Jésus vient nous guérir de toutes nos souffrances

Homélie du 5° Dimanche de Carême C : Jean 8, 1-11

Source image: Clip: Congrès Mission 2018

Résumé : Jésus vient nous guérir de toutes nos souffrances par la confession humble de nos péchés qui nous conduit à la joie du pardon de Dieu.

Jésus vient nous guérir de toutes nos souffrances quelles qu’elles soient

« Le Seigneur dit : « Ne faites plus mémoire des événements passés, ne songez plus aux choses d’autrefois. Voici que je fais une chose nouvelle : elle germe déjà, ne la voyez-vous pas ? » (Isaïe 43, 19) Si nous regardons notre histoire personnelle, nous pouvons peut-être nous rappeler certaines expériences difficiles et douloureuses ou des situations qui ont encore des répercussions négatives dans nos vies. Par exemple, nous avons peut-être eu une enfance douloureuse à cause de la violence ou d’abus psychologiques qui nous ont profondément marqués. Ou nous avons peut-être eu un accident qui nous a rendus handicapés. Ou peut-être avons-nous dû souffrir le deuil d’un parent ou d’un ami très proche. Peut-être vivons-nous avec une dépendance pathologique à l’alcool, à des drogues ou aux jeux de hasard qui détruisent littéralement notre vie. Si nous pouvons nous reconnaître dans l’une ou l’autre de ces situations, nous pourrons alors mieux comprendre la situation de vie que Jésus nous présente dans l’Évangile d’aujourd’hui.

Jésus vient nous guérir de toutes nos souffrances grâce à la Miséricorde de Dieu

En effet, aujourd’hui, le Seigneur a une Bonne Nouvelle pour nous. Il nous dit que nos blessures passées ont un remède. Autrement dit, Jésus nous annonce que la toute-puissance de la Miséricorde de Dieu peut transformer nos expériences douloureuses du passé en une source de paix et de vie nouvelle. Désormais, chacun de nous peut avoir confiance en l’avenir. En fait, l’Évangile nous raconte l’histoire d’une femme qui a beaucoup souffert parce qu’elle était accusée d’adultère. À l’époque de Jésus, être accusé d’adultère était une tragédie. Pourquoi? Parce que, selon la loi du livre du Lévitique, les personnes qui commettaient l’adultère étaient condamnées à mort par lapidation. Or, voilà qu’au moment où tout semblait perdu pour cette femme, celle-ci fera l’expérience du salut de Dieu grâce à sa rencontre avec Jésus. Voyons comment Jésus sauvera cette femme.

Jésus vient nous guérir de toutes nos souffrances en nous invitant à nous mettre à l’écoute de l’Esprit Saint dans notre cœur

Tout d’abord, il convient de noter que lorsque les pharisiens viennent à Jésus pour condamner cette femme adultère, Jésus se tait. Il garde le silence et écrit sur le sol. En ce faisant, Jésus refuse d’entrer dans le jeu de la condamnation des pharisiens car il n’est pas venu pour condamner les pécheurs mais pour les sauver, c’est-à-dire qu’il vient dans notre monde pour donner la lumière, l’espérance et la vie à tous ceux qui ont perdu toute lumière, tout espoir et tout goût à la vie. Le silence de Jésus ne signifie pas qu’il soit indifférent face au problème de cette femme. Le silence de Jésus nous indique plutôt qu’il est nécessaire que nous prenions un temps de réflexion et que nous nous mettions à l’écoute de l’Esprit Saint qui parle dans notre cœur. Ainsi, nous pourrons mieux découvrir la voie de salut à adopter pour sortir de nos problèmes. En fait, seul le Saint-Esprit peut nous faire voir et reconnaître nos péchés et nous conduire sur la voie de la Miséricorde.

Jésus vient nous guérir de toutes nos souffrances en nous faisant entrer sur un chemin de Miséricorde

« Alors Jésus se redressa et leur dit : « Celui d’entre vous qui est sans péché, qu’il soit le premier à lui jeter une pierre.» Jésus invite ainsi tous ceux qui condamnent la femme adultère à entrer en eux-mêmes afin de se mettre en contact avec leur propre fragilité humaine et leur péché personnel. Ainsi, si les accusateurs peuvent se rappeler leurs péchés personnels, ils auront alors la capacité de cesser de condamner la pécheresse pour entrer sur un chemin de Miséricorde. C’est ce qui va se produire puisque tout de suite après, les accusateurs partiront l’un après l’autre, à commencer par les plus âgés.

Jésus vient nous guérir de toutes nos souffrances en passant du registre de l’accusation à celui de la Miséricorde

Dans mon expérience pastorale, j’ai pu constater dans différentes situations que la raison pour laquelle les gens ont du mal à pardonner les fautes des autres, cela est dû souvent au fait qu’ils ne peuvent pas passer du registre de l’accusation à celui de la Miséricorde. Pour y arriver, nous devons être capables de reconnaître nos propres limites et nos propres fautes. Par exemple, je me souviens d’avoir rencontré une dame qui était très en colère contre les médecins et les hôpitaux parce que son mari, qui avait été hospitalisé, avait l’objet de plusieurs erreurs médicales. Et le pire est que jamais les médecins ou l’hôpital n’avaient reconnu leurs erreurs qui avaient causé le décès de son mari. Cette dame vivait dans une immense tristesse et un grand ressentiment contre l’hôpital et les médecins. Cette dame m’a raconté en détail toutes ses peines et elle a beaucoup pleuré. Puis, je lui ai suggéré de faire une bonne confession car cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas reçu le pardon de Dieu dans le sacrement de la réconciliation. Eh bien, je pouvais voir après sa confession profonde une femme libérée de la haine et du ressentiment. Finalement, elle a retrouvé la paix grâce au pardon reçu dans le sacrement.

Jésus vient nous guérir de toutes nos souffrances par la confession humble de nos péchés qui nous conduit à la joie du pardon de Dieu

Jésus dit à la femme pécheresse: « Femme, où sont-ils donc ? Personne ne t’a condamnée ? » Elle répondit : « Personne, Seigneur. » Et Jésus lui dit : « Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus. » Ainsi, Jésus ne vient pas pour condamner les pécheurs, mais pour les sauver. C’est cela la Bonne Nouvelle de l’Évangile que tout le monde doit connaître afin que personne ne puisse craindre de confesser ses péchés. En fait, si nous croyons vraiment que Dieu veut nous sauver de nos péchés par son pardon et non condamner les pécheurs, nous pourrons tous vivre dès maintenant dans la paix et la joie de Dieu. C’est la grâce que je souhaite à tous, surtout en ce temps béni du carême.

Imprimer
Gérald Lajeunesse
A propos Gérald Lajeunesse 249 Articles
Le père Gérald Lajeunesse est prêtre et membre de la Congrégation des Oblats de la Vierge Marie (omv). Il est curé de la paroisse St Enfant-Jésus de la Pointe-aux-Tremble, à Montréal.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire