Pourquoi les jeunes ont-ils peur de s’engager ?

Homélie du 19° dimanche ordinaire A: Matthieu 14, 22-33

Pourquoi les jeunes ont-ils peur de s’engager ? Ils doivent faire comme les apôtres une expérience spirituelle de la Divinité du Christ

« Jésus obligea les disciples à monter dans la barque et à le précéder sur l’autre rive, pendant qu’il renverrait les foules. » Ce qui me frappe dans cette parole de S. Matthieu, c’est le verbe « obligea ». Cela me paraît très étonnant car, à mon avis, normalement, Jésus n’oblige jamais ses disciples à faire quoi que ce soit. Car il respecte infiniment la liberté de chacun. Alors, pourquoi a-t-il « obligé » ses apôtres à monter dans la barque ? Selon moi, c’est par charité que Jésus a fait cela. En fait, Jésus veut faire grandir la foi de ses disciples. Jésus vient de faire le grand miracle de la multiplication des pains. Saint Matthieu note que ce miracle avait tellement ravi la foule que les gens voulaient le faire roi. Car Jésus pouvait faire ce que personne d’autre ne pouvait faire : il était capable de nourrir en abondance et gratuitement et sans effort une foule immense. Mais Jésus refuse d’être un roi terrestre, car sa mission est spirituelle : il n’est pas venu nourrir le ventre de nourriture matérielle, mais pour nourrir les cœurs avides de vérité, de liberté et d’amour. Ainsi, le fait que les gens et les disciples veulent qu’il devienne un roi terrestre signifie qu’ils n’ont pas compris le sens du miracle qu’il venait de faire. C’est pourquoi Jésus décide d’envoyer ses disciples de l’autre côté du lac. Ainsi, ses apôtres pourront vivre une expérience spirituelle de la divinité de Jésus afin qu’ils puissent comprendre le sens de sa mission sur la terre.

Pourquoi les jeunes ont-ils peur de s’engager ? Parce que la vie amène des tempêtes qui menacent de faire sombrer leurs engagements de vie

Essayons maintenant de visualiser la scène de l’Évangile : le petit bateau sur lequel les apôtres se trouvent au milieu de la nuit est agité par les vagues et les vents contraires de sorte que leur embarcation menaçait de couler. Cette image représente bien à mon avis, l’Église de tous les temps qui a été éprouvée par de très nombreuses crises tout au long de son histoire. Aujourd’hui encore, l’Église est ce petit bateau qui est menacé de naufrage en raison de la tempête sur la mer du monde. Et où est Jésus pendant ce temps ?  Il est sur la montagne en train de prier seul. Si nous nous mettons dans la peau des apôtres, ils devaient certainement se sentir terriblement seuls face au danger et à l’obscurité qui les entouraient.  Et Jésus ne semblait pas très préoccupé par le danger que couraient ses apôtres. De la même manière, nous aussi, nous pouvons croire être seuls et penser que Jésus est absent et indifférent lorsque nous sommes au milieu des épreuves de la vie.

Pourquoi les jeunes ont-ils peur de s’engager ? Mon expérience personnelle de jeune m’a enseigné beaucoup de choses

Mais en réalité Jésus se soucie du salut de sa petite communauté de foi qu’est l’Église. Ainsi, Jésus vient à eux en marchant sur la mer. Cela est une expérience avant l’heure de Jésus ressuscité qui a vaincu la mort pour rassurer et réconforter les disciples de son Église. Il leur dit : « Courage, c’est moi, n’ayez pas peur ! » C’est ce que Jésus ressuscité fait pour chacun de nous, même aujourd’hui, surtout lorsque nous sommes en difficulté. Par exemple, dans ma vie personnelle, je peux témoigner que j’ai reçu très souvent l’encouragement du Seigneur Jésus. Souvent lorsque je devais prendre une décision importante, j’ai ressenti la peur monter en moi et j’ai eu l’impression que je coulais. Je me souviens en particulier, lorsque je me préparais à faire les vœux perpétuels de pauvreté, de chasteté et d’obéissance dans la communauté religieuse des Oblats de la Vierge Marie, bien des peurs et des questions surgissaient dans mon cœur : pourrai-je être fidèle à ma promesse de foi au Seigneur ? Pourrai-je faire ce que le Seigneur me demandera tout au long des années de ma vie ? À ce moment, j’ai ressenti ma fragilité et ma pauvreté et j’ai douté de ma vocation. Mais quand j’ai médité cet évangile, j’ai pu lui dire comme l’apôtre Pierre :« Seigneur, sauve-moi ! »  Alors j’ai pu m’abandonner entre ses mains et lui confier toute ma personne, mon avenir, mes projets. Puis, le vent du doute et de la peur tomba et j’ai pu revenir sur le bateau de la foi dans la paix.

Pourquoi les jeunes ont-ils peur de s’engager ? À cause de leur peur face à l’avenir et de leur manque de foi en Jésus vivant et présent tout au long de leur vie

Je suis sûr que le Seigneur aurait pu me dire :« Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? » Mais comme pour l’apôtre Pierre, le Seigneur a permis ces moments difficiles d’épreuve afin que je puisse m’entraîner à fixer mon regard de foi sur Lui dans la prière. Cela était essentiel parce que je devais comprendre que je ne pourrais jamais vivre mes engagements de vie sans sa grâce. Car ce n’est qu’avec l’aide du Seigneur que je pourrais prendre le risque de m’engager dans la foi. En fait, aujourd’hui, si très peu de jeunes s’engagent pour toujours dans le mariage ou la vie religieuse, c’est parce qu’ils n’ont pas assez de foi. Ils ne croient pas que Jésus ressuscité sera toujours avec eux pour les soutenir tout au long de leur vie afin de recevoir la force d’être fidèles jusqu’à la fin. Par conséquent, le Seigneur Jésus veut à juste titre nous convaincre qu’il est et sera toujours avec nous pour nous soutenir dans tous nos engagements de vie parce qu’il est vraiment ressuscité et qu’il peut sûrement nous guider jusqu’en la Vie Éternelle.

Imprimer
Gérald Lajeunesse
A propos Gérald Lajeunesse 292 Articles
Le père Gérald Lajeunesse est prêtre et membre de la Congrégation des Oblats de la Vierge Marie (omv). Il est curé de la paroisse St Enfant-Jésus de la Pointe-aux-Tremble, à Montréal.

Soyez le premier à commenter