Question fondamentale : Qu’est-ce qui donne sens à ma vie?

Homélie du 18° Dimanche Ordinaire C : Luc 12, 13-21

pape francis pointe vers le haut
Le pape François est une inspiration pour de nombreux prêtres et laïcs

Résumé : Question fondamentale : Qu’est-ce qui donne sens à ma vie? Répondre à cette question est très important pour être heureux.

Question fondamentale : Qu’est-ce qui donne sens à ma vie? : De tout temps, les hommes se sont posé cette question

Souvent dans ma préparation d’homélie, je cherche à trouver des exemples concrets de la vie quotidienne afin de mieux faire comprendre la Parole de Jésus. Cette semaine, je n’ai pas eu à me creuser les méninges puisque l’évangile comporte deux exemples de la vie quotidienne qui sont tout autant d’actualité aujourd’hui qu’il y a 2000 ans. Tout d’abord, il y a l’histoire d’une chicane de famille entre deux frères qui se disputent le partage de l’héritage paternel. Puis, il y a l’histoire de l’homme qui réussit dans son entreprise et dont la seule préoccupation est de savoir où placer en sécurité ses avoirs (on dirait aujourd’hui qu’il cherche à trouver des placements sûrs pour sa retraite).

Question fondamentale : Qu’est-ce qui donne sens à ma vie? : L’amour de l’argent peut fausser notre vision de la vie

Vous vous en doutez bien, à travers ces deux histoires, Jésus ne veut pas nous enseigner comment faire la justice dans nos conflits familiaux ni nous donner une leçon de gestion financière afin d’assurer nos vieux jours. En fait, si ces 2 histoires sont encore d’actualité, c’est parce qu’elles décrivent bien les passions humaines qui sont présentes à différents degrés et de différentes façons dans le cœur de tout homme de tous les temps : la cupidité, l’avidité au gain, l’orgueil ou la vaine gloire de la possession des richesses, l’envie, la jalousie, l’égoïsme (…) ce ne sont que quelques-uns des petits et des grands démons qui empoisonnent la vie des personnes, des familles et des communautés de tous les pays du monde en semant la division, la violence et le malheur.

Question fondamentale : Qu’est-ce qui donne sens à ma vie? : Répondre à cette question en nous plaçant à l’heure de notre mort

Dans l’évangile, à la suite de Qohèleth pour qui « tout est vanité », Jésus nous invite à prendre du recul et ainsi à regarder plus loin que le bout de notre nez en considérant la trajectoire finale de notre vie comme si on était à l’heure de notre mort. Et alors, on peut se poser la question : « Ce que je fais actuellement (ou ce que j’ai fait dans le passé) à quoi cela servira-t-il ? Ou mieux encore : à qui cela servira-t-il ? En fin de compte, qu’est-ce qui me fait vivre vraiment ? »

Question fondamentale : Qu’est-ce qui donne sens à ma vie? : Qu’aurait répondu le riche de la parabole?

Si le riche de la parabole de Jésus s’était posé cette question, qu’aurait-il répondu selon vous ? A en juger par le vocabulaire qu’il employait : « ma récolte, mes greniers, mon blé, je me dirai à moi-même. » On peut deviner que cet homme riche était emprisonné en lui-même et que sa raison de vivre se trouvait uniquement en lui-même. Il ne vivait en fait que pour lui-même.

Question fondamentale : Qu’est-ce qui donne sens à ma vie? : Face à cette question, les personnes centrées sur elles-mêmes se sentent extrêmement fragilisées et incertaines

Pour les personnes qui comme ce riche n’ont d’envergure dans la vie que leur propre petite personne, une question absolument cruciale se pose : c’est la question de leur sécurité personnelle : sécurité dans tous les sens du mot. Il faut que je sois sûr de moi et de ma valeur personnelle (ce qui sera confirmé par ma réussite financière et par le regard d’admiration ou d’envie que les autres porteront sur moi, i.e. ma réussite sociale). Mais pour ces personnes, cette sécurité est extrêmement fragile et incertaine. Car les personnes centrées uniquement sur elles-mêmes ont besoin sans cesse de nouvelles preuves pour être rassurées. Il leur faut toujours plus de richesses et toujours plus de considérations des autres afin de vivre dans la sérénité. Mais alors, rien ne peut y faire, elles seront continuellement tourmentées par l’angoisse de manquer ou de perdre leurs avoirs et leur valeur personnelle. D’autant plus qu’avec les années, la question de la mort qui approche se fera de plus en plus présente.

Question fondamentale : Qu’est-ce qui donne sens à ma vie? Pour nous humains, la vie est beaucoup plus que les biens matériels

En effet, dans la parabole le riche s’entend dire : « Tu es fou : cette nuit même, on te redemandera ta vie. Et ce que tu auras mis de côté, qui l’aura ? » Face à notre mort, on se rend bien compte que nos sécurités humaines sont souvent fausses, vaines et fragiles. D’où l’importance de nous poser la question fondamentale du sens de notre vie. En fait, pour nous humains, vivre c’est bien plus que se nourrir, se vêtir, se loger et travailler pour obtenir tout cela. Pour nous, il n’y a pas de vraie vie sans relation, sans communication, sans échange en un mot : sans amour. C’est pourquoi, Jésus nous invite à être « riches en vue de Dieu » au lieu « d’amasser pour nous-mêmes » car celui qui a pour objectif lui-même finira tôt ou tard par disparaître.

Question fondamentale : Qu’est-ce qui donne sens à ma vie? : Que signifie « être riche en vue de Dieu »?

« Riche en vue de Dieu », qu’est-ce que cela signifie vraiment ? Cela signifie que, conscients que Dieu nous aime infiniment, nous employons cette richesse de l’Amour de Dieu, pour la partager avec les autres par le service et le don de nous-mêmes. Car la valeur d’un homme se mesure non pas à la valeur de son compte en banque, mais à l’amour de Dieu et de son prochain qui l’habite et qu’il partage. Jésus disait « Servez-vous de l’argent pour vous faire des amis ». Toute notre activité humaine doit donc avoir pour but d’établir des relations d’amitié vraie avec nos frères et sœurs. Cette amitié qui aide les autres à se construire et à vivre selon leur dignité d’enfants de Dieu. En effet, Dieu qui est Amour est par le fait même ouverture. Or, le contraire de Dieu, c’est la fermeture, l’enfermement (l’enfer en d’autres mots). Et quoi de mieux fermé qu’un tombeau ? C’est pourquoi notre richesse peut être mortelle si elle n’est pas en « vue de Dieu » i.e. en vue de l’ouverture à Dieu que nous pouvons rejoindre que dans l’ouverture aux frères et aux sœurs. Cela me rappelle une petite anecdote : je reçois souvent des appels téléphoniques et parmi eux, il y a une dame très angoissée qui appelle assez fréquemment. Elle me dit justement qu’elle est angoissée, triste et dépressive. Elle vit seule dans sa grande maison. Or, selon moi, la source de ses problèmes est qu’elle est enfermée en elle-même. Je lui ai conseillé de sortir de sa maison et d’aller à la rencontre des personnes de son voisinage afin de créer des liens d’amitié avec elles. Comme me disait une autre personne : « Il nous faut moins de biens matériels et plus de liens spirituels ». Voilà une formule à retenir qui résume bien selon moi le message de Jésus dans l’évangile de ce dimanche et qui peut nous faire le plus grand bien dès maintenant et pour l’éternité.

Imprimer
Gérald Lajeunesse
A propos Gérald Lajeunesse 249 Articles
Le père Gérald Lajeunesse est prêtre et membre de la Congrégation des Oblats de la Vierge Marie (omv). Il est curé de la paroisse St Enfant-Jésus de la Pointe-aux-Tremble, à Montréal.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire