez un même amour, un même cœur : recherchez l’unité » (Philippiens 2.2).

Questions à me poser :

Je m’interroge sur mon comportement en fraternité et en Église.

  • Suis-je toujours un artisan de paix?
  • Y a-t-il des lieux ou des circonstances, des relations dans ma vie aujourd’hui où je ne suis pas un artisan de paix?
  • Je décide aujourd’hui de confier cette pauvreté au Seigneur pour qu’il m’aide à grandir et à changer!

 

AVEC L’AIMABLE AUTORISATION DE L’AUTEUR

SOURCE : P. Jean-Hubert Thieffry et Coll., En chemin vers l’Essentiel : Découvrir et mettre en pratique les 5 Essentiels de la vie en Christ, Édité par Motivé par l’Essentiel, 2019, pp. 72-74.

Imprimer

Soyez le premier à commenter