Véritable hymne québécois à l’amour « Christ »

Résumé : Véritable hymne québécois à l’amour « Christ ». L’amour « Christ » illumine le mieux le mystère de l’amour et l’incarne parfaitement.

 

« La COVID ne viendra pas à bout de l’amour, Crisse! » a répondu spontanément la comédienne Louise Latraverse à l’émission : « En direct de l’univers » le 31 décembre 2020. Et c’est donc bien beau et vrai : s’il y a une chose qui ne semble jamais éliminée, jamais vaincue par les multiples virus de ce monde, c’est bien l’amour. Cinq lettres qui valent cher à cause de la réalité qu’il y a derrière.

Véritable hymne québécois à l’amour « Christ » : il est présent partout

Affection, action, passion, dépassement, renoncement, engagement. Autant de mots pour décrire la beauté de ce que c’est. Et non, cela ne peut pas être une création de l’esprit parce qu’il est trop vrai, trop là. On le voit, on le vit, on le boit, on l’envie. Sublime réalité, liberté suprême. La possibilité d’aimer et d’être aimé.

Véritable hymne québécois à l’amour « Christ » : il est éternel

L’amour est essentiel, il est éternel. On a beau l’oublier, le mépriser, l’enterrer, il va finir par ressusciter. Guerres, désastres, méchancetés, silences, indifférences, apparences. L’amour finira par trouver une brèche. Une seule flammèche pour allumer un feu de vie, feu de joie chez n’importe qui le reçoit. L’amour nous fouette, nous touche, nous percute, nous rencontre personnellement. On dirait même parfois qu’il nous poursuit individuellement.

Véritable hymne québécois à l’amour « Christ » : il change tout

L’amour change tout. J’aurais beau être le plus fort, le plus riche, le plus beau du monde, si je n’ai pas l’amour, je suis une cymbale qui résonne. Je fais bien du bruit sans aucune mélodie. J’aurais beau percer tous les mystères de l’univers, me sacrifier corps et âme par terre, sans l’amour je ne suis rien… rien du tout. « C’est l’amour qui change tout », disait saint Augustin. Parce que la justice sans amour nous rend dures; la vérité sans amour nous rend critiques; l’intelligence sans amour nous rend rusés, sournois; la gentillesse sans amour nous rend hypocrites; l’ordre sans amour nous donne un esprit étroit; l’honneur sans amour nous rend orgueilleux; la possession sans amour nous rend avares; la foi sans amour nous rend fanatiques; la vie sans amour est sans valeur.

Véritable hymne québécois à l’amour « Christ » : il est sacré

Il me semble que l’amour est bien trop grand, bien trop puissant pour être collé à un aussi petit juron : Crisse! On voit la soif, la franchise derrière cette expression, on sent la bonne intention et l’émotion. Mais aussi l’absence de définition et le flou de notre culture déchristianisée qui cherche à s’autodéterminer. « Crisse » On perçoit le manque de sens, l’obligation de combler avec une note intense : « Crisse ». Comme un cri du cœur, comme des rires qui pleurent : « Crisse ». L’amour est sacré. Cela prendrait mieux qu’un sacre pour l’accompagner. Un meilleur « Crisse » pour le représenter. « Crisse », l’amour oui, mais pourquoi? L’amour oui, mais comment? L’amour oui, mais pour qui? « Crisse » : l’amour de soi mène au désarroi. L’amour de l’amour est trop vide pour moi. L’amour des autres est trop souvent incomplet. Et l’amour des choses ne me rend pas complet. « Crisse » : y a-t-il quelqu’un qui peut me dire : « where is the love? » Celui que je vois à la télé commence à goûter bizarre. Plus capable de « tender », je veux plus qu’un soir. « Crisse », l’amour ne peut pas juste être une technique, un principe, une idée. C’est trop incarné. OK une bonne valeur. Mais qui c’est qui l’a inventé?

« Crisse »! Cela prend plus qu’un gros mot, un point d’exclamation. Cela prend un point d’origine et un gros nom. L’amour ne flotte pas dans les airs. Il est toujours relation. L’amour ne vient pas de quelque part mais il vient de quelqu’un : CHRIST. Oui, Christ. L’amour Christ. Oui, l’amour a un nom : Christ. Sans Lui je te prêcherais une froide religion, un recueil de dictons. Mais à cause qu’il est de Dieu, que Dieu est amour et qu’il nous a aimés en Christ. Je t’annonce l’amour divin, l’amour sans fin, l’amour immérité, l’amour incarné, l’amour d’un Dieu qui nous a aimés de toute éternité qui s’est offert pour que l’on soit pardonné, au lieu d’être condamné.

Véritable hymne québécois à l’amour « Christ » révélé par les évangiles

Jésus nous a aimés à mourir pour qu’on connaisse le vrai amour et qu’on vive de celui-ci. Raymond Lévesque avait raison : c’est de l’amour que l’être humain vit. J’aime comment l’apôtre Jean en parlait aux siens : « Voici comment Dieu a manifesté son amour pour nous : il a envoyé son Fils unique dans le monde, afin que nous ayons la vie par lui. Et voici en quoi consiste l’amour : ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, mais c’est lui qui nous a aimés; il a envoyé son Fils qui s’est offert en sacrifice pour le pardon de nos péchés. Très chers amis, si c’est ainsi que Dieu nous a aimés, nous devons, nous aussi, nous aimer les uns les autres! ». Bref, l’amour Christ.

SOURCE : CHAINE YOUTUBE SAM’PARLE

Imprimer

Soyez le premier à commenter