Pourquoi évangéliser ?

pourquoi évangéliser
Source image: inconnue

Avant-propos 

Chers amis, 

Je pense que tout le monde est d’accord pour dire que Jésus nous a donné son grand mandat missionnnaire ou son grand commandement missionnaire, le jour de l’Ascension; le jour où Il est retourné chez son Père. On retrouve ce mandat en Matthieu 25, 16-20: 

 » Les onze disciples s’en allèrent en Galilée, à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre. Quand ils le virent, ils se prosternèrent, mais certains eurent des doutes. Jésus s’approcha d’eux et leur adressa ces paroles: « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre. Allez ! De toutes les nations faites des disciples: baptisez-les au nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit, apprenez leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. » (Mt 25, 16-20)

Mais nous allons voir dans un instant, que ce grand mandat missionnaire était déjà contenu dans des paroles que Jésus a prononcées avant sa mort, dans le discours communément appelé le « discours eschatologique de Jésus « .

Pourquoi évangéliser?

Cette question doit nous venir régulièrement à l’esprit. J’ai déjà abordé cette question dans deux de mes blogues (1). Je suis en train de lire le deuxième tome que le pape Benoît XVI a écrit sur Jésus: Jésus de Nazareth, De l’entrée à Jérusalem à la Résurrection. J’apprends bien sûr des choses de ce pape si savant. Je viens d’apprendre que pour les premiers chrétiens, l’exigence d’évangéliser n’était pas d’abord fondée, comme je le croyais jusqu’à maintenant, sur le désir que chaque personne puisse connaître et aimer Jésus et ainsi être sauvée, mais sur une conception de l’histoire du monde. Cette conception de l’histoire du monde nous vient du discours eschatologique que l’on retrouve vers la fin des évangiles. Ce sont les paroles de Jésus dans ce discours qui motivaient le zèle missionnaire des premières communautés chrétiennes. Jésus annonce dans ce discours, que « le temps des païens » viendra, avant que ce ne soit la fin. Le temps des païens est mentionné en Luc 21, 24.

Le pape Benoît XVI fait comprendre que « le temps des païens », c’est le temps de l’Église, c’est-à-dire le temps où Jésus doit être annoncé à toutes les nations. Ce n’est que lorsque Jésus aura été annoncé partout dans le monde, dans toutes les nations, que la fin du monde viendra et que le peuple juif se convertira à Jésus. C’est cette idée de la fin ou du but de l’histoire du monde, qui mettait en route et poussait les premiers chrétiens à évangéliser, en particulier saint Paul, l’apôtre des nations. Personnellement, j’ai bien hâte que la fin des temps arrive. Pour hâter la fin des temps, c’est-à-dire la victoire définitive de Jésus sur le péché et sur la mort, il faut que Jésus soit annoncé partout. Mettons-nous donc à l’ouvrage, chers amis.

« En ce sens, l’urgence de l’évangélisation dans la génération apostolique est motivée non pas tant par la question de la nécessité de connaître l’Évangile pour le salut individuel de chacun, mais bien plus par cette grande conception de l’histoire: afin que le monde atteigne son but, l’Évangile doit arriver à tous les peuples. En certaines périodes de l’histoire, la perception de cette urgence s’est affaiblie notablement, mais elle s’est ensuite toujours réveillée, suscitant un nouveau dynamisme dans l’évangélisation.  …     

Je voudrais ici me référer à ce que Bernard de Clairvaux conseillait, concernant cette question, à son disciple le pape Eugène III. Il rappelle au pape qu’il ne lui a pas été confié de prendre soin seulement des chrétiens: « Tu es également débiteur vis-à-vis des infidèles, des Juifs, des Grecs et des païens » (De cons. III/I,2). Toutefois, il se corrige immédiatement en précisant: « J’admets que, pour ce qui concerne les Juifs, tu as une excuse liée au temps; un moment précis a été déterminé pour eux, que l’on ne peut pas anticiper. Les païens doivent les précéder dans leur totalité. Mais que dis-tu à propos des païens eux-mêmes? … À quoi pensaient tes prédécesseurs pour interrompre l’évangélisation alors que l’incrédulité est toujours diffuse? Pour quel motif … la parole qui court avec rapidité s’est-elle arrêtée? » (III/I,3).

Hildegarde Brem commente ainsi ce passage: « Dans la ligne de Romains 11, 25, l’Église ne doit pas se préoccuper de la conversion des Juifs, parce qu’il faut attendre le moment préétabli par Dieu « jusqu’à ce que soit entrée la totalité des païens » (11, 25).

L’annonce du temps des païens et le devoir qui en découle est un point central du message eschatologique de Jésus. Le devoir particulier de l’évangélisation des païens, que Paul a reçu du Ressuscité, est fortement ancré dans le message que Jésus a donné aux disciples avant sa Passion. Le temps des païens – « le temps de l’Église » –  qui, comme nous l’avons vu, a été repris dans tous les Évangiles, constitue un élément essentiel du message eschatologique de Jésus.» (Benoît XVI, Jésus de Nazareth, De l’entrée à Jérusalem à la Résurrection, pp, 60-62)

(1) Dieu ma joie: Pourquoi évangéliser et Qui évangélise?

Dieu ma joie: Pourquoi évangéliser?

Dieu ma joie: Évangéliser et évangéliser

Imprimer
Guy Simard
A propos Guy Simard 27 Articles
Guy Simard est un Oblat de la Vierge Marie. Il est curé de la paroisse Saint-Enfant-Jésus-de-la-Pointe-aux-Trembles et il a écrit plus de 850 textes sur son propre blogue, Dieu ma joie.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire