Le problème du cléricalisme dans notre Église

Titre original : Divine Rénovation #4 : La maison des douleurs

Résumé : Le problème du cléricalisme dans notre Église. Le cléricalisme fait en sorte que la responsabilité de l’effort missionnaire repose uniquement sur les épaules des prêtres et des religieuses.

Le problème du cléricalisme dans notre Église : on a oublié que l’évangélisation doit précéder les sacrements

Je me rappelle un samedi après-midi il y a deux ans de voir notre église paroissiale remplie de jeunes confirmands avec leurs parents. J’étais tellement content de les voir. Il y avait peut-être au-dessus de 300 personnes qui s’étaient déplacées et qui avaient sûrement annulé des activités pour être là. J’avais été demandé avec d’autres prêtres pour célébrer le sacrement du pardon pour ces jeunes qui allaient recevoir plus tard le sacrement de la confirmation. Dès lors, les jeunes venaient s’asseoir devant moi avec leur petite feuille et faisaient l’énumération de leurs péchés. Pour ma part, je voulais bien m’assurer qu’il y ait un lien entre la confession des jeunes et le pardon que Jésus nous a acquis sur la croix. Alors c’est pourquoi je m’efforçais de dire aux jeunes : « Jésus a donné sa vie pour toi, le savais-tu? » Silence, malaise. Le jeune regardait ses amis en arrière. Alors je lui pose la question : « Dis-moi, est-ce que tu parles à Jésus des fois? » Il me répond en toute honnêteté : non. Je lui demande : « est-ce que tu pries? » « Non ». Alors là, pour vous dire à quel point je me suis senti coincé, c’est impossible à dire. Parce que j’avais un jeune devant moi qui allait confirmer prochainement son baptême et recevoir le sacrement de la maturité chrétienne mais qui ne parlait jamais à Jésus et qui ignorait à peu près tout du sacrement qu’on était en train de vivre. Mais je devais lui donner le sacrement en faisant abstraction du manque de préparation spirituelle du jeune. En réalité, plutôt de préparer un jeune à recevoir l’Esprit Saint, j’étais en situation de première annonce de la foi. Et si c’était un cas isolé, j’aurais pu le prendre après la célébration et faire une petite démarche avec lui. Mais le problème est qu’à peu près tous les jeunes qui se sont présentés devant moi sauf quelques rares exceptions étaient tous dans la même situation. En clair, je donnais un sacrement à des personnes qui n’avaient pas été évangélisées. Et on continuait de faire comme si la société québécoise était encore catholique.

Le problème du cléricalisme dans notre Église favorise le statu quo qui empêche tout renouveau

Dans son livre : Manuel de survie pour les paroisses, le père James Mallone fait ce constat : Dans nos églises, nous insistons sur des méthodologies pastorales qui s’appliquent aux cultures prédisposées d’autrefois. Il en ressort un sentiment d’enfermement. Cela fait mal d’être piégé entre l’expérience d’une demande, un désir de renouveau et le poids d’une culture d’église penchant pour le maintien du statu quo. Ceux qui ont la charge de paroisse savent que non méthodes ne fonctionnent plus. Malgré cela, ils sont forcés de continuer de faire comme avant, tout en affrontant des réalités nouvelles. Mon Dieu, c’est exactement ce que je vous racontais à l’instant.

Le problème du cléricalisme dans notre Église où le curé cléricalise et les laïcs demandent à être cléricalisés

