Est-ce que je me contente d’une petite vie terre à terre?

Homélie de la fête de l’Ascension du Seigneur B : 16/05/2021

Résumé : Est-ce que je me contente d’une petite vie terre à terre? Mais Dieu m’a fait pour réaliser de grands rêves avec son aide. Est-ce que je crois vraiment que la suite de ma vie pourrait devenir la plus belle partie de ma vie que Dieu veut bâtir avec moi?

Est-ce que je me contente d’une petite vie terre à terre? Voilà une des questions que me pose la fête de l’Ascension

Si on me demandait : qu’est-ce que je retiens de la fête de l’Ascension? Je vous dirais ceci : en cette fête de l’Ascension, on voit Jésus à la fin de sa vie qui s’élève au ciel. Je retiens que Jésus est venu vivre sur terre comme nous. Mais surtout, il est venu nous montrer qu’on est fait pour beaucoup plus que cela. Autrement dit, nous sommes faits pour décoller du sol. Nous sommes faits pour nous élever, pour nous dépasser. Il y a à l’intérieur de nous (quand nous ne l’étouffons pas) un grand désir de réaliser des rêves fous que Dieu a déposés dans notre cœur. Une autre façon de le dire, c’est que, on l’oublie parfois, on voit le côté humain mais nous sommes des êtres spirituels avec des grandes aspirations. Et notre vie perd complètement de son sens quand on se contente d’une petite vie terre à terre. Est-ce que je me contente d’une petite vie terre à terre?  Pour moi, c’est cela le message principal de l’Ascension. Bien entendu, pour réaliser les plus beaux rêves qu’on peut porter, cela dépasse nos petites capacités. J’aime dans l’évangile de l’Ascension où on nous dit que Jésus était présent autrement dans le monde. Parce qu’on dit que Jésus s’est élevé au ciel et pas longtemps après, on dit que « le Seigneur travaillait avec nous ». C’est pour nous dire que si on avait la sagesse de se mettre ensemble, et qu’en plus le Seigneur travaille avec nous, il y a beaucoup de nos rêves qu’on étouffe qui pourraient se réaliser. Moi je crois qu’un des grands dangers qui nous guettent nous les chrétiens, c’est de se contenter d’être des chrétiens « corrects ». Mais on ne pense plus à s’élever et à se dépasser. Notre monde a besoin de nous si on est différent des autres. Pour vivre pleinement, je dirais qu’il faut accepter de temps en temps de se laisser charrier par le vent de l’Esprit qui est déraisonnable à certains moments mais qui nous pousse toujours vers le haut. Le jour où on ne se laisse plus déranger par le vent de l’Esprit, on devient des chrétiens « terre à terre ». Il y a une grande déception que j’aimerais éviter dans ma vie quand je vais me ramasser au soir de ma vie. La plus grande déception que j’aimerais éviter, c’est d’avoir des regrets. Quels seraient mes regrets? C’est de dire : je suis venu sur terre et je me suis contenté d’être un humain « correct ». C’est-à-dire que moi je vous annonce que je n’ai jamais tué, je n’ai jamais volé. Mais j’espère que Dieu attend plus que cela de moi. Pas juste marcher sur les « breaks ». Je serais déçu qu’à la fin de ma vie je puisse dire : j’ai été un chrétien correct : j’ai prié de temps en temps mais je n’ai jamais laissé Dieu me dérangé dans le reste de ma vie. Alors je serais passé à côté de l’essentiel. Je serais déçu à la fin de ma vie de dire : j’ai été prêtre, j’ai administré des paroisses mais je me suis contenté de cela alors que je suis sûr que Dieu attend beaucoup plus que cela. Dieu voudrait que je m’élève et que je sois capable de me surpasser avec son aide. Et si c’est vrai que Dieu travaille avec nous, c’est là que ça devient possible.

Est-ce que je me contente d’une petite vie terre à terre? Mais Dieu veut entrer dans ma vie pour m’aider à réaliser de grands rêves

Vous savez la vie nous forme à travers les expériences qu’on a faites. On a développé de l’expérience. J’aime à penser, il y a beaucoup de figures de la Bible qui nous montre cela, avoir de l’espérance en cette fête de l’Ascension, c’est croire que la suite de ma vie, ce qui s’en vient, cela pourrait devenir la plus belle partie de notre vie que Dieu voudrait vivre avec nous. Des fois on serait tenté de dire : mais non, la plus belle partie de ma vie, c’est quand je suis en plein d’énergie et que je suis au début de ma vie. Mais dans la Bible, ce n’est pas comme cela que ça marche du tout. Voyez Abraham : quand est-ce que cela a commencé son histoire?

Vous savez on ne marque pas tellement les gens par nos actions que par nos attitudes. Dans la suite de notre vie, si on fait confiance que Dieu nous accompagne, on pourrait être surpris que ce soit dans cette période-là qu’on va marquer le plus les gens qui sont autour de nous. Pour moi, cela est une belle espérance, de dire à Dieu : je te fais confiance. Je suis prêt à être déraisonnable avec toi et avec d’autres parce que j’y crois tellement que tu travailles avec nous et que tu agis avec nous présentement. C’est cela notre foi. Si on est tout seul, restons « ordinaire », « terre à terre », on n’a pas besoin de Dieu car on est capable de faire cela tout seul. Mais les grands rêves, c’est avec Dieu qu’on réalise cela.

Est-ce que je me contente d’une petite vie terre à terre? Une petite parabole moderne

J’aimerais vous conter une petite parabole moderne qui veut illustrer le message que je viens de vous transmettre. C’est l’histoire d’un monsieur qui marchait dans un champ et il a découvert un nid d’aigle abandonné. Dans ce nid, il y avait un œuf. Le monsieur a récupéré cet œuf et il l’a donné à un fermier qui avait des poules. Le fermier a mis l’œuf dans le poulailler. Les poules ont couvert l’œuf. Mais quand l’œuf a éclos, la poule s’est bien rendu compte que ce n’était pas une poule comme les autres. C’était un petit aiglon. Vous savez ce que la poule a dit? Je vais l’élever comme une poule et il ne se rendra jamais compte qu’il est un aigle. L’aiglon a grandi et un bon matin, il y a un aigle qui est passé près du poulailler. Quand l’aiglon a vu l’aigle, il s’est dit : c’est cela que je veux faire moi. Je ne suis pas fait pour me contenter d’une vie dans un poulailler. J’ai le goût de voler et d’aller plus loin. J’ai le goût de réaliser de grandes choses. Alors les poules lui ont dit : Ne te prends pas pour un autre. Tu es une poule comme nous autres. Quelques jours plus tard, le fermier qui savait qu’il était un aiglon il l’a pris dans ses mains et il lui a dit : vole en le lançant dans les airs. Mais l’aiglon n’a pas pu ouvrir ses ailes et il est tombé par terre. Savez-vous pourquoi? Parce qu’à force de se faire dire qu’on est comme tous les autres, il avait fini par le croire. Finalement, le fermier a repris l’aiglon et est monté sur le toit de la grange. Il a dit à l’aiglon : Tu es capable de voler et il l’a lancé dans les airs. Alors, l’aiglon a ouvert ses ailes et il s’est mis à voler et il est parti au-dessus des montagnes. Fin de la parabole.

Est-ce que je me contente d’une petite vie terre à terre? Quelle est la morale de cette parabole?

Quelle est la morale de cette histoire? J’aimerais que vous reteniez qu’on n’est pas des poules. Qu’est-ce que je veux dire par là? Nous autres les humains, on n’est pas faits pour travailler, manger, dormir et se divertir. On est fait pour le grand air, pour avoir de beaux rêves, de grandes aspirations. On n’est pas juste des humains, on est des enfants de Dieu. Et Dieu veut réaliser avec nous des choses très grandes. Ce qu’on vit présentement, c’est le décollage vers l’infini car notre vie ne s’arrête pas avec la mort. Tout ce que l’on vit présentement, c’est cela qui va nous amener beaucoup plus loin.

Demandons à Dieu de ne pas nous contenter du minimum

Est-ce que je crois vraiment que la suite de ma vie pourrait devenir la plus belle partie de ma vie que Dieu veut bâtir avec moi? Nous autres on a la tendance à dire : non, non, non. J’ai moins d’énergie que j’en avais. Mais cette plus belle partie de la vie ne viendra pas de nous mais de Lui (Dieu). Est-ce que mon cœur est ouvert à cette possibilité-là qui arrive quelque chose de beau et de grand? Ou est-ce que pour le restant de ma vie, je vais me contenter d’une vie tranquille et terre à terre? Ah, je vais vivre! Mais je ne réaliserai jamais les rêves que Dieu a déposés dans mon cœur. Alors en cette fête de l’Ascension, demandez à Dieu cette grâce de ne pas nous contenter du minimum, d’avoir la grâce de chercher à nous élever et à nous dépasser. Oui c’est exigeant. Mais ça fait que la vie est tellement plus belle.

Je vais maintenant faire une petite prière en notre nom : Seigneur Jésus, je voudrais te dire merci parce que comme on le disait dans l’évangile : je crois profondément que tu travailles avec nous. Je crois profondément que tu veux te servir de la suite de ma vie pour réaliser des choses auxquelles je n’avais pas pensé encore depuis toutes ces années. Je te dis merci pour ces beaux désirs que tu mets dans nos cœurs. Merci surtout de mettre l’énergie de réaliser ces rêves que tu as prévus pour nous. Amen. Et comme question dans le moment de silence qui suit : Est-ce que cela se peut que la suite de ma vie devienne la plus belle partie que Dieu attendait de ma vie?

SOURCE : CHAÎNE YOUTUBE DE JEAN-CLAUDE HURIAUX

Imprimer

Soyez le premier à commenter