La vie que Dieu nous donne, la vie que Dieu veut pour nous

SOURCE IMAGE: Clip: "Miséricordieux comme le Père" par Richard Vidal in: Webtélé ECDQ

La vie que Dieu a donnée…

 … à Andrew Chan

Dans la nuit du 28 au 29 avril 2015, l’Indonésie exécutait huit condamnés à mort pour trafic de drogue. D’après le Pasteur qui a accompagné ces hommes jusqu’au bout de leur voyage terrestre, ils ont entamé des cantiques qu’ils ont chanté jusqu’au moment de tomber sous les balles. L’un des condamnés, Andrew Chan, Australien d’origine, interrogé par  une chaîne de télévision après le verdict de la Cour le condamnant à mort, parle de son état d’âme avant la prison, en ces termes : « Je pense réellement que je n’allais nulle part dans la vie. Je ne pense pas que je réalisais grand-chose, même si j’avais un travail stable et tout le reste. Oui, pour être honnête, je pense que je n’allais nulle part. Je me suis drogué, j’étais un habitué de la drogue. Je sais ce que l’on ressent quand on est un drogué, errant dans la rue. Vous ne pensez à rien, en tout cas, c’était mon cas. Pour moi, vendre de la drogue était une façon d’avoir une paie journalière rapide. C’est tout. Rien de plus, rien de moins. » 

Il se convertit au christianisme en prison, puis il étudie la théologie. Il fait, en quelque sorte, office de Pasteur auprès de ses compagnons de captivité. Son compatriote et compagnon de cellule, Myuran Sukumaran, a lui aussi embrassé la foi chrétienne. Les deux hommes, angoissés, ne cessent de penser à leur mort prochaine. Ils ont quelque espoir de s’en sortir : le gouverneur de la prison les décrit comme des prisonniers modèles et témoigne au tribunal qu’ils ne devraient pas être exécutés en raison de leur influence positive sur les détenus. Ce témoignage est vain. A l’énoncé du verdict, Andrew Chan, déçu, dit à Dieu : « Dieu, je T’ai prié de me libérer, pas de me tuer. » Il avait fait part de son désir d’une vie plus utile à la chaîne de télévision SBS : « Je demande pardon au peuple indonésien, à ma famille. Je réalise que mes actes ont causé honte et souffrance à toute ma famille. Si je suis gracié, j’espère qu’un jour je serai capable de fonder ma propre famille et de travailler comme Pasteur de telle façon que je puisse guider les jeunes. Je peux encore faire beaucoup de bien dans ma vie ». Sa déception ne dure pas. Dieu lui parle au cœur et lui dit : « Andrew, Je t’ai libéré à l’intérieur de toi-même, Je t’ai donné la vie ! » Dès lors, ajoute Chan, « Je n’ai cessé de L’adorer.  Je n’avais jamais chanté auparavant, je n’avais jamais animé une prière de louange jusqu’à ce que Jésus me libère. » Quelques heures avant de mourir, tout sourire,  il célèbre son mariage avec Febyanti Herewila.  Le jour de l’exécution, Chan et ses compagnons refusent d’avoir les yeux bandés. Ils chantent « Amazing grace » (Grâce incroyable) avant d’être fusillés.

… au monde

Quelle est cette « vie » dont Jésus parle à Chan ? Il est clair que ce n’est pas la vie à laquelle Andrew Chan pense. Jésus lui a donné une autre vie que celle à laquelle il rêve. Quelle est cette vie ? La question est importante. Pourquoi Jésus ne donne-t-Il pas le titre de « vie » à la vie dont Andrew Chan rêve. Quelle est donc la « vie » dont Jésus parle ?                                                                                                         

1. La vie que Dieu nous donne…

… au baptême

Avant ce don de la vie par le Christ, Andrew Chan survivait, existait. Le Seigneur lui fait entendre qu’il ne vivait pas vraiment. Pour vivre la vie vraiment vie il faut être ressuscité. Notre résurrection à nous, c’est le baptême. 

  • Au baptême, le vieil Andrew Chan, a été détruit, a été crucifié, est mort ensevelis avec le Christ : « Comprenons-le bien, notre vieil homme a été crucifié avec Lui pour que fût détruit ce corps de péché. » (Rm. 6, 4) « C’est dans sa mort que vous avez été baptisés. » (Rm. 6, 3)
  • Au baptême, Andrew Chan est ressuscité, « Ensevelis avec Lui lors du baptême, vous êtes aussi ressuscités avec Lui. » (Col. 2, 12)
  • Au baptême, Andrew Chan a reçu un principe de vie nouvelle, celle-là même du Christ. « Comme le Christ est ressuscité des morts pour la gloire du Père, nous (vivons), nous aussi, dans une vie nouvelle. » (Rm. 6, 4)
  • Au baptême, Andrew Chan est devenu un « Christ », il en a les mêmes traits, le même « caractère ». Le baptême imprime pour toujours le caractère du Christ(cf. S. Thomas, Somme III Q.66 a.1 sol.1). Toute la vie du baptisé consiste à développer cette ressemblance au Christ sous l’influence de la grâce baptismale et des grâces sacramentelles si nombreuses que le Christ a voulues pour Ses brebis.
  • Dès son baptême, Andrew Chan vit du Christ. Le Christ le lui rappelle, en disant : « Je t’ai libéré à l’intérieur de toi-même ». Andrew Chan est si frappé par ces paroles qu’il adore immédiatement le Christ et le remercie de cette vie nouvelle. Apparemment rien n’a changé, il est toujours en prison, mais intérieurement, il est complètement libre. Il peut dire sans mensonge la phrase de S. Paul : « Si je vis, ce n’est plus moi, mais le Christ qui vit en moi. » (Gal. 2, 20) 

2. La vie que Dieu veut pour nous…

 

Andrew Chan aurait pu être gracié par la justice indonésienne et vivre déjà sa vie de ressuscité ici-bas. Mais dès ici-bas, il vit la vie que Dieu veut pour lui :

  • Il est un seul être avec le Christ. « Nous serons [un même être avec le Christ] par une résurrection semblable. […] Notre vieil homme a été crucifié avec Lui. » (Rm. 6, 5-6) Il l’est si bien qu’il chante le jour de sa mort. Il va à la rencontre du Christ.
  • Sa vie est une vie à Dieu. « Sa mort fut une mort au péché, une fois pour toutes ; mais sa vie est une vie à Dieu. Et vous de même, considérez que vous êtes morts au péché et vivants à Dieu dans le Christ Jésus. » (Rm. 6, 10-11) Andrew Chan vit si bien en Dieu, que pendant tout son procès, il sourit, à la grande surprise du tribunal. Il dit à la Cour de justice : « La raison pour laquelle je souris toujours vient de ce que je sens la présence du Seigneur partout où je vais et Il me donne du courage. Je le sens aujourd’hui, dans ce lieu-même, au tribunal.» 
  • Sa vie est une vie nouvelle. « Comme le Christ est ressuscité des morts pour la gloire du Père, nous (vivons), nous aussi, dans une vie nouvelle. » (Rm.6, 4) Il s’instruit et il instruit dans la foi ses comparses, les entraîne vers cette vie nouvelle dont il est plein.      
  • Sa vie est une vie abreuvée par l’Esprit. « Tous nous avons été abreuvés d’un seul Esprit. » (1 Co. 12, 13) Andrew Chan conduit la prière dans une louange inspirée par l’Esprit.
  • Sa vie est pleine de « sève ». « Tu as été greffé…pour bénéficier de la sève de l’olivier. » (Rm. 11, 17) La sève divine est si forte en lui, si édifiante pour toute la prison que le gouverneur de prison demande sa relaxe.

La vie chrétienne est … 

… une vie libérée        

Andrew Chan a été « libéré de la vie sans but » (1 P. 1, 18) qu’il menait auparavant. Aussi, le Christ lui dit avec raison qu’Il l’a libéré. Andrew Chan a été « une odeur de vie » (2 Co. 2, 16), pour ses comparses lui qui, au auparavant, donnait la mort en vendant de la drogue. Cette odeur de vie est si merveilleuse qu’elle emplit la prison, de la même manière que Paul et Silas chantant en prison : « Vers le milieu de la nuit, Paul et Silas priaient et chantaient les louanges de Dieu, et les prisonniers les écoutaient. » (Ac. 16, 25) A la différence de Paul et Silas, Andrew Chan et Myuran Sukumaran ne font pas l’expérience d’un tremblement de terre et de portes de prison qui s’ouvrent, (Ac. 16, 26), mais ils libèrent intérieurement ceux qui vivent avec eux, eux que le Christ a libérés.

… dont la source est Dieu

Ils vivent la vie que le Christ veut pour chacun de nous, à savoir, une vie qui n’a pas son principe en l’homme, mais en Dieu. Cette vie que le Christ veut pour Andrew Chan est :

  • Son fleuve d’eau de la vie. «Et il me montra un fleuve d’eau de la vie, limpide comme du cristal, qui sortait du trône de Dieu et de l’agneau. » (Ap. 22, 1)
  • Sa lumière. « (Sa) vie était la lumière des hommes. » (Jn ; 1, 4)
  • Sa grâce. « Comme le péché a régné par la mort, ainsi la grâce [règne] par la justice pour la vie éternelle, par Jésus-Christ notre Seigneur. » (Rm. 5, 21)
  • Son Esprit. « Le premier homme, Adam, devint une âme vivante. Le dernier Adam est devenu un esprit vivifiant. » (1 Co. 15, 45)

… libérée des passions

Le drame d’Andrew Chan était de n’avoir comme vision de l’existence que la satisfaction de ses sens. Il voulait l’argent facile pour satisfaire immédiatement tous ses désirs. Son compagnon, introduit par Andrew Chan dans le milieu de la drogue, est fasciné par ce que l’argent facile peut offrir : des voitures de luxe, des filles, etc. Mais l’amour de Dieu, plus fort que ces « passions qui subjuguent l’intelligence en l’attachant aux choses matérielles » a délivré Andrew Chan et son compagnon de leurs liens en les amenant « non seulement à mépriser les choses sensibles, mais [leurs] vies elles-mêmes, cette vie qui passe. » (S. Maxime le Confesseur, Centuries sur l’amour II, n°3)

… contemplative

Pour un certain nombre de convertis, le Christ veut immédiatement une vie « contemplative », une vie de cœur à cœur avec lui. La lutte contre les passions ou les vices est d’ailleurs moins essentielle que la vie d’union. C’est encore ce qu’enseigne S. Maxime le Confesseur, écrivant que « pour délivrer parfaitement l’intelligence des passions, la voie active (la lutte contre les vices) ne suffit pas. En effet la voie active ne délivre l’intelligence que de l’intempérance et de la haine. Mais les contemplations spirituelles la dégagent de l’oubli (de Dieu) et de l’ignorance (de Dieu). » (S. Maxime le Confesseur, Ibidem, n° 5)

 

Prions : « Seigneur, la vie que Tu veux pour nous n’est autre qu’une vie d’intimité avec Toi. Fais-nous en la grâce. Amen. »

 

Oraison jaculatoire : « O Christ, vis en moi ! »

 

Question : Quelle est la vie que Jésus nous donne par Sa résurrection ?

 

Suggestion : Un cantique d’actions de grâces pour la Solennité de Pâques.

Imprimer
Geoffroy de Lestrange
A propos Geoffroy de Lestrange 75 Articles
Le père de Lestrange, curé dans le monde rural, a fait ses études supérieures aux États-Unis. Il y a découvert le Renouveau charismatique catholique ainsi que les églises évangéliques. Bénédictin, puis profès simple chez les frères de Saint-Jean, il a découvert par ces contacts divers, l'importance de la prière pour une nouvelle Pentecôte dans l'Église, souhaitée par tant de papes.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire