Aimer en invitant

jesus demande l'invitation quand elle ne vient pas

Demeurez en moi, comme je demeure en vous
Demeurez en moi,  vous tous que j’ai choisis

Au chapitre un de l’Évangile de Saint Jean, on lit ceci : « Le lendemain Jean Baptiste se trouvait là avec deux de ses disciples.  Posant son regard sur Jésus qui allait et venait, il dit : « Voici l’Agneau de Dieu ».  Les deux disciples entendirent ce qu’il disait et ils suivirent Jésus.  Se retournant Jésus vit qu’ils le suivaient, et il leur dit : « Que cherchez-vous ? » Ils lui répondirent : « Rabbi où demeures-tu ? »  Il leur dit : « Venez et vous verrez ». Ils allèrent avec lui et ils demeurèrent auprès de lui, ce jour-là » (Jn 1, 35-39).  Et plus loin, dans l’Évangile, au chapitre 19 de l’Évangile de Saint Luc, il y a cette belle rencontre de Jésus avec Zachée.  On lit ceci : « Entré dans la ville de Jéricho, Jésus la traversait.  Or, il y avait un homme du nom de Zachée.  Il était le chef des collecteurs d’impôts, et c’était quelqu’un de riche.  Il cherchait à voir Jésus.  Il courut donc en avant et grimpa sur un sycomore pour voir Jésus qui allait passer par là.  Arrivé à cet endroit, Jésus leva les yeux et il lui dit : «Zachée, descends vite; aujourd’hui il faut que j’aille demeurer dans ta maison ».  Vite il descendit et reçut Jésus avec joie» (Lc 19, 1-6).  Et ce sera bien sûr la conversion de Zachée.

Ces deux passages d’Évangile nous aident à réfléchir sur deux aspects de cette cinquième manière d’aimer les gens de notre Oïkos, qui est exprimée dans notre processus d’évangélisation par le mot invitation.  Vous avez vu que, dans les deux passages d’Évangile, il y a deux formes d’invitations.  Il y a Jésus qui invite les disciples à venir chez lui, et il y a Jésus qui s’invite à aller, lui, dans la maison de Zachée.  Ces deux aspects sont exprimés aussi dans le texte de Paul VI sur l’évangélisation où il dit ceci : «L’annonce [de l’Évangile] n’acquiert toute sa dimension que lorsqu’elle est entendue, accueillie, assimilée et lorsqu’elle fait surgir, dans celui qui l’a ainsi reçue, une adhésion du cœur.  Une telle adhésion, qui ne peut pas demeurer abstraite et désincarnée, se révèle concrètement par une entrée palpable, visible dans une communauté de fidèles » (EN #23).  Donc, il y a une adhésion du cœur, c’est-à-dire j’accueille Jésus dans mon cœur, et il y a cette adhésion qui conduit à une entrée dans la communauté des chrétiens.  Alors ce sont les deux aspects de l’invitation qu’on regarde brièvement ensemble.

Premier aspect

L’invitation, c’est bien sûr d’abord, dans sa forme la plus simple, une  invitation à venir à la cellule.  Il y a quelqu’un que j’évangélise, donc je lui ai partagé ma foi, je suis en train de répondre à ses questions, et vient un temps où on ne peut pas répondre indéfiniment à toutes les questions, alors vient un temps où on arrête de répondre aux questions et on dit : viens et tu verras.  On dit exactement comme Jésus a dit aux deux disciples : venez et vous verrez.  « Viens.  Viens ça t’intéresse, viens, on se rencontre tel jour, telle heure, à tel endroit, viens avec moi et tu vas voir. » Donc, invitation à venir rencontrer d’autres chrétiens et à partager avec eux une expérience de cellule d’évangélisation.  Alors, évidemment, si on fait une telle invitation, ça suppose que, comme cellule d’évangélisation, on est prêts à accueillir.  On va donner une grande, grande importance à la qualité de l’accueil d’une nouvelle personne qui vient chez-nous.  Alors inviter à venir.

Cette invitation peut prendre aussi d’autres formes.  Si on ne veut pas inviter tout de suite la personne à la cellule d’évangélisation, parce que c’est quand même une expérience très intime et très intense, on peut l’inviter à un autre endroit où la personne pourra rencontrer des chrétiens d’une manière un petit peu plus large.  C’est le sens, par exemple, de la Maison de la Foi, c’est le but de la Maison de la Foi. On se rencontre autour d’un café, une rencontre un petit peu informelle, on jase ensemble et la personne peut comme cela rencontrer des chrétiens, rencontrer des membres de la Cellule d’Évangélisation, sans que ce soit trop formel.  On pourrait l’inviter aussi à une rencontre plus large.  C’est important que comme chrétiens, on organise des activités fraternelles, et là on peut inviter des gens, à venir à une rencontre fraternelle, on peut décider d’aller jouer aux quilles ensemble, aller au cinéma, ou…, peu importe, une rencontre fraternelle, une sortie, on va marcher à l’extérieur, bon.  Et on permet à la personne de rencontrer d’autres chrétiens, d’autres membres de la cellule d’évangélisation, dans un contexte plus large.  L’invitation peut aussi être une invitation à venir à l’église.  Souvent les personnes se sont éloignées un petit peu de l’Église, et dans notre dialogue avec la personne, bien on peut sentir que la personne aimerait revenir à l’église. Alors, dans l’invitation, ce qui est important c’est que, on ne dira pas à la personne « vas à l’église », mais on va lui dire « viens », viens avec moi, je vais aller avec toi, je t’accompagne, nous allons y aller ensemble, viens dimanche on va aller à la messe ensemble, et là on l’accompagne et comme ça on peut répondre à ses questions.  Ou encore ça peut être aussi une invitation à venir à l’Adoration Eucharistique. C’est impressionnant de voir comment beaucoup de gens sont rejoints dans le silence de l’Adoration Eucharistique ou encore dans un temps d’Adoration Eucharistique ani­mée. Alors, c’est à nous de voir qu’est-ce qui est bon pour la personne  L’invitation, ça peut être aussi une invitation à une expérience plus intense, si on sent que la personne est prête, on peut l’inviter à venir vivre une retraite, quelques jours de retraite, ou encore une session de l’École d’Évangélisation Saint-André, par exemple.  Donc invitation à venir pour joindre la communauté chrétienne, de la même manière que Jésus dit à Jean et André : «Venez et vous verrez».

Deuxième aspect

L’invitation a aussi un deuxième volet, c’est Jésus qui s’invite chez Zachée.  Jésus veut venir habiter chez nous, c’est-à-dire habiter notre cœur, habiter notre vie, ce que ce Paul VI appelle « l’adhésion du cœur« .  Alors, à ce moment-là, l’invitation va prendre une autre forme qui va être inviter la personne à accueillir Jésus dans sa vie.  La forme la plus commune, c’est inviter la personne à prier.  Je vais prier pour toi, mais toi aussi prie, demande au Seigneur qu’il t’aide. Donc une invitation à prier. Ce qui peut être encore mieux, c’est de prendre le temps de prier avec la personne, tout de suite, immédiatement, on va prier ensemble.  Et là, avec la personne, je me recueille et j’exprime une prière à haute voix, demandant à Jésus de venir habiter le cœur de la personne.  On peut prolonger cette expérience par la bénédiction.  Moi j’aime beaucoup la bénédiction, j’en ai parlé souvent avec vous autres.  Quand c’est possible, on prend le temps de bénir à haute voix, la personne.  On peut le faire aussi en silence, remarquez bien.  Je bénis la personne à haute voix, on peut reprendre tout l’enseignement que j’avais donné sur la bénédiction ascendante et descendante.  Le but dans la bénédiction, c’est de permettre à la personne de faire une expérience, une expérience du salut, de sentir la présence de Jésus.  Souvent, dans sa grande bonté, le Seigneur à travers une bénédiction, à travers une prière que l’on fait comme ça à haute voix, va permettre à la personne de sentir sa présence, à travers une chaleur, une chaleur intérieure, à travers une paix.  C’est pas obligatoire, il n’y aura pas toujours ça, mais souvent, le Seigneur dans sa bonté va donner un signe comme ça.  Donc deuxième volet, l’invitation: inviter la personne à accueillir Jésus dans sa vie, et on peut le faire avec elle.  On prie avec elle, demandant à Jésus de venir.

Alors, je vous invite à mettre cela en pratique, à oser inviter des personnes, les inviter à venir à la communauté, les inviter à accueillir Jésus dans leur vie.  Et moi, je vous bénis au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit.  Amen !

Si vous demeurez fidèles en mon amour, 
Je me manifesterai à vous
  ♫

 

Pour approfondir l’enseignement

  • À la suite de cet enseignement, qu’est-ce qui monte dans mon cœur ?
  • Comment l’invitation contribue-t-elle à l’évangélisation ?
  • Quand ai-je eu l’occasion de faire des « invitations » aux gens de mon Oïkos ?

Pour aller plus loin cette semaine

  • Je relis les deux passages d’Évangile (Jn 1, 35-39 et Lc 19, 1-10) et intérieurement j’accueille Jésus chez moi (comme Zachée) et je me rends dans la demeure de Jésus (comme Jean et André).
  • J’invite des personnes de mon Oïkos…
Imprimer
Nicolas Tremblay
A propos Nicolas Tremblay 17 Articles
Nicolas Tremblay est prêtre dans le diocèse de Joliette.

1 Rétrolien / Ping

  1. Introduction aux Cellules Paroissiales d'Evangélisation - Évangéliser.net