Comment pouvons-nous connaître vraiment Jésus ?

Homélie du 3° Dimanche de l'Avent B: Jean 1, 6-8; 19-28

Comme la semaine dernière, l’évangile de ce dimanche nous présente Jean le Baptiste comme personnage principal du récit. Pourquoi ? A mon avis, Jean le Baptiste est très important dans le plan de salut du Seigneur car il nous aide à connaître qui était vraiment Jésus. En effet, il nous dit: « au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas ; c’est lui qui vient derrière moi, et je ne suis pas digne de délier la courroie de sa sandale. » En d’autres mots, Jean le Baptiste nous pose une question fondamentale: « Comment connaître vraiment Jésus? »

Comme vous le savez, pour connaître qui est vraiment une personne, il ne suffit pas seulement de connaître des faits sur sa vie : où et quand il est né, quel travail il a fait … En réalité, pour connaître en profondeur une personne, il faut que nous puissions entendre le témoignage des amis de cette personne qui ont pu la connaître personnellement et intimement. Selon saint Augustin: « C’est seulement par l’amitié que l’on peut vraiment connaître une personne. » Grâce aux yeux du coeur qui aime, nous pouvons voir l’invisible et entrer dans le mystère d’une personne.

Pour Jésus, c’est la même chose. Si nous voulons le connaître en profondeur, il ne suffit pas de connaître certaines choses sur la vie de Jésus. Par exemple : que Jésus est né au temps de César Auguste et du roi Hérode à Bethléem. Qu’il a passé sa jeunesse à Nazareth jusqu’à l’âge de 30 ans et qu’il est mort tragiquement sur une croix à Jérusalem condamné par les Anciens du peuple. Mais il est nécessaire d’interroger les amis de Jésus et ceux qui l’ont connu personnellement afin de vraiment le connaître en profondeur.

Mais peut-être me direz-vous : comment se fait-il que Jean le Baptiste ait pu connaître vraiment Jésus et témoigner de Lui alors que si nous lisons bien l’évangile, nous voyons que Jean n’avait jamais rencontré directement Jésus auparavant ? Cela est une très bonne question. En fait, Jean le Baptiste connaissait bien Jésus parce qu’il lisait et méditait souvent les Ecritures i.e. les livres des prophètes de l’Ancien Testament qui annonçaient la venue du Messie Sauveur envoyé par Dieu.

Pour nous, c’est un peu la même chose : nous pouvons connaître profondément qui est Jésus si nous faisons comme Jean Baptiste en lisant et méditant souvent la Parole de Dieu (la Bible). Saint Jérôme disait une parole très importante pour notre vie spirituelle : « Ignorer les Ecritures, c’est ignorer le Christ ». Malheureusement, beaucoup de chrétiens ont une Bible à la maison mais ils ne la lisent presque jamais. C’est la raison pour laquelle ils ne peuvent pas connaître profondément Jésus et devenir ses témoins.

Je connais des personnes qui, lorsqu’on leur dit qu’elles sont appelées à devenir témoins de Jésus, disent apeurées : « Moi, je ne serai jamais capable de témoigner de Jésus devant les autres car je suis trop timide. Donc, je laisse cela à ceux qui ont le don de la parole. » Cependant, quand nous regardons l’exemple de Jean le Baptiste dans l’évangile, il n’a pas commencé à témoigner de Jésus par la prédication aux foules. Bien au contraire, il a commencé par se retirer au désert afin de prier et de faire pénitence. Au fond, l’exemple de Jean Baptiste nous montre que nous ne sommes pas témoins de Jésus premièrement par la parole mais par l’exemple de notre vie. En effet, un témoin n’est pas quelqu’un qui parle de Dieu, mais c’est plutôt quelqu’un à travers qui Dieu parle.

A ce propos, cela me rappelle un fait qui m’est arrivé il y a quelques années. Un jour, j’ai rencontré une dame de la paroisse où j’étais. Celle-ci me dit qu’elle avait été très malade et qu’elle avait séjourné à l’hôpital pendant quelques mois. Elle m’a aussi dit qu’elle remerciait le Seigneur car elle avait senti qu’il avait été présent et l’avait soutenue durant tout son séjour à l’hôpital. En fait, elle me racontait qu’elle avait reconnu le Seigneur à travers une des infirmières qui la soignait. Cette infirmière était toujours gentille et souriante. Elle était toujours prête à lui rendre service. A la fin de son séjour, la dame lui a demandé son secret pour être toujours patiente et souriante avec les patients. Et elle a répondu qu’elle croyait en Jésus et que c’était à cause de Lui qu’elle pouvait faire son travail avec amour. Comme vous pouvez le constater, cette infirmière n’avait pas dit un seul mot de Jésus mais ses actions parlaient de Lui.

Demandons donc au Seigneur que toute notre vie puisse parler de Dieu de telle manière que les personnes avec qui nous vivons se demandent qu’est-ce qui fait que nous sommes différents des autres. Alors nous aurons accompli notre mission d’ami de Jésus qui est de le faire connaître et aimer par les personnes qui nous entourent.

Imprimer
Gérald Lajeunesse
A propos Gérald Lajeunesse 150 Articles
Le père Gérald Lajeunesse est prêtre et membre de la Congrégation des Oblats de la Vierge Marie (omv). Il est curé de la Mission italienne San Domenico Savio, à Montréal.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire