Jésus a percé le premier le mystère de la mort

Homélie du 32° Dimanche ordinaire C : Luc 20, 27. 34-38

Résumé : Jésus a percé le premier le mystère de la mort. Ainsi, il nous révèle que nous sommes tous appelés à vivre de la résurrection dès maintenant.

Homélie du Père Gérald Lajeunesse ,omv, le 32e dimanche du temps ordinaire .

Posted by Paroisse St Enfant Jésus on Sunday, 10 November 2019

Jésus a percé le premier le mystère de la mort : la mort qui est une réalité inévitable pour tous

Désormais nous sommes au mois de novembre qui traditionnellement est appelé le mois des morts à cause de la saison de l’automne dans laquelle on voit la nature mourir peu à peu. En fait, la mort est la chose la plus évidente qui soit car tout autour de nous vient à mourir (les plantes, les arbres, les animaux et nous tous les hommes). La mort est la réalité que personne ne peut éviter et que nous devrons tous affronter un jour ou l’autre. Devant cette réalité de la mort, nous les hommes vivants qui n’avons pas encore expérimenté la réalité de la mort, nous avons pensé à différentes théories afin d’expliquer le mystère inconnu de la mort. Ainsi, pour certaines personnes :

Jésus a percé le premier le mystère de la mort qui n’est pas la fin de tout

a) La mort est la fin de tout. Pour ces personnes, il n’y a absolument rien après la mort : ni vie éternelle, ni paradis, ni enfer. Pour elles, la mort est la chute dans le vide total et le néant. Et la preuve absolue de la vérité de leur théorie est qu’on a jamais vu un mort revenir pour nous dire qu’il y avait quelque chose après la mort.

Jésus a percé le premier le mystère de la mort qui n’est pas une illusion

b) Ensuite, il y a ceux (comme les bouddhistes) qui disent que la mort n’existe pas réellement. Selon eux, la mort est seulement une apparence illusoire car la vie sur la terre est un cycle permanent de renaissance continuelle. Cette théorie qui est assez populaire aujourd’hui s’appelle la théorie de la réincarnation.

Jésus a percé le premier le mystère de la mort par sa résurrection éternelle

c) Puis, il y a les chrétiens qui disent que la mort n’est pas une illusion mais au contraire une réalité bien réelle et concrète qui marque la fin de notre vie sur la terre et qui débouche sur la vie éternelle de Dieu et qui sera couronnée par la résurrection de notre corps à la fin des temps. Cette conception de la mort n’est pas basée sur une théorie abstraite mais sur l’expérience vécue et l’enseignement de Jésus Christ qui est mort sur la croix le Vendredi Saint et qui est ressuscité le jour de Pâques de l’année 30. Toutefois, il nous faut être prudent ici car certains chrétiens peuvent être tentés de trop simplifier les choses en s’imaginant, comme les saducéens de l’évangile, que la vie éternelle et la vie de la résurrection sont comme la continuation pure et simple de notre vie actuelle sur la terre. Ainsi, certaines personnes peuvent penser que dans la vie éternelle, nous vivrons par exemple les mêmes rythmes de vie que sur terre : dormir, manger, travailler, se divertir, se marier, etc…

Jésus a percé le premier le mystère de la mort et il nous invite tous à vivre pour Dieu

Dans l’évangile, Jésus dit : « ceux qui ont été jugés dignes d’avoir part au monde à venir et à la résurrection d’entre les morts, (…) ne peuvent plus mourir car ils sont semblables aux anges, ils sont enfants de Dieu et enfants de la résurrection. » Alors, on peut se demander : quelle est la caractéristique principale des anges et des enfants de Dieu ? Et Jésus nous répond : « tous vivent pour Dieu ». En d’autres mots, les anges et les enfants de Dieu qui ont été jugés dignes d’avoir part au monde à venir et à la résurrection d’entre les morts vivent pour l’Amour de Dieu, i.e. tout leur être corporel et spirituel est enflammé par l’amour de Dieu de manière telle que leur cœur déborde de Joie, de Paix et de bonheur et rassasie parfaitement tous leurs désirs.

Jésus a percé le premier le mystère de la mort par l’Amour de Dieu qui nous fait vivre

Maintenant sur la terre, nous pouvons déjà commencer à vivre de cette vie éternelle dans la foi. Saint Paul disait : « soit que vous mangiez, soit que vous buviez (et nous pouvons ajouter : soit que vous vous mariez, soit que vous jouiez au ballon) ou quelle que soit la chose que vous fassiez, faîtes tout pour la gloire de Dieu (i.e. par Amour de Dieu) » (1 Cor. 10, 31). Sur cette terre, le mariage, le sport, le cinéma, la nourriture, le travail, l’argent, …, sont toutes des choses qui sont des intermédiaires nécessaires à cause des exigences de notre corps qui a toutes sortes de besoins naturels (manger, dormir, faire de l’exercice, se divertir, etc…). Nous pouvons donc déjà durant notre vie sur la terre aimer Dieu et vivre pour Lui à travers ces réalités humaines concrètes et ainsi commencer maintenant à vivre dans la vie éternelle. Voilà pourquoi les chrétiens sont appelés à vivre leur vie quotidienne dans une joie et une paix profonde. Car nous expérimentons dès maintenant dans la foi, l’Amour de Dieu qui est la raison profonde de notre vie et de tout notre être.

Imprimer
Gérald Lajeunesse
A propos Gérald Lajeunesse 260 Articles
Le père Gérald Lajeunesse est prêtre et membre de la Congrégation des Oblats de la Vierge Marie (omv). Il est curé de la paroisse St Enfant-Jésus de la Pointe-aux-Tremble, à Montréal.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire