Mon passage d’un Dieu lointain à un Dieu d’Amour

Source Photo: vidéo Emmanuel Play

Résumé : Mon passage d’un Dieu lointain à un Dieu d’Amour. Le jeune français Rhudi vient d’une famille non pratiquante. Un jour ce Dieu qui paraît si loin prend une place dans sa vie.

Bonsoir à tous, je me présente : je m’appelle Rhudi et je voudrais vous partager mon témoignage. Je voudrais vous parler de ma conversion, de ce que le Seigneur a fait pour moi dans ma vie, de mon passage d’un Dieu lointain à un Dieu d’Amour. J’ai 24 ans. La première fois que nous étions venus ici à Paray-le-Monial, c’est en 2009. Parce qu’on avait des amis qui avaient fait leur première communion. Et quand ils ont fait leur première communion, ils nous ont appelés en nous disant : ce serait bien si vous pouviez venir assister à notre première communion. Alors, pour vous dire un peu, contrairement à mon frère Steve qui vient de témoigner, moi je suis issu d’une famille catholique non-pratiquante. Je tiens à le préciser. Pour vous expliquer notre vie avant de rencontrer le Seigneur : on était croyant, pas pratiquant et pour nous, Dieu était très, très loin. On n’était pas des gens de mauvaise vie. On est pécheur. Mon père nous a appris à travailler. Il nous a donné beaucoup d’amour et je le remercie. Ainsi que ma mère et mes frères et sœurs. Et pour vous dire ce qu’était notre foi : on croyait à la Vierge Marie, on croyait en Jésus (cela ne nous dérangeait pas) et pour vous dire, la seule chose qu’on savait dans notre foi catholique, c’était le signe de la croix. Je me souviens quand on était enfant et qu’on allait au marché avec mon père, quand on passait devant un calvaire (car en Alsace il y a énormément de calvaires sur les routes) on avait l’habitude de faire le signe de la croix. Et toute notre vie on a fait cela. Mais on ne connaissait pas Dieu personnellement et on ne connaissait pas qui était Jésus.

Un cheminement de foi qui a commencé à la première communion d’une famille amie

Donc, on allait à Paray-le-Monial en 2009 pour la famille qui faisait leur première communion. On était là avec un regard un peu observateur. On ne comprenait pas ce qui se passait là. On n’avait pas compris le message que le Seigneur voulait faire passer. La famille qui a fait leur première communion nous ont accompagnés pendant un an. Ils nous ont expliqué qu’est-ce que cela a changé dans leur vie d’avoir fait la première communion, de communier au Corps du Christ. On les voyait aller à la messe le dimanche ou le samedi soir et cela a duré comme cela pendant un an.

Mon passage d’un Dieu lointain à un Dieu d’Amour : pour la première fois je me suis reconnu pécheur devant le Seigneur

Et en 2010, on est revenu à Paray-le-Monial, on est venu avec un cœur en recherche. On n’était plus venu avec le regard observateur, on était venu avec un cœur qui cherchait Dieu. Et frères et sœurs, le 17 avril 2010, j’ai fait ma première communion. J’ai rencontré le Seigneur un Vendredi-Saint. Le Seigneur s’est montré à moi, il m’a montré tout l’amour qu’il avait pour moi. Pour la première fois de ma vie, je me suis reconnu pécheur devant le Seigneur. Malgré que j’étais jeune, je n’avais que 16 ans. Et moi je me disais dans ma foi à moi : je ne suis pas digne de l’amour de Dieu. Je savais que Dieu m’aimait par contre. Ça j’en étais sûr car j’avais fait une expérience avant avec sa Parole. J’avais commencé à lire un peu la Bible. Mais je ne me sentais pas digne de son amour.

Mon passage d’un Dieu lointain à un Dieu d’Amour : j’ai enfin compris que Dieu avait donné sa vie pour moi

Et le Vendredi-Saint, quand ils ont exposé la croix du Christ, on a fait un acte de vénération sur cette croix et j’ai embrassé le cœur et les pieds de Jésus. Et à ce moment-là, je me suis mis à pleurer comme un enfant et j’ai compris. J’ai compris enfin ce que c’était que ce Dieu qui avait donné sa vie pour moi. Il a donné sa vie pour moi pour me donner la paix dans mon cœur, pour me donner la vie éternelle, pour me donner une espérance. Il m’a fait prendre conscience que le baptême que j’ai reçu quand j’étais enfant s’était comme réveillé en moi. Et lorsque j’ai fait cette expérience, alors j’ai fait ma communion le samedi et j’avais prié énormément pour que mes parents et toute ma famille fassent leur première communion. Le soir de ma première communion, j’ai fait un témoignage. Et le lendemain (dimanche), toute ma famille a fait sa première communion. Je remercie le Seigneur parce que quand j’y pense, le Seigneur écoute vraiment nos prières.

Mon passage d’un Dieu lointain à un Dieu d’Amour : ce qui m’étonne, c’est que Dieu n’a pas attendu qu’on devienne parfait pour nous montrer son amour

Et ce qui m’étonne, (maintenant cela fait pas mal d’années qu’on chemine) ce qui m’étonne toujours c’est que le Christ est venu nous appeler dans la situation où on était. Il n’a pas attendu qu’on devienne parfait pour nous montrer son amour. Et ce que j’ai vécu dans ma foi, je veux le dire aux autres. Frères et sœurs, on a été baptisé, nous sommes enfants de Dieu par le baptême. Mais cela ne s’arrête pas là. Le Seigneur nous appelle à vivre de ses sacrements. Les sacrements, cela veut dire que c’est un cadeau que Dieu fait à chacun d’entre nous Et ce cadeau qu’Il veut nous faire, le cadeau qu’il m’a fait pour ma première communion, c’est extraordinaire et je n’ai pas pu m’empêcher de le communiquer aux autres.

L’année d’après c’était notre confirmation. Après j’ai rencontré ma femme et je me suis marié. Et je remercie le Seigneur pour toutes les bonnes choses qu’il nous a données. Et cette année, on a fait un pèlerinage à Lisieux et sur la route de ce pèlerinage, on a eu pas mal de combat : ma femme a fait un accident de voiture et Dieu merci, ma femme n’a rien eu. Et à Lisieux, on a rencontré des gens extraordinaires. J’ai vu des frères et des sœurs qui se sont mis au service, qui nous ont accueilli, qui ont prié pour nous et qui nous ont dit : ça va aller, le Seigneur va donner des grâces, beaucoup de grâces. Et le Seigneur, c’est ce qu’il a fait. Après, on devait retourner chez nous dans nos régions, et bien on ne s’est pas arrêté là. On a été poussé pour continuer notre pèlerinage avec eux : à Gorges, à Pontmain. C’était vraiment extraordinaire ce qu’on a vécu à travers la mission.

Mon passage d’un Dieu lointain à un Dieu d’Amour : le Seigneur se sert de chacun d’entre nous : des pauvres types

Et je remercie le Seigneur de tout mon cœur car il se sert de chacun d’entre nous. Des pauvres types comme on dit. Merci Seigneur! J’aimerais vous faire passer un message : quand on vit une vie chrétienne, on ne peut pas vivre une vie chrétienne sans combat. Et vous savez, les combats, quand il nous arrive des misères, des fois on se tourne vers le Seigneur et on dit : pourquoi Seigneur, pourquoi ci pourquoi ça? Et le thème de la session si j’ai bien compris c’est : « Je ne vous appelle plus mes disciples mais mes amis ». Est-ce que vous croyez qu’un ami veut que son ami soit malheureux? Non. Vous savez quand on souffre, le Seigneur souffre avec nous. Vous savez, saint Paul quand il était parti évangéliser, on dit qu’il avait fait naufrage avec un bateau, et à travers ce naufrage, aucune personne qui était sur ce bateau n’a perdu la vie. Ce qui est extraordinaire avec le Seigneur, c’est qu’il permet des épreuves pour nous rendre plus forts. C’est pour nous redonner la force. Et bien, je te bénis Seigneur, je te remercie pour tout ce que tu as fait pour nous dans notre voyage.

SOURCE : COMMUNAUTÉ DE L’EMMANUEL À PARAY-LE-MONIAL

Imprimer
Gérald Lajeunesse
A propos Gérald Lajeunesse 298 Articles
Le père Gérald Lajeunesse est prêtre et membre de la Congrégation des Oblats de la Vierge Marie (omv). Il est curé de la paroisse St Enfant-Jésus de la Pointe-aux-Tremble, à Montréal.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire