L’humilité : signe de la présence de Dieu

Homélie du 4° Dimanche de l’Avent B : Luc 1, 26-38

archange Gabriel
L'archange Gabriel apparaît à Marie

Dimanche dernier, nous avons entendu Jean le Baptiste témoigner de Jésus en disant : « au milieu de vous, se tient celui que vous ne connaissez pas ; c’est lui qui vient derrière moi, et je ne suis pas digne de délier la courroie de sa sandale. » (Jn. 1, 26) Aujourd’hui, l’évangile nous présente un autre témoin de Jésus : la Vierge Marie qui nous indique comment nous pouvons être un signe de la présence de Dieu en disant « oui » à sa Volonté. Ainsi, grâce au « oui » de Marie, Dieu se fait proche de nous. Dieu qui est « l’invisible par excellence », devient en Jésus un homme en chair et en os comme tous les humains que tous peuvent voir, entendre et même toucher. Ainsi, depuis le jour de Noël, il est terminé le temps où Dieu était l’invisible, l’inaccessible, l’intouchable. Grâce à Jésus, Lui qui est le Signe parfait de la présence de Dieu pour nous, nous pouvons entrer en communion directe avec Dieu.

Faux signe de la présence de Dieu

D’autre part, nous voyons dans la 1° lecture un autre signe de la présence de Dieu pour le Peuple d’Israël. Ce signe était l’Arche de l’Alliance dans laquelle se trouvaient les tables de la Loi de Dieu (les 10 commandements). Les Hébreux croyaient en effet que s’ils portaient avec eux l’Arche de l’Alliance, ils seraient invincibles contre leurs ennemis. Ils pensaient d’une certaine manière que l’Arche d’Alliance était un peu comme un talisman (un porte-bonheur) qui leur assurerait le succès dans toutes leurs entreprises.

Plus profondément, le Peuple d’Israël croyait que lorsqu’il était prospère, qu’il devenait plus riche et qu’il étendait ses frontières sur les autres peuples, cela était le signe que Dieu était avec eux. Mais si au contraire, le peuple perdait la guerre ou s’il ne prospérait plus matériellement, alors cela était le signe que Dieu les avait abandonnés.

Certains chrétiens ont encore aujourd’hui ce type de spiritualité. Pour eux, avoir la foi chrétienne doit nécessairement leur apporter la prospérité matérielle, la santé physique et le succès. Mais pour nous catholique, nous ne croyons pas que la prospérité matérielle soit un signe certain de la présence de Dieu dans notre vie. Car s’il était vrai que la prospérité matérielle est un signe que Dieu bénit nos activités, alors comment expliquer que les bandits de tout acabits soient très prospères matériellement ? Cela voudrait dire que leurs nombreux crimes sont bénis par Dieu ? Cela n’a pas de sens !

La Vierge Marie, la toute humble

Dans l’évangile, le Seigneur nous donne un signe certain qui nous assure que Dieu est vraiment avec nous et qu’il nous bénit. Ce signe est la vertu de l’humilité car l’humilité du cœur est à l’opposé du péché de l’orgueil. Ainsi, lorsque Dieu a choisi de venir dans notre monde, il n’a pas voulu naître dans une famille royale riche et puissante. Au contraire, Dieu a choisi comme mère Marie, la personne la plus humble du monde. Elle était une pauvre jeune fille d’un tout petit village : Nazareth qui ne payait pas de mine. Marie n’avait aucune prétention. Elle connaissait parfaitement sa pauvreté et ses limites humaines. Elle avait dans son cœur une seule ambition : celle d’accueillir totalement la Volonté de Dieu pour elle.

L’humilité : signe certain de la présence de Dieu

Donc, le signe par excellence que Dieu est avec nous, ce n’est pas que nous ayons beaucoup de succès ou que nous ayons bien des richesses matérielles. Mais c’est plutôt d’avoir la vertu de l’humilité qui nous permet d’accueillir pleinement la Volonté de Dieu dans notre vie quotidienne. Voilà le secret de Marie : elle était la « pleine de grâce », c’est-à-dire la personne remplie de la présence et de l’Amour de Dieu car elle a accueilli dans l’obéissance humble la Volonté du Seigneur.

Comment obtenir l’humilité ?

En conclusion, nous pouvons nous demander comment obtenir cette grande vertu de l’humilité qui nous permet de reconnaître avec certitude la présence de Dieu et de son Amour en nous-mêmes et dans les autres ? Selon le témoignage de tous les saints, il nous faut tout d’abord prier et demander chaque jour la grâce de l’humilité car elle est un grand don de Dieu. Il est aussi très important que nous considérions les autres supérieurs à nous-mêmes et que nous cherchions à leur obéir. Finalement, il nous faut aussi accepter les humiliations. C’est à ce prix que nous pourrons devenir vraiment humbles et avoir la certitude d’être « signes de la présence de Dieu » pour nos frères et soeurs.

Imprimer
Gérald Lajeunesse
A propos Gérald Lajeunesse 251 Articles
Le père Gérald Lajeunesse est prêtre et membre de la Congrégation des Oblats de la Vierge Marie (omv). Il est curé de la paroisse St Enfant-Jésus de la Pointe-aux-Tremble, à Montréal.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire