Si l’athéisme est vrai, la vie est absurde

Source image: Clip Sam'parle Je suis athée in-croyable

Résumé : Si l’athéisme est vrai, la vie est absurde. Car il n’y a alors aucun fondement objectif à la moralité et tout est permis. Or, Dieu est la Source de tout ce qui est. Jésus est venu nous le révéler par son Amour sur la croix.

SOURCE : Chaîne de Sam’Parle

Voici la transcription de l’excellente vidéo de Samuel Plante (Sam’parle) ayant pour titre original: « Je suis athée: In-croyable »:

Si l’athéisme est vrai, la vie est absurde

Je suis athée. Voilà ce qu’on me dit une fois sur dix lorsque le sujet sur Dieu ou la religion vient sur la table. Je l’entends aux nouvelles, à la radio. Mais aussi de la bouche de mes voisins, de mes amis. « Achale-moi pas avec ton christianisme, je suis athée, point final. »  Vraiment, tu es athée? Tu crois que Dieu n’existe pas. Et j’ai bien dit : « tu crois, et non pas tu sais ».  Laisse-moi te dire une chose, si Dieu n’existe pas, on s’en fout de ce que tu crois parce que s’il n’y a pas de Dieu, il n’y a aucune valeur objective à notre vie. Il n’y a aucun poids, aucun sens, aucune réalité suprême. Et cela, les philosophes athées l’ont bien compris. Albert Camus ou Jean-Paul Sartre le disent : « si l’athéisme est vrai, la vie est absurde. » On n’a pas été créé intentionnellement, il n’y a pas de raisons derrière notre vie, et donc nécessairement, aucun but et aucun sens réel à notre existence.

Si l’athéisme est vrai, la vie est absurde : « il n’y a pas de but, aucun bien, aucun mal, rien exceptée une indifférence inutile »

Mais attention, ça se gâte : si Dieu n’existe pas, il n’y a aucun standard absolu en termes de moralité. Sans Dieu, tout est permis. Contrairement à une vision chrétienne du monde, une conception athée ne fournit aucune base solide et objective pour dire que quelque chose est bien ou quelque chose est mal. L’athée Richard Dawkins va lui-même le dire : « Dans un univers purement matériel, il n’y a, au fond, aucune intention, il n’y a pas de but, aucun bien, aucun mal, rien exceptée une indifférence inutile. » Et là, vous allez me dire : après des milliards d’années d’évolution, l’espèce humaine a développé un certain sens de la moralité. Avec le temps, on a finalement réussi à avoir une bonne idée de ce qui est bien, ce qui est mauvais, ce qui est juste et de ce qui est injuste. On sait tous que c’est bien de nourrir un enfant qui est en train de mourir de faim, que c’est mal de torturer quelqu’un pour le plaisir par exemple. Oui, on le sait tous que c’est vrai, mais c’est précisément ce que l’athéisme n’arrive pas à expliquer. L’athéisme n’a aucun standard objectif et cohérent pour qualifier une action de mauvaise ou de bonne. En fait, s’il n’y a pas de Dieu, ce qu’on considère bien ou mal n’est rien de plus que le résultat accidentel de l’évolution humaine ou de simples conventions sociales. Mais cela, quand on y pense un peu, c’est vraiment problématique, parce que d’un côté, l’évolution humaine ne fait qu’impliquer la survie des plus forts par rapport aux plus faibles sans aucune base morale; et de l’autre côté, une moralité basée sur des conventions sociales, nous permettrait de dire qu’au fond, la cruauté, le viol, le racisme ne sont pas vraiment mal. Ils sont juste moins populaires dans notre société d’aujourd’hui. Mais qui sait? Dans cent ans, ils vont peut-être le devenir, et là ce sera moralement bien de violer son enfant ou d’être raciste avec ses voisins. Même le fleurissement de l’espèce humaine n’est pas un critère raisonnable pour fonder notre moralité. Certains vont dire que si une action est utile à l’humanité, alors elle est bonne. Mais si elle ne contribue pas à l’épanouissement humain, alors elle est mal. OK, j’aimerais poser la question : qui décide si cela contribue ou non à l’épanouissement de l’espèce humaine? Qui tranche à la fin de la journée? Hitler était convaincu que l’exécution de millions de juifs allait promouvoir l’espèce humaine comme jamais. Lui, il rendait un service à l’humanité. Vous savez quoi, dans un monde purement matériel, le plus faible devient toujours la marionnette du plus fort. C’est le plus fort qui gagne. C’est le vouloir du plus puissant qui l’emporte et qui finit par s’imposer même en termes de moralité. Et cela nous mène toujours à la même impasse : la guerre, la terreur, la confrontation pour être le roi de la montagne et de le rester.

Si l’athéisme est vrai, la vie est absurde : « Nous devons baser nos vies sur la ferme fondation du désespoir. » Bertrand Russell

C’est quand même tragique quand on y pense un peu. L’athéisme soutient qu’on vient du hasard. Qu’on est ici pour rien et que tout est permis et qu’on s’en va nulle part. Cela est dépressif comme religion! Et des athées honnêtes qui étudient la question le savent très bien. Le philosophe athée Bertrand Russell l’a dit lui-même : « Nous devons baser nos vies sur la ferme fondation du désespoir. » Non merci! Je ne connais personne qui se lève le matin en disant : « Bon je viens de rien, je suis là pour rien, je m’en vais vers rien. Mais bon, je vais en attendant désespérer un peu. » Tu peux dire au monde entier que tu es athée, mais tu es incapable de vivre une journée en vrai athée. Tu es incapable de vivre comme si ta vie était une pure coïncidence qui ne mène à rien et qui entretemps est un flou continue sans importance ni moralité. Tu es incapable de vivre comme si ta vie n’avait pas de sens, alors que tu en cherches à tous les jours. Tu es incapable de te rentrer dans la tête que le massacre de millions de juifs par Hitler n’était pas vraiment mal mais que c’était plus un choix populaire dans son temps. Tu es incapable d’avaler que la pédophilie ou l’inceste ne sont que des préférences de société.

Si l’athéisme est vrai, la vie est absurde : Mais en réalité Dieu est Celui qui donne l’être à tout ce qui existe

Tu aimes peut-être l’idée de ne pas avoir un Dieu en toi et d’être libre de tout. Mais en réalité, Dieu est tellement présent dans tout ce que tu fais, que tu n’arriveras jamais à t’en débarrasser. Il est la Vie derrière ta vie, il est le mouvement derrière chacun de tes gestes. Il est le souffle derrière chacune de tes respirations. Le même air que tu utilises pour dire que tu es athée, c’est Lui qui te l’a fourni. Dieu n’est pas une partie de ce monde ou une case dans notre tête. Il est l’essence derrière tout ce qui est.

Si l’athéisme est vrai, la vie est absurde : Dieu est l’Être qui soutient tout être

Et c’est ici que je pense où réside une des erreurs fondamentales de ceux qui se disent athées. Ils conçoivent ce Dieu dans lequel ils ne croient pas comme l’être le plus grand de ce monde. Et alors, ils se disent : étant donné que mes yeux ne le voient pas, étant donné que mes recherches et mon observation de ce monde ne le prouvent pas, et bien il n’existe pas. Le problème avec cela est que Dieu ne fait pas partie de ce monde au même titre que tout le reste. Dieu est la cause de tout ce qui existe et non pas une des choses dans ce monde. Le Dieu de la Bible n’est pas l’être en haut de la pyramide, c’est celui qui soutient la pyramide. Et à cause de cela, on peut le voir partout dans l’univers.

Si l’athéisme est vrai, la vie est absurde : mais en vérité, la vie a un sens grâce à Dieu

Il est nulle part à proprement parler mais lorsqu’on a les yeux ouverts, il est partout : d’un lever du soleil jusqu’à un rire d’enfant. D’une douleur profonde à une joie spontanée. Dieu est là! « Je crois au christianisme tel un soleil qui se lève, disait C.S. Lewis, non seulement parce que je le vois mais parce qu’à travers lui je vois tout le reste. » Dieu ne fait pas partie de ce monde mais il est le personnage central de l’histoire et il permet de comprendre tout le reste. Il a créé ce monde, il le soutient, il l’aime et il continue de se révéler à travers lui. On peut dire qu’à travers la nature et l’univers, Dieu se révèle dans ce qu’il n’est pas, il brille de son absence.

Si l’athéisme est vrai, la vie est absurde : mais Jésus est venu nous montrer l’Amour de Dieu qui donne sens à notre vie

Mais la folie de la chose c’est qu’à travers Jésus Christ, Dieu est venu se révéler tel quel à nous. Dans la peau d’un juif Nazaréen, il est venu pour les athées les plus fermés et les plus hostiles. Et contrairement à ce qu’on pourrait penser, il ne leur a pas fournit une preuve de plus pour l’existence de Dieu ou trois bonnes raisons de croire en Lui. Non, il les a d’abord aimés profondément. Parce que le pire obstacle qui empêche quelqu’un de reconnaître Dieu n’est pas scientifique, intellectuel ni rationnel. Il est d’abord spirituel. Notre véritable problème n’en est pas un de connaissance mais de cœur. Naturellement on est fermé à l’action de Dieu, incrédule, indocile et lent à croire. Mais bonne nouvelle : Jésus le savait et il le sait encore aujourd’hui. Il sait que son Amour immérité sera toujours plus convaincant et percutant que toute explication détaillée. Son plus grand argument a été signé sur deux poutres en haut desquelles il s’est écrié : « Père, pardonne-leur parce qu’ils ne savent pas ce qu’ils font. » Père, pardonne cette gang d’athées qui me rejette et qui font de moi quelqu’un de mort tellement ils sont obstinés. Ils n’ont aucune espèce d’idée de ce qu’ils sont en train de faire. Mais par contre, lui, il savait exactement ce qu’il faisait. Il était en train de mourir et d’agoniser pour que l’on soit pardonné devant le Père.

Imprimer
Évangéliser
A propos Évangéliser 41 Articles
Évangéliser.net s’adresse à tout chrétien francophone qui se sent interpellé par Jésus à annoncer la Bonne Nouvelle : « Allez donc auprès des gens de toutes les nations et faites d’eux mes disciples ; baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à pratiquer tout ce que je vous ai commandé.»

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire