Sommes-nous des prophètes pour nos frères et sœurs?

Homélie du 26° Dimanche Ordinaire B : Mc 9, 38-43.45.47-48

Source image: Clip: "Miséricordieux comme le Père" par Richard Vidal in: Webtélé ECDQ

Résumé : Sommes-nous des prophètes pour nos frères et sœurs? Un prophète est celui qui ouvre son cœur à Dieu dans la prière et qui partage ses lumières aux autres. Mais le prophète est menacé par deux tentations : croire que la prophétie est un don exclusif et le scandale.

Sommes-nous des prophètes pour nos frères et sœurs ? Mais qu’est-ce qu’un prophète de Dieu?

Le Seigneur nous demande aujourd’hui une question très importante : êtes-vous des prophètes pour vos frères? Cette question peut nous sembler un peu trop « flyée » (comme on dit au Québec) en ce sens qu’ « être prophète » peut nous sembler utopique et hors de nos capacités humaines. Il est vrai qu’être prophète ne dépend pas de nous car c’est un don de l’Esprit de Dieu. Mais en réalité, Dieu veut faire ce don à tous les chrétiens puisqu’au baptême, nous recevons tous l’Esprit Saint par l’onction sacrée qui nous rend conforme au Christ : Prophète, Prêtre et Roi. Mais que signifie vraiment être prophète? Certains pourraient penser qu’un prophète est quelqu’un qui fait des prédictions sur l’avenir. Or un prophète est une personne qui ouvre son cœur au Seigneur dans la prière et qui accueille ses dons et ses lumières intérieures afin de les partager avec ses frères et sœurs. Ainsi, le prophète est celui qui parle pour Dieu afin de faire connaître l’Amour de Dieu et sa Volonté de Salut pour nous.

Première tentation du prophète : croire qu’il est le propriétaire exclusif du don de prophétie

Dans cette mission « prophétique » que nous recevons du Seigneur, nous devons nous attendre à rencontrer des obstacles qui auront comme effet de chercher à nous faire dévier de notre vocation de prophète. Une des premières tentations à laquelle nous pouvons faire face est de croire que nous avons la propriété exclusive du don de Dieu. Nous en avons deux exemples dans la Parole de la liturgie : tout d’abord dans le livre des Nombres (1° lecture), Josué veut empêcher Eldad e Médad de prophétiser parce qu’ils ne faisaient pas partie du groupe de Moïse. Puis, dans l’évangile, l’apôtre Jean veut aussi empêcher quelqu’un « d’expulser les démons au nom de Jésus » parce qu’il ne fait pas partie du groupe qui suit Jésus. Dans les deux situations, les disciples du Seigneur pensent avoir le monopole exclusif de l’Esprit Saint. Mais la réponse de Moïse et de Jésus montre au contraire que Dieu est totalement libre de faire ses dons à qui il le veut. En particulier, la réponse de Jésus : « celui qui n’est pas contre nous est pour nous » nous montre que nous ne devons pas mettre des barrières entre nous qui nous divisent et qui nous transforment en compétiteurs ou adversaires. Par exemple au Québec il y a eu pendant de nombreuses années une « guerre de clochers » entre les paroisses d’une même région. Chacune cherchait à construire le plus haut clocher souvent dans un esprit de compétition. Ainsi, au lieu de se considérer comme faisant partie d’une seule famille spirituelle qui cherche ensemble à construire le Royaume de Dieu, on cherchait plutôt à dépasser les autres pour devenir les plus riches et avoir le plus beau bâtiment.

Deuxième tentation du prophète : le scandale

La deuxième tentation qui peut toucher les chrétiens qui sont appelés à être prophètes de Dieu pour leurs frères, c’est le scandale. En effet, Jésus était très radical vis-à-vis du mal et de tous les scandales : « Celui qui est un scandale, une occasion de chute, pour un seul de ces petits qui croient en moi, mieux vaudrait pour lui qu’on lui attache au cou une de ces meules que tournent les ânes, et qu’on le jette à la mer. » Malheureusement, dans le passé, certains évêques ont négligé cette parole de Jésus lorsqu’ils ont été confronté à des situations où des membres de leur clergé ont été accusés du très grave scandale de la pédophilie. Comme on le voit dans l’évangile, Jésus ne pactise pas avec le scandale qui implique ses disciples car le scandale est un obstacle très puissant qui fait perdre la foi à ceux et celles qui sont les plus fragiles et les plus faibles et même aux plus forts d’entre nous.

Jésus continue en disant : « Et si ta main est pour toi une occasion de chute, coupe-la. Mieux vaut pour toi entrer manchot dans la vie éternelle que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux mains, là où le feu ne s’éteint pas. Si ton pied est pour toi une occasion de chute, coupe-le. Mieux vaut pour toi entrer estropié dans la vie éternelle que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux pieds. Si ton œil est pour toi une occasion de chute, arrache-le. Mieux vaut pour toi entrer borgne dans le royaume de Dieu que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux yeux ».

Devant le scandale, Jésus nous dit qu’il faut être radical afin d’extirper le mal

Bien entendu, Jésus ne dit pas qu’il faille couper littéralement la main de celui qui commet le scandale. Mais il signifie par là qu’il est nécessaire d’être radical et de couper à la racine du mal qui est commis afin d’éviter la contamination du mal à toute l’Église. Car le scandale est comme un poison mortel. Si nous ne faisons rien pour extirper ou contrecarrer son effet délétère, c’est toute la communauté chrétienne qui en souffrira et qui sera menacée de disparaître.

Tous solidaires dans le bien comme dans le mal

Au fond, Jésus nous dit que nous sommes tous solidaires dans le bien comme dans le mal. Ainsi, nous avons tous la responsabilité soit de répandre la Bonne Nouvelle du Salut en Jésus Christ par notre bon exemple ou soit de propager le Royaume du mensonge, de l’injustice et de la violence par notre mauvais exemple ou par notre laisser faire dans les situations de scandale. Nous aurons tous à rendre compte à Dieu de nos actions et de nos inactions devant le mal et le scandale.

Mieux discerner pour mieux promouvoir le Royaume de l’amour et combattre les puissances du mal

Demandons donc au Seigneur que nous puissions mieux discerner entre le bien et le mal afin d’être parmi ceux et celles qui promeuvent les valeurs du bien, de la justice et de l’amour afin de combattre toutes les puissances du mal qui cherchent à diviser et à détruire la famille humaine. C’est à cette condition que nous pourrons devenir de véritables prophètes de Dieu dans notre monde.

Imprimer
Gérald Lajeunesse
A propos Gérald Lajeunesse 175 Articles
Le père Gérald Lajeunesse est prêtre et membre de la Congrégation des Oblats de la Vierge Marie (omv). Il est curé de la Mission italienne San Domenico Savio, à Montréal.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire