Quelles sont les deux (2) conditions pour entrer dans la Vie Éternelle selon Jésus?

Homélie du 28° Dimanche Ordinaire B : Marc 10, 17-27

SOURCE IMAGE: Clip: Vie religieuse.fr

Résumé : Quelles sont les deux (2) conditions pour entrer dans la Vie Éternelle selon Jésus? Il faut observer les commandements de Dieu. Et pour être en mesure d’observer les commandements, il faut aussi nous laisser regarder par le regard d’Amour de Jésus.

Savez-vous ce qu’est la « louange boomerang »?

Savez-vous ce qu’est la « louange boomerang »? Voici deux exemples qui vous feront comprendre ce qu’est la « louange boomerang » : un garçon dit à sa mère : « Maman, tu es la plus gentille de toute les mamans ». Puis, quelques minutes après il demande : « Puis-je sortir avec mes amis ce soir? » Ou bien, un employé dit à son patron : « Patron, vous êtes un homme très sympathique », et quelques minutes après il lui dit : « Pourrais-je prendre un jour de congé demain? » De la même manière, dans l’évangile on peut reconnaître un bel exemple de « louange boomerang ». Voici un homme qui vient vers Jésus et lui dit : « Bon Maître, que dois-je faire pour avoir la vie éternelle en héritage? » Peut-être que mon interprétation personnelle est erronée, mais il me semble que cet homme fait un beau compliment à Jésus en l’appelant : « Bon Maître ». Peut-être que cet homme voulait recevoir en retour un certain privilège personnel. Ainsi, en échange de son compliment à Jésus, peut-être voulait-il obtenir la faveur de recevoir la vie éternelle sans avoir à faire d’effort? Ou bien peut-être voulait-il que Jésus lui fournisse une garantie à 100% de pouvoir entrer dans la vie éternelle? Mais Jésus ne se laisse pas prendre par la « louange boomerang » que lui fait cet homme. Jésus lui dit : « Pourquoi dire que je suis bon ? Personne n’est bon, sinon Dieu seul. »

« Tu connais les commandements … »

« Tu connais les commandements : Ne commets pas de meurtre, ne commets pas d’adultère, ne commets pas de vol, ne porte pas de faux témoignage, ne fais de tort à personne, honore ton père et ta mère. » Ainsi, Jésus dit à chacun de nous que la voie générale et obligatoire pour entrer dans la vie éternelle passe nécessairement par l’observance des commandements de Dieu. Alors je m’imagine qu’à ce moment l’homme de l’évangile se réjouissait déjà en pensant : « cela est un bonne nouvelle pour moi car j’observe déjà tous les commandements de Dieu depuis mon enfance, donc je peux être tranquille car sûrement j’obtiendrai la vie éternelle ».

« Jésus posa son regard sur lui, et il l’aima. »

Mais alors Jésus fait un geste qui va le  bouleverser: « Jésus posa son regard sur lui, et il l’aima. Il lui dit : « Une seule chose te manque : va, vends ce que tu as et donne-le aux pauvres ; alors tu auras un trésor au ciel. Puis viens, suis-moi. » Ainsi, à mon avis, Jésus nous enseigne que la voie qui mène à la Vie Éternelle est semblable à une piste de décollage d’un aéroport. En effet, il y a en bordure de la piste de décollage des petites lumières qui indiquent au pilote d’avion le tracé que l’avion doit suivre durant la nuit. À mon avis, ces lumières symbolisent les commandements de Dieu qui nous indiquent le chemin du Ciel. Mais cela n’est pas suffisant. Pour aller au ciel physiquement, il est nécessaire pour voler dans les airs que nous ayons un appareil aérodynamique qui possède des ailes et un moteur puissant afin de vaincre la force gravitationnelle. De la même manière, pour au Ciel de Dieu (la Vie Éternelle), il nous faut avoir les ailes de la foi et de l’espérance qui nous donneront la capacité de nous abandonner totalement dans les mains de Dieu en laissant nos sécurités humaines. De plus, pour entrer dans la Vie Éternelle, nous aurons aussi besoin du moteur puissant de la Charité qui nous donnera la force de suivre Jésus partout où il ira. Car si l’on ne fait pas l’expérience personnelle d’être aimé profondément par le Christ, nous n’aurons pas la capacité de nous donner totalement au Seigneur et à nos frères.

« Va, vends ce que tu as et donne-le aux pauvres »

Or, nous pouvons imaginer le grand choc que l’homme de l’évangile a eu en entendant les paroles de Jésus : « Va, vends ce que tu as et donne-le aux pauvres ; alors tu auras un trésor au ciel. Puis viens, suis-moi. » Il a tout à coup senti sa totale impuissance à se détacher de ses nombreux biens matériels pour pouvoir suivre Jésus. À ce point, je nous poserais une question : est-ce que Jésus exige de tous ses disciples qu’ils vendent nécessairement tous leurs biens et donnent aux pauvres l’argent ainsi recueilli? En d’autres mots, est-ce que Jésus demande à tous ses disciples de vivre comme des sans-abris? Il me semble que non. Car tout homme a besoin d’avoir les biens nécessaires à sa subsistance (un toit, de la nourriture, des vêtements). En fait, Jésus veut ici rappeler à tous ses disciples qu’il est nécessaire qu’ils ne soient attachés à aucune richesse matérielle de la terre car celles-ci peuvent devenir un fardeau et un obstacle qui rendent impossible l’amour inconditionnel envers Dieu et les frères.

Le piège à singes de l’attachement désordonné aux biens de la terre

Pour mieux comprendre cette parole de Jésus, voici une belle image : pour attraper les singes en Inde, les indigènes construisent un piège ingénieux. Ils confectionnent une boîte en bois avec un trou qu’ils attachent solidement à un arbre. Mais le trou est à peine assez grand pour laisser passer la petite main du singe. Les chasseurs de singe placent ensuite des noix dans la boîte. Quand le singe, attiré par les noix, enfile sa main dans le trou de la boîte pour saisir les noix, il ne peut plus sortir la main gonflée de noix. Très souvent le singe va s’entêter à conserver les noix dans sa main jusqu’à ce que le chasseur vienne et le mette en cage. Ainsi, le singe a préféré garder les noix dans sa main et ce, au prix de sa liberté et même de sa vie. De la même manière, nous les humains, nous avons aussi à faire des choix. Il peut arriver alors que nous soyons tellement attachés à certaines choses que nous en arrivions à préférer perdre notre liberté et même la vie éternelle plutôt que de délaisser ces choses. C’est ce qui arrive quand certaines personnes sont si attachées à leurs habitudes peccamineuse qu’elles refusent de s’en repentir jusqu’à l’heure de leur mort. Par exemple, un homme marié mène une double vie avec son amante. Malgré qu’il soit bien conscient de son mensonge, de son injustice et de son grave manque d’amour envers son épouse et Dieu, il refuse de laisser son amante jusqu’à son lit de mort. Ainsi, cet homme agit comme les singes qui préfèrent garder les noix au risque de perdre leur liberté et la vie.

« Mais lui, à ces mots, devint sombre et s’en alla tout triste »

« Mais lui, à ces mots, devint sombre et s’en alla tout triste, car il avait de grands biens. » On sait que notre visage est radieux quand il reflète la lumière. Mais quand nous abaissons notre visage, alors il ne reflète plus la lumière et il devient obscure. C’est ce qui est arrivé pour l’homme de l’évangile. Il s’est replié sur lui-même. Il a ainsi cessé de regarder Jésus qui est la Lumière du monde. S’il avait continué de regarder Jésus, il aurait alors reçu la grâce de l’Amour et il aurait eu la force de suivre le Seigneur en laissant ses richesses.

Comment accueillons-nous le regard d’Amour du Christ?

Chers frères, chaque fois que nous célébrons l’Eucharistie, Jésus pause son regard d’Amour sur chacun de nous. Comment accueillons-nous son regard? Si nous abaissons notre visage, i.e. si nous nous replions sur nous-mêmes par honte ou par peur de ce que le Seigneur pourrait nous demander, nous retournerons à la maison tout triste. Mais si au contraire nous nous laissons regarder par le Christ, notre honte se changera en joie à cause de notre espérance en la miséricorde divine et notre peur se transformera en audace pour devenir des disciples missionnaires. C’est la grâce que nous demandons pour chacun de nous aujourd’hui.

Imprimer
Gérald Lajeunesse
A propos Gérald Lajeunesse 175 Articles
Le père Gérald Lajeunesse est prêtre et membre de la Congrégation des Oblats de la Vierge Marie (omv). Il est curé de la Mission italienne San Domenico Savio, à Montréal.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire