Jésus nous demande-t-il d’être des cannibales?

Source image: Clip: "Aimez-vous les uns les autres"

Résumé: Jésus nous demande-t-il d’être des cannibales quand il nous dit: « Si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n’avez pas la vie en vous. »? Certes non. Il nous invite plutôt à une foi profonde qui a faim et soif du « Pain de la Vie Éternelle ».

« Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel : si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement. Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour la vie du monde. » « Amen, amen, je vous le dis : si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n’avez pas la vie en vous. »

Paroles extraordinaires et scandaleuses de Jésus

Ces paroles de Jésus sont à la fois mystérieuses, extraordinaires et scandaleuses. Elles sont tout d’abord mystérieuses car Jésus veut nous parler du « Pain de Vie » qui est une réalité proprement divine. Ses paroles sont aussi extraordinaires car elles signifient que Jésus est Celui qui est descendu du Ciel pour nous donner la Vie Éternelle. En fait, Jésus est le seul qui puisse combler notre cœur d’amour, de paix, de joie et de bonheur véritable. Cependant, il est nécessaire de croire que Jésus est vraiment le « Pain Vivant », c’est-à-dire croire qu’il est le seul qui puisse nourrir notre désir de Vie Éternelle jusqu’à ce que nous devenions ce que nous mangeons : des fils de Dieu à l’image de Jésus.

Pour une foi qui a faim du « Pain de Vie »

Mais notre foi ne doit pas être seulement un « croire avec la tête seulement ». En d’autres mots, notre foi ne doit pas être simplement une idée vague qui nous passe à l’esprit et qui ensuite s’en va aussi vite qu’elle est venue. Pour beaucoup, la foi est une chose superficielle qui n’a pas vraiment d’importance. Un peu comme la mode saisonnière et qui disparaît aussitôt que paraît la nouvelle saison. Ainsi, la foi doit être comme la faim et la soif physiques qui sont des besoins fondamentaux de tout être vivant. La foi doit ainsi devenir comme un faim ou une soif profonde qui nous prend au plus profond de nous-mêmes. La faim et la soif sont des cris de notre corps qui manifestent l’importance extrême de la nourriture et de l’eau pour notre vie. Car sans nourriture et l’eau, notre corps n’aurait aucune énergie pour vivre et finirait par mourir.

Comment obtenir une foi qui a faim du « Pain de Vie »?

Alors, on peut se demander : comment pouvons-nous transformer notre foi spirituelle afin qu’elle devienne une véritable faim et soif qui puissent nous prendre au plus profond de nous-mêmes? Nous en avons une indication dans le refrain du Psaume de la messe : « Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur ». Notre foi en Jésus deviendra une véritable faim et soif à la condition que nous fassions une expérience spirituelle de la réalité et du goût exquis de la Bonté et de l’Amour de Dieu. Jésus nous enseigne que grâce à sa présence réelle dans l’Eucharistie, nous pouvons faire une vraie expérience de l’Amour et de la Bonté de Dieu. Alors, Dieu ne sera plus seulement une belle idée spirituelle mais il sera plutôt Quelqu’un de vivant et de réel que nous avons rencontré personnellement.

Jésus nous invite-t-il à être des cannibales?

D’autre part, la Parole de Jésus aujourd’hui est particulièrement scandaleuse car il semble que Jésus nous demande de manger sa chair et de boire son sang comme le ferait les cannibales. « Amen, amen, je vous le dis : si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n’avez pas la vie en vous. » Et pour rendre encore plus réaliste ses paroles, Jésus va les répéter à trois reprises. Alors, comment expliquer cela? Certes, Jésus ne nous invite pas à devenir des cannibales. En fait, si Jésus emploie ces mots : « manger sa chair et boire son sang », c’est parce qu’il veut nous enseigner que le « Pain de Vie » qu’il nous donne dans l’eucharistie n’est pas une idée spirituelle évanescente ou simplement un symbole abstrait. Au contraire, le « Pain de Vie » est une réalité réelle, concrète et vivante. Ainsi, nous ne devons pas recevoir passivement le « Pain de Vie ». Nous devons plutôt le « manger et le boire » comme une nourriture et un breuvage salutaires qui nous maintient en vie.

Le réalisme de l’Amour de Jésus nous invite au même réalisme de l’Amour

Jésus a donné sa vie sur la Croix d’une manière bien réelle : il a répandu son sang et sa chair a été transpercée et lacérée afin que nous soyons assurés de son Amour infini et que nous recevions sa Vie Divine. Ainsi, nous aussi nous nous devons de « manger sa chair et boire son sang » pour être disposés à donner concrètement notre vie pour Lui et pour nos frères. Pas seulement avec des belles paroles ou de pieux sentiments mais par des actions concrètes de Pardon, de Bonté et d’Amour.

Pour un approfondissement de la foi

Demandons donc au Seigneur de croire plus profondément en la présence « réelle » de Jésus dans le « Pain de Vie » qu’est l’Eucharistie. Alors nous pourrons être transformés plus profondément dans notre communion au Corps et au Sang du Christ à la messe.

Imprimer
Gérald Lajeunesse
A propos Gérald Lajeunesse 243 Articles
Le père Gérald Lajeunesse est prêtre et membre de la Congrégation des Oblats de la Vierge Marie (omv). Il est curé de la Mission italienne San Domenico Savio, à Montréal.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire