« Christus vivit »: il vit, le Christ, notre espérance

Exhortation apostolique "Christus vivit" (3° partie)

Cet article est numéro 1 d'une série de 3 Christus vivit

Résumé : « Christus vivit »: il vit, le Christ, notre espérance. Il vit et il te veut vivant!  Voici la troisième partie de la méditation sur l’Exhortation apostolique du Pape François sur les jeunes et le discernement vocationnel.

« Christus vivit »:  il vit, le Christ, notre espérance : ensemble avec les jeunes pour évangéliser le monde

Alors nous poursuivons notre méditation sur l’Exhortation apostolique du pape François, Christus vivit, le Christ est vivant, qui fait suite au synode sur les jeunes et le discernement vocationnel.  Nous en sommes au chapitre 7 qui concerne la « pastorale des jeunes ».  Un beau chapitre, un long chapitre, j’en rappelle simplement quelques extraits.

La pastorale des jeunes, telle que nous étions habitués à la mettre en œuvre, a souffert de l’assaut des changements sociaux et culturels. Les jeunes, dans les structures habituelles, ne trouvent souvent pas de réponses à leurs préoccupations, à leurs besoins, à leurs problèmes et à leurs blessures. Bien qu’il ne soit pas toujours facile de s’adresser aux jeunes, il y a deux aspects à développer : la conscience que c’est toute la communauté qui les évangélise et l’urgence qu’ils aient une place plus importante dans les propositions pastorales.

Je tiens à souligner que les jeunes eux-mêmes sont des agents de la pastorale de la jeunesse. Ils nous font voir la nécessité d’adopter de nouveaux styles et de nouvelles stratégies. Par exemple, alors que les adultes ont tendance à se préoccuper de tout planifier, avec des réunions périodiques et des horaires fixes, aujourd’hui la plupart des jeunes sont difficilement attirés par ces programmes pastoraux. La pastorale des jeunes doit acquérir une autre flexibilité, et réunir les jeunes pour des évènements, des manifestations qui leur offrent chaque fois un lieu où ils reçoivent non seulement une formation, mais qui leur permettent aussi de partager leur vie, de célébrer, de chanter, d’écouter de vrais témoignages et de faire l’expérience de la rencontre communautaire avec le Dieu vivant.

Ici je fais une remarque pour dire que la cellule d’évangélisation pourrait et devrait être un beau lieu de rassemblement des jeunes.  Peut-être qu’elle pourrait être moins régulière, pour une cellule de jeunes, il faudrait voir.  Mais elle réunit ces différents événements dont parle le pape François : un lieu pour chanter, écouter des témoignages, faire l’expérience de la rencontre communautaire avec le Dieu vivant, etc.

« Christus vivit »:  il vit, le Christ, notre espérance : inviter les jeunes à entrer sur un chemin de croissance spirituelle

Je voudrais simplement souligner brièvement que la pastorale des jeunes comporte deux lignes d’action. L’une est la recherche, l’invitation, l’appel qui attire de nouveaux jeunes à faire l’expérience du Seigneur. L’autre est la croissance, le développement d’un chemin de maturation pour ceux qui ont déjà fait cette expérience.

En ce qui concerne la première, la recherche, je fais confiance à la capacité des jeunes eux-mêmes, qui savent trouver les chemins attrayants pour appeler. Il faut seulement stimuler les jeunes et leur donner une liberté pour qu’ils s’enthousiasment en devenant missionnaires dans les milieux des jeunes. Le plus important est que chaque jeune ose semer la première annonce dans cette terre fertile qu’est le cœur d’un autre jeune.

Concernant la croissance, je veux faire une mise en garde. Calmons l’obsession de transmettre une accumulation de contenus doctrinaux, et avant tout essayons de susciter et d’enraciner les grandes expériences qui soutiennent la vie chrétienne. Tout projet formateur, tout chemin de croissance pour les jeunes, doit être centré sur deux axes principaux : l’un est l’approfondissement du kérygme. L’autre est la croissance de l’amour fraternel, dans la vie communautaire, par le service.

« Christus vivit »:  il vit, le Christ, notre espérance : pastorale jeunesse pour approfondir une expérience personnelle de l’amour de Dieu

Toute la formation chrétienne est avant tout l’approfondissement du kérygme qui se fait chair toujours plus et toujours mieux. Par conséquent, la pastorale des jeunes doit toujours inclure des temps qui aident à renouveler et à approfondir l’expérience personnelle de l’amour de Dieu et de Jésus-Christ vivant.  D’autre part, tout plan de la pastorale des jeunes doit intégrer clairement des ressources et des moyens variés pour aider les jeunes à grandir dans la fraternité, à vivre en frères, à s’entraider mutuellement, à créer une communauté, à servir les autres, à être proches des pauvres.

Différents domaines pour le développement pastoral. Beaucoup de jeunes sont capables d’apprendre à aimer le silence et l’intimité avec Dieu. Il ne faut pas sous-estimer les jeunes comme s’ils étaient incapables de s’ouvrir à des propositions contemplatives.

« Christus vivit »:  il vit, le Christ, notre espérance : renforcement de la foi des jeunes par le service envers les petits

Une opportunité unique pour la croissance et aussi pour l’ouverture au don divin de la foi et de la charité est le service : beaucoup de jeunes se sentent attirés par la possibilité d’aider les autres, en particulier les enfants et les pauvres. Souvent ce service est le premier pas pour découvrir ou redécouvrir la vie chrétienne et ecclésiale. Beaucoup de jeunes se lassent de nos itinéraires de formation doctrinale, et même spirituelle, et parfois ils réclament la possibilité d’être davantage protagonistes dans des activités où ils font quelque chose pour les gens.

« Christus vivit »:  il vit, le Christ, notre espérance : la foi des jeunes peut se développer par les arts

Nous ne pouvons pas oublier les expressions artistiques telles que le théâtre, la peinture, etc. L’importance de la musique est tout à fait particulière; elle représente un véritable environnement où les jeunes sont constamment plongés, comme une culture et un langage capables de susciter des émotions et de modeler une identité. Le langage musical représente aussi une ressource pastorale qui interpelle en particulier la liturgie et son renouveau.

« Christus vivit »:  il vit, le Christ, notre espérance : la foi des jeunes grandit par la pratique sportive

L’importance de la pratique sportive parmi les jeunes est tout aussi significative. L’Église ne doit pas sous-évaluer ses potentialités dans une optique d’éducation et de formation, en conservant une présence affirmée en son sein. A la base de l’expérience sportive il y a la joie: la joie de bouger, la joie d’être ensemble, la joie pour la vie et les dons que le Créateur nous fait chaque jour. D’autre part, certains Pères de l’Église ont pris l’exemple des pratiques sportives pour inviter les jeunes à grandir en force et à dominer la somnolence ou le confort.

Chez de nombreux jeunes et adolescents, le rapport à la création éveille une attraction spéciale, et ils sont sensibles à la protection de l’environnement,

« Christus vivit »:  il vit, le Christ, notre espérance : la foi des jeunes s’approfondit par les dons de Dieu

Ces possibilités et diverses autres qui s’offrent à l’évangélisation des jeunes, ne devraient pas nous faire oublier, qu’au-delà des changements de l’histoire et de la sensibilité des jeunes, il y a les dons de Dieu qui sont toujours actuels, et qui contiennent une force qui transcende toutes les époques et toutes les circonstances : la Parole du Seigneur toujours vivante et efficace, la présence du Christ dans l’Eucharistie qui nous nourrit, et le Sacrement du pardon qui nous libère et nous fortifie. Nous pouvons également mentionner l’inépuisable richesse spirituelle que l’Église conserve dans le témoignage des saints et dans l’enseignement des grands maîtres spirituels.

« Christus vivit » :  il vit, le Christ, notre espérance : importance de l’accompagnement des jeunes

En plus de la pastorale habituelle accomplie par les paroisses et les mouvements, selon des programmes déterminés, il est très important de susciter une “pastorale populaire des jeunes”, qui ait un autre style, d’autres temps, un autre rythme, une autre méthode. Dans cette même ligne, en particulier avec les jeunes qui n’ont pas grandi dans des familles ou des institutions chrétiennes, et qui sont sur un chemin de lente maturation, nous devons stimuler « le bien possible ».

Au Synode, il a été demandé de développer une pastorale des jeunes, capable de créer des espaces inclusifs, où il y aura de la place pour toutes sortes de jeunes et où se manifestera réellement que nous sommes une Église aux portes ouvertes. Les diverses manifestations de piété populaire, en particulier les pèlerinages, attirent les jeunes qui n’ont pas tendance à s’insérer facilement dans les structures ecclésiales, et sont une expression concrète de la confiance en Dieu.

Je veux rappeler qu’il n’est pas nécessaire de déployer de nombreux efforts pour que les jeunes soient missionnaires. Même les plus fragiles, les plus limités et les plus blessés peuvent l’être à leur manière, parce qu’il faut toujours laisser le bien se communiquer, même s’il coexiste avec de nombreuses fragilités.

« Christus vivit »:  il vit, le Christ, notre espérance : formation de leaders parmi les jeunes

Par ailleurs il faut spécialement accompagner les jeunes qui se profilent comme leaders, pour qu’ils puissent se former et se qualifier. Les jeunes qui se sont réunis avant le Synode ont demandé que se développent des programmes de leadership jeune pour la formation et le développement continu de jeunes leaders.

Voilà.  Nous terminons ainsi ce chapitre 7, qui est un chapitre extrêmement important sur la pastorale des jeunes.  Je vous invite vraiment à prendre le temps d’identifier clairement un ou deux aspects de ce chapitre qu’il serait possible de mettre en œuvre, d’appliquer, d’incarner pour pouvoir rejoindre davantage les jeunes, être à leur service dans la découverte du Christ, de l’amitié du Christ, et dans ce qui va suivre aussi, dans le discernement de leur vocation, sur leur chemin de bonheur, etc.  Accueillons ces mots du pape qui ne sont pas tellement, ces mots d’aujourd’hui, pour être partagés aux jeunes comme tels, mais qui sont plutôt des mots qui s’adressent à nous, pour nous aider dans notre attitude envers les jeunes.  Et moi je vous bénis au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit.  Amen.

Pour approfondir l’enseignement

  1. À la suite de cet enseignement, qu’est-ce qui monte en moi ?
  2. Je retiens un ou deux aspects de la pastorale auprès des jeunes qui m’appelle à une action ou à une conversion concrète dans ma vie.
  3. Auprès de quels jeunes de mon Oïkos irai-je partager cette semaine ?

 

Pour aller plus loin cette semaine

  1. Si j’ai le texte, je peux relire ce chapitre 7 si important de l’Exhortation.
  2. Je m’essaie à partager avec un ou deux jeunes de mon entourage en m’inspirant de l’approche proposé par le pape François.

 

Imprimer
Nicolas Tremblay
A propos Nicolas Tremblay 21 Articles
Nicolas Tremblay est prêtre dans le diocèse de Joliette.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire