« Vous êtes le sel de la terre, la lumière du monde »

Homélie du 5e Dimanche Ordinaire A : Matthieu 5, 13-16

vie éternelle

Résumé : « Vous êtes le sel de la terre, la lumière du monde » Le chrétien est celui qui doit aider les autres à avoir le goût de l’Amour et à trouver le sens de la vie humaine.

 « Vous êtes le sel de la terre, la lumière du monde » : Que signifient ces paroles du Christ ?

Qu’est-ce que Jésus a l’intention de nous dire par ces paroles ? Le sel, comme tout le monde le sait, donne du goût ou de la saveur aux aliments. Par exemple, si vous mangez des pommes de terre sans sel, vous ne les aimerez pas du tout. Or, nous pouvons voir une application concrète de cette observation dans la réalité de notre monde. Car vous savez que depuis plusieurs années, partout dans le monde et particulièrement au Québec, beaucoup de gens se suicident. Par curiosité, j’ai regardé sur Internet les statistiques québécoises sur le suicide. Ainsi, officiellement, il y a 3 suicides par jour au Québec, soit 1 200 suicides par année. C’est beaucoup pour une petite population comme la nôtre. Alors pourquoi les gens se suicident spécialement dans notre beau pays ? La réponse est assez simple : c’est parce que ces gens ont perdu le goût de vivre. C’est aussi probablement parce qu’il n’y a plus de sel dans leur vie ? Alors, qu’est-ce que c’est que le « sel de la vie » ? Pour Jésus, le sel de la vie est ce qui donne le goût de Dieu. Mais quel goût Dieu a-t-il ?  Dieu a le goût de l’Amour parce que Dieu est Amour. Un Amour qui se fait bonté, tendresse, fidélité, miséricorde, vérité. Cette semaine, j’ai rencontré un homme qui avait du mal à payer son loyer et son propriétaire ne lui a donné aucune chance : il devait tout payer d’un coup ou sinon, il devait déménager. Vous comprendrez alors que cet homme était très triste et désespéré. Il n’avait plus le goût de vivre parce qu’il ne voyait plus d’espoir de résoudre ses nombreux problèmes financiers. 

« Vous êtes le sel de la terre, la lumière du monde » : Comme chrétiens, donnons-nous le goût de Dieu et de son Amour aux autres ?

Alors, quand Jésus dit que nous sommes le « sel de la terre », nous pouvons nous demander :  pouvons-nous, en tant que chrétiens, dire que nos paroles et nos actions donnent le goût de Dieu et de l’Amour de Dieu aux autres ? En nous entendant parler et en nous voyant agir, les autres autour de nous peuvent-ils ressentir, voir ou goûter à la bonté, à la tendresse et à la miséricorde de Dieu ?

« Vous êtes le sel de la terre, la lumière du monde » : Le sel servait autrefois de catalyseur inflammable

Dans l’Évangile, Jésus poursuit son discours en disant : « Mais si le sel perd son goût, avec quoi le rendra-t-on salé ? Il ne sert à rien d’autre qu’à être jeté et piétiné par les gens. »  À l’époque de Jésus, pour chauffer le four et cuire le pain on utilisait le sel (qui était abondant dans la mer Morte) et on le mélangeait avec les excréments des animaux. Ainsi, le sel agissait comme un catalyseur qui permettait à l’ensemble de brûler efficacement. Mais après un certain temps, le sel perdait sa propriété inflammable et il n’était plus d’aucune utilité.

« Vous êtes le sel de la terre, la lumière du monde » : prenons-nous du temps pour raviver le feu de l’Amour de Dieu en nous ?

Or, pour nous, du point de vue spirituel, nous devons nous renouveler de temps en temps afin de ne pas perdre notre caractéristique d’être le « sel de la terre » afin que notre vie puisse redonner le goût de Dieu (le goût du vrai Amour) à ceux et celles qui l’ont perdu. C’est pourquoi il est important de temps en temps de prendre du temps chaque jour pour prier ou pour écouter la Parole de Dieu ou pour lire un livre spirituel et ainsi, raviver le feu de l’Amour de l’Esprit en nous.

« Vous êtes le sel de la terre, la lumière du monde » : Réfléchissons-nous la Lumière du Christ afin de montrer le chemin du vrai bonheur ?

« Vous êtes la lumière du monde. » La lumière naturellement nous permet de voir et de reconnaître les choses et les gens qui nous entourent. Sans la lumière, nous sommes comme des aveugles. En fait, la lumière ne brille pas pour elle-même. Il brille pour que les gens puissent avancer sur leur chemin.  Or, nous serons « lumière du monde » qu’à la condition que nous réfléchissions la seule vraie Lumière qui est Jésus lui-même. Ainsi, le rôle du chrétien est de faire apparaître Jésus qui est la vraie Lumière qui puisse nous montrer qui nous sommes et quel est le chemin qui nous mènera au vrai bonheur.  

« Vous êtes le sel de la terre, la lumière du monde » : Pour être un vrai disciple du Christ, il faut être prêt à témoigner de notre foi par une charité concrète

« Alors que brille votre lumière devant les hommes, afin qu’ils puissent voir vos bonnes œuvres et rendre gloire à votre Père qui est au ciel. » Jésus nous dit ici que nous ne sommes pas chrétiens pour nous-mêmes. C’est-à-dire qu’un chrétien qui ne témoigne pas de sa foi et de son amour pour le Christ aux autres, n’est pas un vrai disciple.  Bien sûr, nous ne devons pas faire de bonnes actions afin d’être vus par les autres et ainsi recevoir leurs louanges. Au contraire, si nous témoignons de notre foi et de notre amour pour le Christ, c’est afin que Jésus soit mieux connu et aimé. Concrètement, être lumière signifie que nous sommes appelés par le Seigneur Jésus à partager ce que nous avons avec ceux qui ont moins que nous. Bien sûr, nous pouvons avoir bien des excuses qui nous empêchent de ne pas donner aux pauvres : « j’ai trop peu d’argent », « qu’est-ce que mon modeste don pourra changer face aux immenses besoins qu’il y a dans le monde ? »  Mère Teresa de Calcutta aurait pu se dire la même chose, mais elle a décidé de donner sa petite goutte d’eau afin que le monde puisse découvrir la mer de misère humaine qui existait autour d’elle. Ainsi, si Mère Teresa de Calcutta n’avait pas décidé de donner sa petite goutte d’eau aux pauvres qui était autour d’elle, alors notre monde aurait perdu une grande vague de charité et de solidarité.

Prions donc pour que chacun de nous prenne au sérieux l’invitation du Seigneur Jésus à être en vérité « le sel de la terre et la lumière du monde. » Alors, notre monde aura meilleur goût car il y aura plus de joie et de paix. Ainsi, la culture de la mort qui semble régner aujourd’hui dans notre société pourra être vaincue par la culture de la Vie qui vient du Seigneur Jésus.  

Imprimer
Gérald Lajeunesse
A propos Gérald Lajeunesse 291 Articles
Le père Gérald Lajeunesse est prêtre et membre de la Congrégation des Oblats de la Vierge Marie (omv). Il est curé de la paroisse St Enfant-Jésus de la Pointe-aux-Tremble, à Montréal.

Soyez le premier à commenter