Quoi faire face à la décroissance de l’Église ?

Homélie du 5ème Dimanche de Pâques A : Jean 14, 1-12

Source image: film: Cellules Paroissiales d'Évangélisation

Résumé : Quoi faire face à la décroissance de l’Église ? Il faut nous inspirer des Apôtres qui ont su garder l’Église dans l’unité de la charité.

Quoi faire face à la décroissance de l’Église ? L’exemple de la croissance de l’Église primitive

« En ces jours-là, comme le nombre des disciples augmentait » : Comme le note saint Luc dans les Actes des Apôtres, la première communauté chrétienne s’agrandit rapidement. Pourquoi ? Il y a deux raisons simples à mon avis : « Ils étaient un cœur et une âme et ils étaient fidèles à l’enseignement des apôtres, à la fraction de pain, à la communion fraternelle et aux prières » c’est-à-dire que la communauté était unie dans la foi et l’amour. Et quand nous vivons dans la charité, alors cela attire les gens parce que là où il y a l’amour fraternel, il y a la joie et la paix. La deuxième raison pour laquelle la communauté primitive augmentait en nombre, c’est que tous annonçaient le nom de Jésus, qui était en fait, la cause profonde de leur joie. C’est grâce à Jésus que nous pouvons entrer dans l’espérance de la Vie Éternelle et que nous pouvons vivre dans la joie et la paix de Dieu. Face à la forte décroissance de notre Église, nous sommes appelés selon moi à imiter l’exemple de la première communauté chrétienne en vivant dans l’unité de l’amour et en cherchant à évangéliser ceux et celles qui nous entourent.

Quoi faire face à la décroissance de l’Église ? Observons comment les apôtres ont su résoudre les difficultés qui menaçaient l’unité de l’Église primitive

Toutefois, nous ne devons pas penser que la première communauté chrétienne était parfaite et qu’il n’y avait pas de problèmes en son sein. Nous en avons un exemple dans la première lecture où nous voyons qu’il y a eu un conflit entre les frères de langue grecque et ceux de langue juive. Ainsi, les disciples de langue grecque se plaignaient du favoritisme qui était accordé aux veuves juives. Mais il est très intéressant d’observer la manière que les apôtres vont employer pour résoudre ce conflit. En fait, nous ne devons pas être scandalisés qu’il y ait des conflits dans l’Église parce que cela fait partie intégrante de notre nature humaine qui est limitée et pécheresse. Le Seigneur n’a pas choisi des gens parfaits pour faire partie de son Église. Mais Jésus voulait que nous puissions trouver les moyens de résoudre nos difficultés communautaires avec l’aide de l’Esprit Saint. Voyons donc comment les apôtres ont résolu cette querelle qui avait éclaté au sein de la communauté.

Quoi faire face à la décroissance de l’Église ? L’Église surmontera ses difficultés par l’exercice d’un dialogue ouvert et respectueux entre tous ses membres

Tout d’abord, les apôtres convoquent toute l’assemblée des disciples. Ainsi, ils ne veulent pas résoudre le problème secrètement, mais ils veulent exposer la difficulté à l’ensemble de la communauté dans un dialogue ouvert et franc afin que toutes les parties puissent se rendre compte de la situation. Pour nous, quand nous vivons des conflits dans les communautés, à l’exemple de la première communauté chrétienne, nous devons aussi apprendre à dialoguer ouvertement avec tous les frères et sœurs. Nous devons écouter chacun dans un grand respect et avec attention.  Voilà la base pour résoudre tout conflit. Qu’est-ce que cela signifie d’entrer dans un dialogue ouvert et respectueux et même affectueux ? Cela signifie que nous devons toujours nous rappeler que nous sommes imparfaits et remplis de défauts. Cela pourra nous aider à accepter et aimer les autres comme ils sont avec leurs défauts. Nous devons aussi nous rappeler que personne ne possède la plénitude de la vérité. Ainsi, chacun possède une partie de la vérité et c’est quand nous échangeons nos points de vue respectifs dans la charité que nous entrons progressivement dans toute la vérité.

Quoi faire face à la décroissance de l’Église ? L’Église croîtra dans la mesure où elle restera fidèle à la prière, au service de la Parole et à la charité

Ensuite, les apôtres rappellent l’objectif de la communauté chrétienne : il est nécessaire que chacun reste fidèle aux trois besoins de la vie apostolique : c’est-à-dire la prière (service à Dieu), le service de la Parole (évangélisation) et le service aux frères et sœurs (charité).  Ainsi, nous ne devons jamais perdre de vue le but de la communauté chrétienne qui est de témoigner du Seigneur Jésus qui est mort et ressuscité par la prière et les services de charité. Jésus avait dit : « C’est à l’amour que vous aurez les uns pour les autres qu’ils sauront que vous êtes mes disciples. »  Ainsi, selon le Seigneur, être fidèle, ce n’est pas rester enfermé dans le passé, mais c’est garder les yeux fixés sur le but à atteindre : garder l’unité dans l’Amour : « Qu’ils soient un dans l’Amour afin que le monde croie ». 

Quoi faire face à la décroissance de l’Église ? Savoir accepter et même promouvoir la diversité des frères et des sœurs pour le bien de l’Église

C’est la raison pour laquelle les apôtres n’ont pas séparé la communauté en deux (les Grecs d’un côté et les Juifs de l’autre). Parce que l’acceptation de la diversité des autres est un défi permanent.  Parce que l’unité ne signifie pas uniformité. Chacun possède des talents personnels et des charismes pour le bien commun.  C’est pourquoi les Apôtres délèguent leur autorité à d’autres hommes (diacres). Pour le comprendre, on peut comparer l’Église à une horloge : chacune des aiguilles de l’horloge est importante pour indiquer l’heure. Ainsi, la petite aiguille des secondes tourne plus vite que l’aiguille des minutes, et celle-ci tourne plus rapidement que celle qui indique les heures. Mais chacune à sa manière contribue dans l’unité afin que l’horloge puisse indiquer l’heure juste. L’Église donnera aussi l’heure juste, c’est-à-dire qu’elle indiquera la Volonté de Dieu à la condition que chacun de ses membres fasse bien selon sa vocation personnelle.

Quoi faire face à la décroissance de l’Église ? Nous abandonner dans la foi au Christ qui est « le Chemin, la Vérité et la Vie »

Mais si, malgré tous nos efforts afin de préserver l’unité de la communauté, certains conflits subsistent, nous ne devons pas nous décourager. Dans l’Évangile d’aujourd’hui, Jésus nous dit : « Que votre cœur ne soit pas troublé » Ici, Jésus invite les apôtres à croire en Lui au-delà de leur tristesse, de leur déception ou de leur échec.  Car il « est le Chemin, la Vérité et la Vie ».  Jésus a surmonté la haine, la violence, l’injustice et la mort. Avec sa grâce, nous pouvons être sûrs d’accomplir fidèlement notre travail parce que Jésus lui-même nous l’a promis dans l’Évangile : « Amen, amen, je vous le dis : celui qui croit en moi fera les œuvres que je fais. Il en fera même de plus grandes, parce que je pars vers le Père »   C’est la grâce je souhaite à chacun de nous aujourd’hui.

Imprimer
Gérald Lajeunesse
A propos Gérald Lajeunesse 290 Articles
Le père Gérald Lajeunesse est prêtre et membre de la Congrégation des Oblats de la Vierge Marie (omv). Il est curé de la paroisse St Enfant-Jésus de la Pointe-aux-Tremble, à Montréal.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire