Une préparation au mariage qui change leur vie

Résumé : Une préparation au mariage qui change leur vie. Un jeune couple témoigne de l’Amour de Dieu dans lequel ils ont été plongés lors d’une retraite en préparation de leur mariage.

Une préparation au mariage qui change leur vie : Pierre-Étienne et Aimée-Rose, vous avez redécouvert votre foi à travers votre préparation au mariage. Qu’est-ce qui s’est passé?

Une préparation au mariage qui change leur vie : une retraite d’Agapè thérapie

Pierre-Étienne Bleau : En fait, on avait un « petit appel » si on peut dire, à savoir quelle est la vraie signification du mariage parce que nos familles (surtout la mienne) avaient la foi mais la famille de Aimée-Rose aussi. Mon père nous a proposé d’aller faire une retraite d’Agapè thérapie. Nous ne savions pas trop ce que cela signifiait mais nous y sommes allés quand même un peu à reculons. Mais nous avons été reçus à bras ouverts et nous avons été plongés dans l’Amour de Dieu et sa Miséricorde. C’était une retraite de guérison depuis notre conception jusqu’à aujourd’hui. Cela a été la meilleure préparation qu’on aurait pu avoir. Tout ce que j’avais demandé au Seigneur dans cette préparation au mariage, il m’a répondu à tout. Entre autres, de faire plonger Aimée-Rose dans cet amour-là car je sentais qu’il y avait un petit écart entre elle et moi à ce niveau-là. Le Seigneur nous a fait plonger en couple dans son Amour. Cela nous a fait découvrir le sens profond du mariage. On a aussi découvert à quel point c’est un sacrement riche. Cela nous a changé totalement de mentalité concernant le mariage. Notre fixation a passé de la belle réception ou une belle robe à une belle messe pour notre mariage. Cela nous a refixé vers l’essentiel.

Une préparation au mariage qui change leur vie : nous avons la certitude que nous sommes « la lumière du monde »

Aimée-Rose Leclerc : C’est là aussi qu’on a reçu la vocation que le Seigneur avait pour nous. Il nous a donné la foi mais il ne nous a pas laissé partir comme ça en disant : allez-y de bon chemin. On est sorti de la retraite avec la certitude qu’il fallait qu’on soit « la lumière du monde ». Notre seul témoignage est que nous sommes un couple dans la foi et une famille. Notre mode de vie avec le Seigneur est le témoignage que le Seigneur veut qu’on donne aux autres. Cela nous a guidé depuis 6 ans.

Justement, le fruit de l’amour célébré dans le mariage, c’est la vie qui jaillit et cette vie s’apprête à jaillir dans quelques semaines. À travers cette maternité, vous avez vécu de belles grâces. Tu as pu, Aimée-Rose approfondir ta vie de foi et cette vie qui jaillit en toi.

Une préparation au mariage qui change leur vie : cela aide grandement à combattre la peur et les doutes

Aimée-Rose : Comme je le disais, depuis 6 ans, le Seigneur nous accompagne. Souvent, Pierre-Étienne me demandait : sommes-nous prêts maintenant à commencer la famille? Mais je vivais de grandes craintes et je n’étais pas prête. J’ai prié le Seigneur pour qu’il ouvre mon cœur à l’amour et il l’a fait. Alors, l’aventure a commencé. Et j’ai eu la chance et la grâce d’avoir un beau témoignage d’une maman qui disait que la maternité est un chemin de sainteté. Donc, ce qui veut dire un chemin d’épreuves mais aussi d’abandon. Le Seigneur m’a accompagnée quand j’étais dans la crainte et les doutes. J’avais presque toujours une réponse de sa part. J’avais peur du « lâcher prise » et nous avons eu un enseignement sur Marie qui m’a rappelé que dans son exemple, c’était l’accueil, le « oui » qu’elle avait donné au Seigneur constamment durant sa grossesse. Elle n’a pas donné un seul « oui » mais plusieurs « oui ». Par son exemple, j’ai pu être dans la paix plusieurs fois durant ma maternité. J’ai eu aussi un « Parcours de gratitude » qui m’a appris à être dans la gratitude même dans la souffrance car le Seigneur nous donne la force dans l’épreuve et non pas avant. Dernièrement, j’avais peur de ne pas être assez forte pour l’accouchement, pour ce qui allait venir. Le Seigneur m’a tout simplement répondu : « La force que tu vas avoir dépend jusqu’à quel point tu me fais confiance. C’est moi qui suis fort. Toi, tu es toute petite et c’est ma force à moi qui va te guider ». Ce sont des clins d’œil que j’ai eus du Seigneur durant ma maternité. Il a été très présent avec nous dans ce processus.

Toi, Pierre-Étienne, à travers ce processus de maternité, tu te prépares à devenir père. Est-ce qu’il y a des choses que tu as reçues ou vécues qui t’ont fait communier à la grossesse de ton épouse?

Pierre-Étienne : Juste de voir les « clins d’œil » qu’il faisait à Aimée-Rose tout au long de la grossesse, à partir du début, c’était déjà un beau témoignage. Cela devient de plus en plus concret pour moi aussi. Plus le bébé grandit, plus on se connecte au miracle de la vie qui vient du Seigneur. Il a rendu possible qu’on participe au mystère de la vie et à l’œuvre de sa Création. Je commence à être fébrile de voir mon fils et d’avoir l’amour pour lui.

Votre désir pour votre famille que vous m’avez partagé qui est de fonder une famille chrétienne attachée au Seigneur, quelle est justement votre vision d’avenir, l’horizon de votre grande mission?

Une préparation au mariage qui change leur vie : « nous voulons que nos enfants deviennent des saints »

Pierre-Étienne : Il y a le cliché bien connu qui dit que le fils doit devenir avocat ou médecin. Nous, nous voulons que nos enfants deviennent des saints et rien de moins. C’est la plus grande chose qu’on puisse donner à un enfant, c’est la foi. C’est de découvrir l’amour de Dieu qu’on a ressentit l’un pour l’autre et qu’on va avoir envers eux. De leur faire goûter cet amour-là qui vient de Dieu. Et de leur faire découvrir leur vocation et leur chemin de sainteté. De leur donner un exemple et d’être lumière pour eux.

Devenir saint. Qu’est-ce que cela veut dire pour vous : devenir saint?

Aimée-Rose : En fait, être saint, ce n’est pas comme on pense : être parfait. Devenir saint, c’est vouloir dans ta vie suivre les chemins de Jésus pour aller vers Dieu et être le plus près possible de Dieu et de l’Amour véritable. De savoir que c’est cela notre projet, cela nous rappelle qu’on n’est pas tout seul dans ce projet-là. Notre enfant est d’abord l’enfant de Dieu. Il sera toujours accompagné sur ce chemin-là afin d’être avec le Seigneur.

Le Seigneur pallie à nos erreurs de parents.

Aimée-Rose : Justement, cela nous enlève un gros poids. Cela nous donne des grâces pour nous-mêmes d’avoir cette confiance-là envers le Seigneur.

SOURCE : WEB TÉLÉ ECDQ

Imprimer

Soyez le premier à commenter