Pour être sauvé, il faut se reconnaître pécheur en vérité

Homélie du 24° Dimanche ordinaire C : Luc 15, 1-10

Source image: Son of God

Résumé : Pour être sauvé, il faut se reconnaître pécheur en vérité. Ainsi, nous pourrons reconnaître Jésus comme le Dieu de Miséricorde qui pardonne tous nos péchés.

Pour être sauvé, il faut se reconnaître pécheur en vérité : c’est ce qu’ont fait saint Paul et le Pape François

Au début de son pontificat, un journaliste a demandé au pape François qui était Jorge Mario Bergoglio? Il a immédiatement répondu: “Je suis avant tout un pécheur”. Beaucoup de gens croyaient que le pape exagérait en disant cela. Mais en réalité, le Pape François a voulu se mettre dans le même esprit de foi que Saint Paul lorsqu’il a déclaré dans la deuxième lecture: « Voici une parole digne de foi, et qui mérite d’être accueillie sans réserve : le Christ Jésus est venu dans le monde pour sauver les pécheurs ; et moi, je suis le premier des pécheurs. » Le désir de Paul d’être sauvé par Christ était si grand qu’il se définissait comme le premier des pécheurs pour être le premier parmi les sauvés. Par conséquent, si nous voulons aussi être sauvés, nous devrons nous aussi nous reconnaître pécheurs et croire en Jésus pour recevoir de Lui le pardon de nos péchés.

Pour être sauvé, il faut se reconnaître pécheur en vérité : dans l’évangile, les pécheurs s’approchaient de Jésus car ils croyaient qu’il pouvait les libérer

Dans l’Évangile, nous voyons saint Luc décrire deux types de personnes. D’une part, il y avait « tous les collecteurs d’impôts et les pécheurs qui s’approchaient de Jésus pour l’écouter ». Si vous remarquez, ceux-ci n’avaient pas peur de s’approcher de Jésus pour l’entendre parler, car ils croyaient que Jésus pouvait les délivrer de leurs péchés. En fait, ils ont reconnu qu’ils étaient des blessés de la vie et qu’ils s’étaient souvent trompés. Jésus représentait pour eux un espoir de libération de leurs péchés. C’est pourquoi ils tenaient tant à rencontrer Jésus.

Pour être sauvé, il faut se reconnaître pécheur en vérité : mais les pharisiens s’opposaient à Jésus car ils ne reconnaissaient pas leurs péchés

D’autre part, il y avait « les pharisiens et les scribes qui murmuraient en disant: « Il accueille les pécheurs et mange avec eux » ». Nous pouvons alors nous demander: quelle est la raison pour laquelle les pharisiens et les scribes n’ont pas voulu accueillir Jésus? En fait, ils ont toujours essayé de critiquer Jésus négativement et de murmurer contre lui. Pour comprendre leur comportement, il faut connaître leur façon de voir le monde. En fait, pour eux, le monde était divisé en deux parties distinctes: d’un côté, il y avait les bons, les purs et les parfaits (dont eux-mêmes faisaient partie) et, de l’autre côté, il y avait les impurs et les pécheurs. Pour un pharisien, il ne devait y avoir aucun lien entre eux et les pécheurs, car ceux-ci pouvaient le souiller. Ainsi, dans la pensée des pharisiens, Dieu ne pouvait pas aimer les pécheurs. C’est pourquoi le simple fait que Jésus se soit approché des pécheurs et ait mangé avec eux était déjà considéré comme un scandale pour les pharisiens. Ainsi, il est facile de comprendre comment Jésus contredisait de manière flagrante leur façon de penser et de voir le monde.

Pour être sauvé, il faut se reconnaître pécheur en vérité : car Dieu aime les pécheurs mais il déteste les péchés qu’ils commettent

L’attitude de Jésus envers les pécheurs montrera le vrai visage de Dieu, car il nous montre que Dieu est un Père plein de miséricorde. En fait, grâce au comportement de Jésus avec les pécheurs, nous pouvons comprendre que Dieu fait une distinction très importante que les pharisiens eux n’ont pas faite. Dieu fait la distinction entre la personne qui commet le péché et le péché commis par la personne. Dieu en Jésus aime infiniment chaque personne de chaque culture, religion ou race. Et d’une manière particulière, Dieu aime ceux qui sont pauvres, malheureux et faibles. Mais en même temps, Dieu n’aime pas le péché que les gens commettent. Ainsi, avec son attitude d’acceptation, de respect, d’écoute, de douceur et de gentillesse envers tous, Jésus a proclamé la Miséricorde de Dieu qui veut relever chaque personne dans sa dignité d’homme et dire à tous que Dieu lui fait confiance. C’est l’expérience que saint Paul a faite en premier: « je suis plein de gratitude envers celui qui me donne la force, le Christ Jésus notre Seigneur, car il m’a estimé digne de confiance lorsqu’il m’a chargé du ministère, moi qui étais autrefois blasphémateur, persécuteur, violent. » Désormais, la seule condition pour pouvoir être pardonné de mes péchés et être sauvé, c’est de reconnaître en vérité que je suis un pécheur. Mais je dois aussi reconnaître que je suis un pécheur infiniment aimé de Dieu, mon Père. Tant que je ne reconnaîtrai pas en vérité mes péchés et que je ne regretterai pas de les avoir commis, je ne peux pas comprendre la Miséricorde de Dieu et je ne pourrai pas l’accueillir.

Pour être sauvé, il faut se reconnaître pécheur en vérité afin de devenir disciple de Jésus

Seuls ceux qui ont sincèrement reconnu leurs péchés peuvent accueillir la miséricorde de Dieu et devenir ainsi disciples du Christ. Car un disciple de Jésus n’est pas quelqu’un qui se croit supérieur aux autres hommes parce qu’il n’a jamais commis de péché dans sa vie. Un disciple du Christ est plutôt quelqu’un qui a expérimenté la bonté et la miséricorde de Dieu et qui souhaite ressembler à son Maître Jésus. En d’autres mots, comme Jésus l’a fait, il cherche à aller vers ses frères humains et spécialement vers ceux qui semblent être éloigné de la foi et de l’amour de Dieu. Comme Jésus, le disciple sait voir le bien et la grandeur en chaque être humain. Ainsi, à l’instar de Jésus, le disciple souhaite développer une attitude de simplicité, de respect, d’écoute profonde, de douceur et de gentillesse envers chaque personne. C’est pourquoi aujourd’hui, le Seigneur nous invite à nous convertir à sa miséricorde pour devenir ses disciples. Ainsi, nous pourrons faire connaître la miséricorde de Dieu à tous nos frères. Nous pourrons alors vivre ensemble dans la joie et la paix du Seigneur.

Imprimer
Gérald Lajeunesse
A propos Gérald Lajeunesse 293 Articles
Le père Gérald Lajeunesse est prêtre et membre de la Congrégation des Oblats de la Vierge Marie (omv). Il est curé de la paroisse St Enfant-Jésus de la Pointe-aux-Tremble, à Montréal.

1 Commentaire

  1. Bravo Gérald pour ce très beau commentaire de l’évangile d’aujourd’hui. Tu exprimes très bien la différence de mentalité entre d’une part les publicains et les pécheurs et d’autre part les pharisiens et les scribes. L’angle que tu développes pour montrer cette différence est original et très éclairant. Merci ! Guy, omv