Dans ce chapitre : la maison des douleurs, le père James affirme que notre église est malade : grave affirmation s’il en est une, mais sans laquelle aucun renouveau ne peut survenir. La crise d’identité d’une église qui a oublié d’évangéliser amène des douleurs que nous ressentons tous. Et pour guérir, il faut s’occuper de ce qui fait mal. Ce que j’ai vécu cet après-midi là m’a fait mal car les gens s’étaient déplacés pour venir à nous : quelle chance! Mais nous n’avons pas su leur donner la nourriture adaptée à leurs besoins. Il est bon de regarder ensemble ces douleurs de notre église pas pour accuser qui que ce soit mais pour y voir clair. Toutes les fois que je suis allé chez le médecin, j’ai pu recevoir une parole vraie sur mon état de santé et c’est ce qui m’a permis de pouvoir prendre les dispositions pour guérir. Quand j’ai lu ce chapitre : la maison des douleurs de James Mallone qui parle de culture de la routine, de la crise des abus sexuels, des leaders qui ont perdu toute espérance de renouveau. Je dirais que ce chapitre-là a été pour moi libérateur. Il aurait tant à dire sur ce chapitre, mais pour cette capsule, je retiendrai une douleur qu’il nous faut regarder en face pour en sortir définitivement : le cléricalisme. Selon les mots mêmes du Pape François : « Le cléricalisme est cette attitude qui annule non seulement la personnalité des chrétiens mais tend également à diminuer et à sous-évaluer la grâce baptismale que l’Esprit a placé dans le cœur de notre peuple. Cette plaie ecclésiale, on peut la définir finalement comme l’appropriation de ce qui est propre à tous les baptisés par la caste cléricale à laquelle on peut inclure à la fois le clergé et les religieuses. » Le Pape François affirme que c’est une tentation dans les deux sens. Il dit que dans la majorité des cas le curé cléricalise et les laïcs demandent à être cléricalisés.

« Vous savez, mon père, je ne suis pas si pratiquant que cela »

Qu’est-ce que cela veut dire? Je donne un exemple : un jour que le père James parlait de mission à un paroissien, il s’est fait dire : « Vous savez, mon père, je ne suis pas si pratiquant que cela ». Que voulait-il dire vraiment? En y réfléchissant, il s’est rendu compte qu’il existe une sorte d’accord tacite sur son implication dans son église. Il accomplit son devoir religieux au strict minimum : aller à la messe, donner la dîme. Et on doit attendre de lui rien d’autre. Les personnes si « pratiquantes » devenaient prêtres ou religieuses. Et quand l’Église rappelle l’importance de la mission, ce sont ces super-chrétiens, ces délégués du peuple qui sont concernés. Pas les pratiquants moyens. Alors dans cette vision d’Église, toutes les tâches et devoirs qui incombent normalement à tous les baptisés : comme l’implication dans la communauté, l’appel à la mission et à la sainteté sont assurés par ces super-chrétiens qui deviennent isolés et surchargés. Tandis que l’ensemble du peuple demeure dans la passivité. Le cléricalisme se voit particulièrement dans les sacristies où je me fais dire : « Ah mon père, c’est vous qui décidez ». Et la personne qui m’a dit cela est toute déboussolée quand je lui ai dit : « Et vous, qu’est-ce que vous en pensez? Cela vous dirait qu’on réfléchisse ensemble. Vous connaissez les lieux bien mieux que moi ». Le clergé, dans le monde entier comme dans notre histoire ici s’est tellement occupé de tout, tout, tout, qu’il a laissé les baptisés dans une situation de passivité et de dé-responsabilité spécialement face à la mission. Dès lors, dans l’Église, on a des personnes surchargées et isolées qui font face à des attentes inhumaines en termes de territoires et de services à poursuivre et une majorité de gens qui attendent de recevoir des services. On ne peut plus continuer comme cela! La culture de la routine et du minimalisme est une maladie de notre Église. Et comme le dit si bien le père James : fondamentalement, c’est du paganisme sous une fine couche de chrétienté. Quel est donc l’antidote?

10 valeurs à promouvoir pour un renouveau de l’Église

Le père James parle en fait de la conversion missionnaire d’une paroisse en termes de transformation de la culture paroissiale. Une culture est faite de valeurs, il en énumère 10 que l’on pourra explorer dans les prochaines capsules. Je vous les nomme tout de suite :

  • Privilégier le weekend;
  • Développer l’hospitalité;
  • Soigner la musique;
  • Enrichir l’homélie;
  • Favoriser la communauté;
  • Donner des attentes claires;
  • Favoriser un ministère basé sur les charismes;
  • Miser sur les petits groupes;
  • Faire l’expérience sur l’Esprit Saint;
  • Encourager une culture de l’invitation à l’église.

Tout cela nous préparera à poser les fondations pour rendre à nouveau notre maison accueillante et chaleureuse en invitant certaines personnes à retourner à l’église et à d’autres à y entrer pour la première fois.

SOURCE : CHAÎNE YOUTUBE TELE ECDQ

 

Imprimer

Soyez le premier à commenter