La puissance de Dieu se déploie dans notre faiblesse

Du livre: "En chemin vers l'Essentiel: les 5 Essentiels de la vie en Christ"

Résumé : La puissance de Dieu se déploie dans notre faiblesse. Dieu aime se servir de personnes faibles afin que sa Gloire soit manifestée davantage.

La puissance de Dieu se déploie dans notre faiblesse : « Ma grâce te suffit, car ma puissance donne toute sa mesure dans la faiblesse (2ième Lettre aux Corinthiens 12.9).

Dieu aime utiliser des personnes faibles. Nous avons tous nos faiblesses, et elles sont multiples : physiques, émotionnelles, intellectuelles et spirituelles. Des circonstances indépendantes de notre volonté, telles que des problèmes financiers ou relationnels, peuvent nous affaiblir. Il est très important de savoir accueillir nos faiblesses. En général, nous les nions, nous les défendons, les excusons, les cachons, ou encore elles nous mettent en colère. Tout cela empêche le Seigneur de s’en servir comme Il le souhaiterait. La vision qu’a Dieu de notre faiblesse est différente. Nous pensons que le Seigneur ne veut employer que nos points forts, mais Il souhaite aussi utiliser nos points faibles pour sa gloire : « Ce qu’il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, pour couvrir de confusion ce qui est fort » (1ière Lettre aux Corinthiens 1.27). La force et l’indépendance n’ont jamais impressionné le Seigneur. Il est plus intéressé par les personnes qui sont faibles et qui l’admettent. La puissance de Dieu se déploie dans notre faiblesse. Dieu n’appelle pas de gens capables il rend capables ceux qu’Il appelle.

La puissance de Dieu se déploie dans notre faiblesse : nos limites peuvent être physiques, émotionnelles ou intellectuelles

La Bible cite de nombreux exemples qui montrent combien Dieu aime se servir d’êtres imparfaits et ordinaires pour accomplir des exploits malgré leurs faiblesses. Si le Seigneur n’employait que des gens parfaits, rien ne se ferait jamais, car aucun de nous n’est parfait. Une faiblesse, ou une « écharde », selon l’expression de Paul, n’est pas un péché, un vice ou défaut de caractère que nous pouvons changer. C’est une limite dont nous avons hérité et que nous ne pouvons pas changer. Elle peut être physique (handicap, maladie chronique, manque naturel d’énergie, incapacité), émotionnelle (traumatisme, souvenir douloureux, caractère particulier, disposition héréditaire) ou intellectuelle. Nous ne sommes pas tous des êtres brillants et doués. En raison de nos limites, nous pensons peut-être : « Jamais le Seigneur ne pourra m’employer. » Mais Dieu ne se laisse pas arrêter par nos limites. Au contraire, Il aime placer sa grande puissance dans des vases ordinaires. Paul dit : « Ce trésor, nous le portons comme dans des vases d’argile; ainsi, on voit bien que cette puissance extraordinaire appartient à Dieu et ne vient pas de nous » (2ième Lettre aux Corinthiens 4.7). Le Seigneur nous utilisera si nous le laissons agir dans notre faiblesse. Pour que cela arrive, nous devons suivre l’exemple de Paul : Admettons nos faiblesses. Reconnaissons-les. N’essayons pas de nous convaincre que nous sommes forts et soyons honnêtes avec nous-mêmes. Au lieu de vivre à côté de la réalité ou de nous trouver des excuses, prenons le temps de réfléchir à nos faiblesses personnelles. Au besoin, dressons-en la liste! Si nous voulons que Dieu nous emploie, nous devons savoir qui Il est et qui nous sommes.

La puissance de Dieu se déploie dans notre faiblesse : Soyons contents de nos faiblesses.

Paul déclarait : « Je mettrai plutôt ma fierté dans mes faiblesses, afin que la puissance du Christ fasse en moi sa demeure. C’est pourquoi j’accepte de grand cœur pour le Christ les faiblesses » (2ième Lettre aux Corinthiens 12.9-10). Cela ne semble avoir aucun sens : nous aimerions être libérés de nos faiblesses, et non nous en réjouir! Mais en fait, le contentement prouve que nous avons foi en la bonté de Dieu. Paul nous donne plusieurs raisons d’être contents de nos faiblesses naturelles. Premièrement, elles nous amènent à dépendre de Dieu. Par ailleurs, nos faiblesses nous empêchent de devenir orgueilleux, elles nous gardent humbles. Gédéon avait rassemblé une armée de trente-deux mille hommes pour combattre les Madianites, mais le Seigneur a réduit ce nombre à trois cents. Les ennemis des Israélites étaient par conséquent quatre cent cinquante fois plus nombreux qu’eux. La bataille semblait perdue d’avance. Mais Dieu l’a permis pour qu’Israël sache que c’était la puissance de Dieu qui les sauverait, et non leur propre force. Ensuite, nos faiblesses encouragent la communion entre les croyants. À l’inverse, notre force nous éloigne des autres et provoque notre indépendance (« Je n’ai besoin de personne »). Nos limites nous montrent à quel point nous avons besoin des autres. Lorsque nous nous soutenons mutuellement, nous devenons très solides. Par-dessus tout, nos points faibles nous permettent d’avoir plus d’amour pour les autres, plus de compassion et de compréhension pour leurs faiblesses, et d’être plus efficaces dans le ministère. Dieu aime changer la faiblesse en force. Il désire prendre notre plus grande faiblesse et la transformer. Parlons franchement de nos points faibles. Plus nous nous montrerons tel que nous sommes, plus nous partagerons nos luttes, et plus le Seigneur pourra nous employer pour servir les autres. Dans toutes ses lettres, Paul se montrait tel qu’il était. Il faisait part de ses échecs : « Je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas » (Romains 7.19); de ses sentiments : « Nous vous avons largement ouvert notre cœur » (2ième Lettre aux Corinthiens 6.11); de ses déceptions : « Nous étions écrasés, à bout de forces, au point même que nous désespérions de conserver la vie » (2ième Lettre aux Corinthiens 1.8); de ses peurs : « Je me suis présenté à vous faible et tout tremblant de crainte » (1ière Lettre aux Corinthiens 2.3). Évidemment, il est parfois effrayant de faire tomber le mur derrière lequel on se cache et d’ouvrir sa vie aux autres, car on court le risque d’être rejeté. Mais les bénéfices en valent la peine. La fragilité nous libère d’un grand poids. Le fait de nous confier aux autres diminue la tension, calme nos peurs et représente le premier pas vers la libération.

La puissance de Dieu se déploie dans notre faiblesse : Dieu veut se servir à la fois de nos points faibles et de nos points forts.

Si ceux qui nous entourent ne voient que nos exploits, ils se découragent. Mais lorsqu’ils voient Dieu se servir de nous avec nos faiblesses, ils pensent : « Après tout, le Seigneur peut peut-être m’employer! » Nos points forts provoquent une sorte de compétition, alors que nos points faibles nous lient les uns aux autres. À un certain moment de notre vie, nous devons décider si nous voulons impressionner les autres ou les influencer. La qualité nécessaire à un disciple n’est pas la perfection, mais la crédibilité. Comment être crédible? En étant honnête.

Glorifions-nous de nos faiblesses. Paul s’est vanté de ses faiblesses! (2ième Lettre aux Corinthiens 12.5). Au lieu de paraître sûrs de nous et invincibles, réalisons que nous bénéficions de la grâce de Dieu. Si nous souhaitons que Dieu nous bénisse et nous emploie, nous devons être prêts à boiter, comme Jacob (Genèse 32.25-33). Pendant le reste de notre vie, car le Seigneur se sert de notre faiblesse.

Idée à méditer :

Dieu travaille mieux en moi lorsque je reconnais ma faiblesse.

Verset pour accompagner ma journée :

« Ma grâce te suffit, car ma puissance donne toute sa mesure dans la faiblesse » (2ième Lettre aux Corinthiens 12.9).

Questions à me poser :

  • Est-ce que je limite la grâce de Dieu dans ma vie en essayant de cacher mes faiblesses?
  • Que dois-je partager franchement de mes faiblesses pour aider les autres?

 

AVEC L’AIMABLE AUTORISATION DE L’AUTEUR

SOURCE : P. Jean-Hubert Thieffry et Coll., En chemin vers l’Essentiel : Découvrir et mettre en pratique les 5 Essentiels de la vie en Christ, Édité par Motivé par l’Essentiel, 2019, pp. 119-122.

Imprimer

Soyez le premier à commenter