Comment l’Eucharistie nous transforme ?

Homélie de la Solennité du Sacrement du Corps et du Sang du Christ

l’Eucharistie
l’Eucharistie nous fait devenir disciples-missionnaires

En ce jour de la Solennité du Sacrement du Corps et du Sang du Christ, nous voudrions approfondir notre compréhension de ce grand mystère de notre foi en cherchant à mieux comprendre comment la sainte Eucharistie nous transforme et nous fait devenir des disciples-missionnaires ?

Faim et soif

Or, la première condition afin que l’Eucharistie puisse vraiment nous transformer en profondeur, nous la trouvons dans la première lecture de ce jour : « Moïse disait au peuple d’Israël : « Souviens-toi de la longue marche que tu as faite pendant quarante années dans le désert ; le Seigneur ton Dieu te l’a imposée pour te faire passer par la pauvreté ; il voulait t’éprouver et savoir ce que tu as dans le cœur : allais-tu garder ses commandements, oui ou non ? Il t’a fait passer par la pauvreté, il t’a fait sentir la faim, et il t’a donné à manger la manne – cette nourriture que ni toi ni tes pères n’aviez connue – pour que tu saches que l’homme ne vit pas seulement de pain, mais de tout ce qui vient de la bouche du Seigneur. » (Dt. 8,2-3)

Ainsi, la première condition afin que l’Eucharistie puisse nous transformer en disciples-missionnaires est que nous devons tout d’abord avoir faim et soif du Sacrement du Corps et du Sang du Christ. En effet, comme le Seigneur a conduit son Peuple au désert afin de lui faire sentir sa pauvreté profonde de telle manière que chacun d’eux puisse avoir le cœur ouvert pour désirer ardemment et recevoir avec gratitude le Don de Dieu (la manne). De la même manière, le Seigneur Jésus veut creuser en nous notre désir du Pain de Vie afin que celui-ci puisse porter en nous tous ses fruits de grâces. En fait, il arrive souvent que nous tombions dans l’illusion que nous pouvons réaliser notre vocation à aimer comme le Seigneur nous aime sans l’aide et le soutien de sa grâce et des moyens par lesquels il désire nous les procurer. Alors, plus nous serons conscients que nous ne pouvons rien faire sans l’aide du Seigneur, plus nous mettrons notre confiance en Lui et plus nous désirerons le Pain de Vie, plus alors nous pourrons répondre à son appel et devenir de véritables disciples-missionnaires du Christ.

Revêtir le Christ

Alors, que se passe-t-il quand nous recevons l’Eucharistie ? En d’autres mots, comment l’Eucharistie transforme-t-elle notre vie en profondeur ? Lorsque le prêtre offre le pain et le vin au Père Céleste à l’autel pour notre salut, nous sommes tous invités à déposer notre vie sur la patène et dans la coupe. Ainsi, nous avons la possibilité d’offrir toutes nos pensées, nos paroles et nos actions au Seigneur en les unissant au Sacrifice d’Amour du Christ à la messe afin que toute notre vie puisse être transformée et devenir un signe de la Présence et de l’Amour du Christ pour nos frères et sœurs. C’est à cette condition que nous pourrons devenir des instruments dans les mains du Seigneur comme ses disciples-missionnaires.

En fait, grâce à l’Eucharistie, nous devenons peu à peu un autre Christ. En effet, lorsque nous mangeons le Corps du Christ, nous devenons ce que nous mangeons : Jésus Christ. Bien entendu, cette transformation ne s’opère pas de manière simultanée. Souvent, j’utilise la comparaison de la transformation de l’eau dans un verre quand on y ajoute du vin gouttes à gouttes. Ainsi, peu à peu l’eau prend la couleur et le goût du vin jusqu’à ce que l’eau devienne du vin proprement dit.

Demeurer en Lui

« En effet, ma chair est la vraie nourriture, et mon sang est la vraie boisson. Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi, je demeure en lui. » Si le Christ demeure en nous et que nous demeurons en Lui alors nous trouverons toujours en Lui le soutien, l’aide et le réconfort nécessaires dans toutes nos épreuves. Jésus est notre meilleur ami et il sera toujours présent avec nous et en nous pour nous former à son image et à sa ressemblance de manière que nous puissions acquérir les mêmes jugements, les mêmes pensées, les mêmes manières de parler et d’agir que notre Maître bien-aimé.

Une espérance fortifiée

Un autre effet de l’eucharistie fait en sorte que le disciple-missionnaire en vient à trouver sa raison de vivre uniquement dans sa relation de foi et d’amour avec Jésus Christ. C’est la raison pour laquelle Jésus dit : « De même que le Père, qui est vivant, m’a envoyé, et que moi je vis par le Père, de même celui qui me mange, lui aussi vivra par moi. »

Enfin, pour devenir des disciples-missionnaires, il est nécessaire d’être des hommes nouveaux qui vivent dans ce monde tout en n’appartenant pas à ce monde. Car le disciple-missionnaire possède une espérance ancrée dans la vie éternelle. Voilà pourquoi Jésus nous dit dans l’évangile : « Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour. » L’eucharistie fortifie et approfondit l’espérance et fait en sorte que le disciple-missionnaire est un homme qui vit continuellement dans l’espérance comme une réalité actuelle. Ainsi, il est important de noter que Jésus ne dit pas : « celui qui mange ma chair ‘aura’ la vie éternelle. » Mais il dit bien : « il a la vie éternelle ». Car l’eucharistie nous permet déjà de vivre dès maintenant dans l’espérance de la joie et de la résurrection du Christ et d’en témoigner à tous ceux que nous rencontrons.

Questions pour le partage en petit groupe :

  • Après la lecture de ce texte, qu’est-ce qui monte dans mon cœur ?
  • Comment selon moi, l’eucharistie me forme-t-elle pour devenir un disciple-missionnaire ?

 

Imprimer
Gérald Lajeunesse
A propos Gérald Lajeunesse 74 Articles

Le père Gérald Lajeunesse est prêtre et membre de la Congrégation des Oblats de la Vierge Marie (omv). Il est curé de la Mission italienne San Domenico Savio, à Montréal.

Soyez le premier à commenter