Comment évangéliser aujourd’hui?

Résumé : Comment évangéliser aujourd’hui? Par le témoignage de notre vie en paroles et en actions dans la charité et le service gratuit.

Comment évangéliser aujourd’hui? Pour évangéliser, il faut sortir de notre zone de confort

Comment évangéliser aujourd’hui? Est-ce que cela t’est déjà arrivé de te trouver dans un ascenseur, seul avec une autre personne que tu ne connais pas? Il y a comme un malaise du fait qu’aucun des deux s’adresse la parole. Cela fait que l’on regarde le témoin lumineux qui indique à quel étage l’ascenseur est en train de passer. C’est dur de parler à un étranger. Peut-être que l’on tous intégrer la petite consigne de nos parents : « on ne parle pas aux étrangers »! Pourtant dans mon expérience, j’ai rapidement découvert que la grosse majorité des gens aiment cela être salués, qu’on leur adresse la parole, qu’on s’intéresse à eux. Mais la grosse question c’est celle-ci : « Mais qui va casser la glace? » C’est moi ou c’est l’autre? En réalité, adresser la parole à un inconnu, c’est automatiquement quitter sa zone de confort. C’est comme si on avait autour du cœur un périmètre de sécurité. Tu sais la bande jaune que la police installe autour d’une scène d’accident. Et bien cela, on tous cela autour du cœur. À l’intérieur, c’est le confort : les gens que j’aime, mes émissions de télé, ma musique, mon nutella, mon bain d’eau chaude avec l’huile essentielle. Mais l’extérieur, c’est l’inconnu. Pis … j’ai peur! Le pire dans tout cela, c’est que Jésus ressuscité se tient toujours à l’extérieur de mon périmètre de sécurité. Mais il m’invite à le suivre. La preuve, c’est quand il dit : « Si vous aimez seulement ceux qui vous aiment, qu’est-ce que vous faites d’extraordinaire? Même les païens aiment ceux qui les aiment. » C’est ainsi que Jésus nous appelle à aimer nos ennemis et à faire du bien à ceux qui nous persécutent. Mais je me pose la question, comment éventuellement aimer nos ennemis si on n’est pas capable d’adresser la parole à un étranger? Car il l’a dit : « J’étais un étranger et vous m’avez accueilli. Ou vous ne m’avez pas accueilli. » Pourquoi est-ce que je parle de cela? Ah oui, parce qu’en fait, le plus grand obstacle de l’évangélisation, c’est la peur d’être rejeté. Qui n’a jamais osé inviter un ami, un groupe chrétien à l’église ou à une activité simplement par peur de ce qu’on va penser de lui? Ah moi …  Pourtant, quand Jésus envoie ses 72 disciples en mission (Luc 10). Il leur dit : « Allez, je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups ». Pas rassurant! Bien, j’ai un ami qui un jour m’a dit : les loups dans l’évangile, c’est peut-être parce qu’ils ont une faim de loup. Ils peuvent nous surprendre non pas par leur méchanceté mais par leur faim. Pis évangéliser, c’est finalement toucher la faim profonde qu’il y a dans le cœur de tout être humain. Et se faire brebis, c’est-à-dire, être soi-même sans artifices, cela peut nous permettre d’être vraiment étonné de la faim et de la soif de Dieu qui peut y avoir dans le cœur des gens qui nous entoure.

Comment évangéliser aujourd’hui? Le Québec est une terre de mission

Avant, on pensait ceci : les missionnaires, ce sont les religieuses, les prêtres qui partent en Asie, en Afrique pour parler de l’Évangile à des peuples qui en n’ont jamais entendu parler. Mais maintenant, ceux qui ne connaissent pas l’Évangile c’est ceux qui sont ici maintenant, autour de nous. En réalité, cette parole de Jésus n’a jamais changé et elle nous concerne tous et c’est celle-ci : « Allez, de toutes les nations, faites des disciples, baptisez-les au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé ». Jésus nous demande à toi et à moi de faire des disciples. Et le Pape François va plus loin en disant qu’en vertu de notre baptême, chaque membre du Peuple de Dieu (cela c’est toi et c’est moi) est devenu disciple-missionnaire. Mais veux-tu bien me dire comment on va s’y prendre?

Comment évangéliser aujourd’hui? Évangéliser à travers nos rencontres quotidiennes

Pourtant, il y a une grande joie à évangéliser. Il y a une grande joie à parler de Jésus à quelqu’un. Tu sais, je vais te faire une confidence : évangéliser n’a jamais été pour moi un plan que je me faisais le matin où je me disais : « bien là aujourd’hui, je m’en vais au centre d’achat et je vais parler de Jésus à la caissière du Walmart ». Non jamais! C’est le plus souvent au gré des rencontres que je faisais au quotidien, sans m’y attendre, que l’occasion naît d’elle-même. C’est-à-dire qu’une personne me pose des questions sur ma foi et que je ne m’y attends pas du tout. Et c’est là que je m’aperçois que vraiment que la mission n’est pas mon œuvre mais l’œuvre de l’Esprit Saint à travers moi, à travers mes actes et mes paroles. Pas seulement mes actes, mais aussi mes paroles. Cela prend les deux.

Comment évangéliser aujourd’hui? Évangéliser ce n’est pas faire du prosélytisme

Une chose est certaine : être disciple-missionnaire, c’est renoncer à tout jamais à vouloir changer l’autre par mes propres forces. Écoute, le monde est rempli de publicités qui veulent nous vendre un paquet d’affaires, mille et un messages pour mille et un produits. Alors, les personnes non croyantes qui entendent parler d’évangélisation, est-ce que cela se peut que ça résonne pour eux comme une nouvelle publicité? Ok, c’est quoi que tu veux me vendre? Combien tu veux? En fait, non! L’Évangile n’est pas une publicité. Parce que contrairement à une entreprise commerciale, la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ est dépouillée de tout intérêt. Annoncer l’Évangile est un acte gratuit. « Vous avez reçu gratuitement, dit Jésus, donnez gratuitement ». Parler de Jésus, c’est rechercher le bien de la personne qui est devant moi. C’est un acte tellement gratuit que je ne cherche rien en retour. Et la pire erreur qu’on pourrait faire, c’est de faire sentir à l’autre : tu ne seras pas buvable tant que tu ne seras pas chrétien! Tant que tu ne feras pas partie de notre gang. Faire sentir à l’autre qu’il est un projet qui n’est pas aimé pour lui-même, et bien ce n’est pas cela l’évangélisation. Cela c’est du prosélytisme. Ça veut dire que le bien le plus recherché, ce n’est pas de faire connaître et aimer Jésus. C’est de faire du gars qui est là, un membre de notre gang à tout prix. En fait, ce n’est pas gratuit, c’est foncièrement intéressé et cela pu à des kilomètres à la ronde.

Comment évangéliser aujourd’hui? Comment aimerais-tu qu’on t’évangélise?

Pour évangéliser, poses-toi juste la question bien simple : comment aimerais-tu qu’on agisse envers toi? Si tu agis envers moi en cherchant à me convaincre à quel point j’ai tort, à quel point je suis dans l’erreur, à quel point je suis voué à l’enfer, si je ne crois pas exactement à ce que tu crois, mais cela va me rebuter plus que d’autre chose. Mais si tu agis envers moi en m’aidant personnellement, en me rendant service, en me montrant que tu tiens à moi, que tu me parles de Jésus en me racontant ce qu’il a fait pour toi, de son amour patient, de son immense miséricorde pour toi. Que je peux le rencontrer dans le fond de mon cœur parce qu’il m’aime. Bien il y a bien des chances que je sois attiré à le connaître davantage. En voyant ce qu’il a fait dans ta vie et à quel point tu es devenu une belle personne grâce à Lui, et bien j’aurais peut-être le goût de le rencontrer moi aussi.

Comment évangéliser aujourd’hui? Évangéliser par une charité gratuite

Évangéliser, ce n’est pas juste des paroles, ce n’est pas juste des actions, c’est les deux. Autrement dit, c’est le témoignage de notre vie renouvelée par le Christ. Par une charité gratuite d’abord, une vie de service désintéressé. Et si cette vie pose question, si elle interpelle les autres, si on t’interroge pourquoi tu es de même, alors comme dit saint Pierre : « tu seras invité à rendre compte de ton espérance ». Et quelle est cette espérance que Jésus nous donne? Et bien je t’assure que ce n’est pas rien, que ça peut vraiment parler au cœur des gens d’aujourd’hui. Cette espérance, c’est la Vie Éternelle que nous avons reçu à notre baptême. Et qui ne voudrait pas vivre éternellement? Alors penses-y bien : la conversation banale dans l’ascenseur peut peut-être se transformer sans que tu ne le veuilles en occasion de témoigner. Alors, qui va briser la glace?

SOURCE : ECDQ.TV

Imprimer

Soyez le premier à commenter