Sommes-nous sensibles aux besoins et souffrances des autres?

Homélie du 26° Dimanche Ordinaire C : Luc 16, 19-31

Résumé : Sommes-nous sensibles aux besoins et souffrances des autres? L’Évangile nous présente l’exemple de l’homme riche qui était insensible aux besoins du pauvre

Sommes-nous sensibles aux besoins et souffrances des autres? Le riche de la parabole était tout à fait insensible aux besoins du pauvre Lazare

La Parole de Dieu résonne aujourd’hui comme un coup de canon qui veut nous réveiller de notre sommeil spirituel afin d’éviter un grand danger. En effet, nous voyons dans la parabole de Jésus le riche qui met sa sécurité dans ses possessions matérielles en oubliant l’Alliance d’Amour avec Dieu qui l’invite à venir en aide aux plus démunis. Cet homme riche, nous dit l’évangile, était « vêtu de pourpre et de lin fin, et il faisait chaque jour des festins somptueux ». Ses richesses lui permettaient certes de profiter de la vie. Mais il oubliait l’essentiel qui est le bien de son âme : Dieu, la vérité et l’amour. En fait, l’homme riche vit dans un monde fermé sur lui-même. C’est pourquoi il se trouve coupé de la réalité du monde qui l’entoure. Ainsi, il est tellement préoccupé par lui-même et les plaisirs que lui procurent ses richesses qu’il ne voit pas le pauvre Lazare qui est à sa porte. Il ne remarque pas que cet homme est en train de mourir de faim à ses côtés. Au fond, l’homme riche est progressivement devenu insensible aux autres et à l’Amour de Dieu.

Sommes-nous sensibles aux besoins et souffrances des autres? Et pourtant, nous n’avons pas besoin de beaucoup pour aider l’autre qui est dans le besoin

Aujourd’hui, le Seigneur nous demande : Sommes-nous sensibles aux besoins et aux souffrances des personnes qui vivent à côté de nous (notre famille, nos collègues de travail, nos voisins). Vous savez, vous n’avez pas besoin d’être millionnaire pour aider les autres. Accorder un peu d’attention à la personne que vous rencontrez : un sourire, une écoute, un appel téléphonique, un encouragement, un coup de main juste au bon moment. Pour ce faire, nous avons toujours la liberté de choisir entre la commodité de nous enfermer en nous-mêmes dans notre égoïsme ou de nous ouvrir à l’autre en allant à sa rencontre.

Sommes-nous sensibles aux besoins et souffrances des autres? On peut facilement s’illusionner en pensant être soucieux des autres

Mais certains pourraient dire: l’homme riche n’était pas vraiment prisonnier de lui-même, car lorsqu’il était en enfer, il pensait à ses frères qui vivaient la même vie que lui. À première vue, cela semble vrai. Mais en réalité, cet homme riche est encore très imprégné de la mentalité des riches. En fait, ce qu’il demande à Abraham pour ses frères, c’est d’obtenir un traitement de faveur. Il n’accepte pas le chemin commun du salut qui passe nécessairement par la foi en la Parole de Dieu. Car tout au long de sa vie, cet homme riche s’est habitué à obtenir des passe-droits pour V.I.P. à cause de sa richesse. De manière indirecte, il tente d’acheter le salut pour sa famille. Mais « Abraham lui a répondu: « S’ils n’écoutent pas Moïse et les prophètes, ils ne seront pas convaincus, même si on ressuscite des morts » ». Cette parole d’Abraham nous fait comprendre que ce qui convertit vraiment les gens ce ne sont pas les grands miracles ou les choses merveilleuses. C’est plutôt comme l’a dit saint Paul à Timothée (2e lecture): « Toi, homme de Dieu, recherche la justice, la piété, la foi, la charité, la persévérance et la douceur. Mène le bon combat, celui de la foi, empare-toi de la vie éternelle ! C’est à elle que tu as été appelé, c’est pour elle que tu as prononcé ta belle profession de foi devant de nombreux témoins. »

Sommes-nous sensibles aux besoins et souffrances des autres? C’est une bonne manière de pouvoir témoigner de notre foi en Jésus Ressuscité

Par conséquent, le meilleur moyen de pouvoir entrer dans la résurrection du Christ, c’est de témoigner de notre foi, de notre espérance et de notre charité envers nos frères et sœurs qui sont dans le besoin. Si nous laissons toucher notre cœur par la souffrance de nos frères et sœurs en allant à leur rencontre afin de les aider, cela est une excellente façon d’entrer dans la vie éternelle. C’est pourquoi il est urgent, frères et sœurs, de nous mettre à évangéliser les autres par le témoignage de notre foi, de notre espérance et de notre charité. L’évangélisation des frères est le signe certain que nous ne sommes pas endormis spirituellement et que nous sommes sur le chemin qui mène au salut.

Imprimer
Gérald Lajeunesse
A propos Gérald Lajeunesse 251 Articles
Le père Gérald Lajeunesse est prêtre et membre de la Congrégation des Oblats de la Vierge Marie (omv). Il est curé de la paroisse St Enfant-Jésus de la Pointe-aux-Tremble, à Montréal.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire