Voir Dieu et Le faire voir

SOURCE IMAGE: Clip: Vie religieuse.fr

Résumé: Voir Dieu et Le faire voir. Toute évangélisation a comme objectif d’aider à voir Dieu et Le faire voir de manière que nos frères puissent rencontrer Dieu et son Amour.

Chers lecteurs,

J’espère que cette prédication sur le regard vous intéressera. Jean Michel Garrigues, dominicain, a, lui aussi, été converti par un regard, celui du Père Charles de Foucauld sur un livre. Amicalement. Père Geoffroy.

Le regard…

… d’un handicapé

Christel est infirmière, on lui a demandé de « faire de l’évangélisation dans la rue ». Elle l’a fait à contrecœur, sans enthousiasme, surmontant « de vives résistances intérieures », mais cela lui a permis de rencontrer son mari Laurent Landete. Ce père de six enfants préfère les relations personnelles, les gestes de compassion, à tout discours. Il est infirmier libéral. Ce métier a été un véritable appel à la suite d’un pèlerinage à Lourdes. Des amis l’avaient convaincu de participer au Pèlerinage national, organisé chaque année pour le 15 août par les religieux assomptionnistes.

Un jeune myopathe, lourdement handicapé, lui est confié. Laurent doit prendre soin de Philippe, l’habiller, lui brosser les dents, l’accompagner durant tous ses déplacements. Chaque soir, dans sa chambre, Laurent pleure comme il n’a jamais pleuré. Une question lui transperce le cœur et bouscule ses repères : « Pourquoi lui, pourquoi pas moi? » Un jour, Philippe demande à se rendre à la grotte. Philippe pose son regard sur un autre jeune homme, lourdement handicapé, lui aussi. « Je n’avais jamais vu un regard d’une telle bonté. Comment pouvait-il donner autant d’amour malgré tant de douleurs? » Le jeune homme lui répond par un sourire magnifique. « A cet instant s’est imposée à moi la certitude que Dieu est amour et tendresse. » 

Ce regard décide de sa vocation : « J’ai compris que je voulais soigner, mettre les doigts dans les plaies. » Modérateur de la Communauté de l’Emmanuel pendant neuf ans, il aime, pendant ses temps libres, donner un coup de main à ses associés du cabinet infirmier, tout particulièrement pour les personnes âgées, parce que ces êtres « désarmés » s’approchent de l’essentiel. L’invitation du Pape François à sentir l’odeur des « brebis », revient souvent dans ses propos. Il ne cache pas que la plupart des membres de la communauté de l’Emmanuel se sentent plus proches de Benoît XVI que du Pape argentin.  Il n’hésite pas à les bousculer, en leur demandant de s’interroger sur ce qui les gêne chez ce pape moins traditionnel que le précédent. Ses deux premiers enfants étaient encore bébés quand les médecins révèlent aux parents qu’ils sont atteints tous deux d’une maladie génétique. Handicapés lourdement, ils vivent aujourd’hui dans des institutions spécialisées, tout en rejoignant régulièrement leur famille.

Parce que « la croix ne s’arrête pas à la croix », Laurent Landete et son épouse choisissent de donner naissance à quatre autres enfants, malgré la pression et l’incompréhension violente de certains médecins. Bien des années plus tard, un chef de service posera cette question à Laurent Landete : « Dites-moi, Monsieur, quel est votre secret ? »

… du croyant

Dans l’évangile d’aujourd’hui les regards sont aussi importants. Ils changent des destinées. Aussi Laurent, Jean le Baptiste, Jésus posent une question aux disciples que nous sommes : Avons-nous été regardés par Jésus ou un de ses témoins au point que nos vies ont changé ? Notre regard change-t-il ceux que nous rencontrons en croyants ?

 Le regard de l’homme…

Regarder, autrement que distraitement, est un acte d’une grande portée. Ainsi, le regard du Baptiste sur Jésus décide Jean, un tout jeune homme de 15 ans, pense-t-on, et un timide, André, à suivre Jésus : « Posant son regard sur Jésus qui allait et venait, le Baptise dit : “Voici l’Agneau de Dieu !“ » (Jn 1, 36) Les deux disciples, à l’inverse de la foule, « entendirent ce qu’il disait, et ils suivirent Jésus. » (Jn. 1, 37)

A l’opposé, l’absence de regard peut être terrible, comme une négation de l’existence de l’autre. Chacun n’a-t-il pas fait l’expérience dans son existence de gens dont ils sont familiers et qui ne les regardent plus ? Ils se sentent alors comme n’existant plus à leurs yeux. « Il m’ignore », pense-t-on d’une personne qui ne nous regarde pas ou plus.

Le regard de Dieu…

L’homme ressent aussi les effets du « regard de Dieu ».

… absent

  • L’absence du regard de Dieu est destructeur. Le prophète Jérémie annoncera, sept siècles avant la destruction du Temple de Jérusalem par les Romains (le 9 août 70 après Jésus-Christ), que le Seigneur ne regardera plus son peuple : « La face du Seigneur les dispersa, Il ne les regarda plus.  » (Lm. 4, 16)

… révolutionne une vie

  • A l’opposé, la présence du regard de Dieu révolutionne une vie. Jean évoque trois fois dans le 1er chapitre de son évangile, le regard de Jésus. Ce regard invite les futurs disciples :
  • A l’intimité avec Lui. Il se retourne pour regarder André et Jean qui Le suivent et les invite à voir où Il demeure : « Ils vinrent donc et virent où Il demeurait, et ils demeurèrent auprès de Lui ce jour-là. »  (Jn. 1, 39)
  • A un changement total d’existence. Il pose son regard sur Simon pour lui donner un autre nom et l’appeler à une destinée hors du commun : « “Tu es Simon, fils de Jean, tu t’appelleras Céphas“, ce qui veut dire Pierre. » (Jn. 1, 12)
  • A un voir merveilleux ! « Parce que Je t’ai dit : “Je t’ai vu sous le figuier“, tu crois ! Tu verras mieux encore », dit-Il à Nathanaël. Et Il ajoute, à l’intention des quatre premiers disciples : « En vérité, en vérité, Je vous le dis, vous verrez le ciel ouvert et les anges de Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l’homme. » (Jn. 1, 51)

… transforme

Mieux encore, le regard de Dieu transforme. Le regard de Dieu est un regard de miséricorde qui ne peut supporter la déchéance de l’homme. Ainsi Israël était abandonnée : « A ta naissance, au jour où tu vins au monde, on ne coupa pas le cordon, on ne te lava pas dans l’eau pour te nettoyer, on ne te frotta pas de sel, on ne t’enveloppa pas de langes… Je passai près de toi et Je te vis, te débattant dans ton sang. » (Ez. 16, 4-6) Et Dieu regarde cette misère pour revêtir Israël de Sa Beauté : « Tu fus renommée parmi les nations pour ta beauté, car elle était parfaite, grâce à Ma Splendeur dont Je t’avais revêtue. » (Ez. 16, 14)

… transfigure

Ainsi, comme le regard de l’artiste transforme la matière, le regard de Dieu transfigure l’homme, comme le laisse entendre ce beau texte de S. Jean de la Croix : « En répandant mille grâces, Il a passé par ces bois en grande hâte ; posant sur eux Son regard, d’un reflet de Son visage, Il les laissa tout revêtus de beauté. » (Le Cantique Spirituel, Strophe 5, couplet V)

Voir Dieu…

… en son essence ?

« Nul n’a jamais vu Dieu, le Fils unique, qui est tourné vers le sein du Père, Lui L’a fait connaître », (Jn. 1, 18) dit S. Jean dans le Prologue de son Evangile. Laurent Landete n’a pas, à proprement parler, « vu » Dieu. Il l’a « vu » dans le regard de deux handicapés, mais il n’a pas vu Dieu dans son essence. Il a vu une « image de Dieu », une ressemblance avec Dieu dans un regard d’amour échangé.

… au Paradis

Même au jardin d’Eden, nous dit S. Thomas d’Aquin, l’homme n’a pas « vu » Dieu : « Adam voyait Dieu en énigme, car il voyait Dieu à travers un effet créé. » (Somme, I.I Q. 94 a. 1 sol.3)

avec Jean le Baptiste

Beaucoup ont vu Jésus, mais le premier à Le « voir » dans Son mystère, avant même de L’avoir vu physiquement, c’est Jean le Baptiste. Pour l’aider un signe lui a été donné: « Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer, c’est Lui qui baptise dans l’Esprit Saint. » (Jn. 1, 34) Cette œuvre – le baptême dans l’Esprit Saint – en fait pour le Précurseur, « l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde ». (Jn. 1, 29)

…avec le monde

Evidemment, le « voir » du Baptiste est particulier, ce n’est pas un « voir »  mondain. Effectivement, le monde – Hérode, les habitants de Jérusalem, les prêtres, les scribes, les Pharisiens, les disciples eux-mêmes parfois – ne « voit » pas. Il faut dépasser l’apparence, même l’apparence du miracle. Ainsi, le signe que donne Jésus de Sa divinité par la résurrection de Lazare, ne suffira pas à convaincre les Juifs de Jérusalem que Jésus est le Messie. (cf. Jn 11, 46-48)

… avec S. Jean

Il faut regarder Jésus avec Jean le Baptise, il faut Le regarder avec S. Jean qui voyant « le suaire qui avait recouvert la tête [de Jésus], non pas avec les linges, mais roulé à part dans un endroit », (Jn. 20, 7) croit : « Il vit et il crut. » (Jn. 20, 8). Il faut le regarder avec S. Jean criant à Pierre : « C’est le Seigneur ! » (Jn. 21, 6-7) parce que Celui-ci a simplement commandé de jeter le filet à droite de la barque et que le filet s’est rempli. Bref il faut être à l’affût.

… aujourd’hui

  1. Jean, sait « voir » Jésus d’une manière surprenante. Il lui suffit d’un indice. D’autres savent voir Jésus en celui qui a faim et soif, qui est malade, étranger, nu, en prison. (Mt. 25, 35-36) Nous sommes dans le temps « du voir indirect ». (D. Mollat, S. Jean, éd. Beauchesne, 1976, p. 93) Nous ne sommes pas encore dans la vision directe, « béatifique » où « nous Lui serons semblables, parce que nous Le verrons tel qu’Il est ». (1 Jn. 3, 2) Mais dans ce temps du « voir indirect », nous pouvons Le voir sur un simple indice et Le faire voir. A nous, en ce début d’année, de faire ces choix : Le voir sur un simple indice et Le faire voir.

 

Prions : « Seigneur, donne-nous de Te voir dans le quotidien et de Te faire voir par nos actes, nous T’en prions. Amen. »

 

Oraison jaculatoire : « Seigneur, que je Te voie dans mes frères ! »

 

Suggestion : Voir Jésus, avec les yeux de la foi, dans les petits riens d’une journée.

 

Question : Comment avez-vous vu Dieu « indirectement » cette semaine ?

Imprimer
Geoffroy de Lestrange
A propos Geoffroy de Lestrange 73 Articles
Le père de Lestrange, curé dans le monde rural, a fait ses études supérieures aux États-Unis. Il y a découvert le Renouveau charismatique catholique ainsi que les églises évangéliques. Bénédictin, puis profès simple chez les frères de Saint-Jean, il a découvert par ces contacts divers, l'importance de la prière pour une nouvelle Pentecôte dans l'Église, souhaitée par tant de papes.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire