Qu’est-ce que la vie éternelle selon saint Thomas d’Aquin?

Source image: Clip vidéo Youtube: Saint Thomas d'Aquin- la vie éternelle

Résumé: Qu’est-ce que la vie éternelle? Saint Thomas d’Aquin explique ce qu’est la vie éternelle comme étant la communion parfaite de l’homme et de Dieu qui comble totalement toutes les aspirations de l’humanité au bonheur.

« Il est très convenable que le Symbole des vérités que nous devons croire se termine par ces mots: « Je crois à la vie éternelle », puis­que aussi bien la vie éternelle est la fin et le terme de tous nos désirs.

  1. – Il faut premièrement considérer, quel genre de vie est la vie éternelle.

a): Or il convient de savoir, qu’elle consiste, en premier lieu, dans l’union de l’homme avec Dieu. Dieu lui-même, en effet, est la récompense et la fin de tous nos labeurs, comme il le dit un jour à Abraham, (Gen. 15, 1): Moi le Seigneur, je suis ton protecteur, et ta récompense infini­ment grande.

Cette union de l’homme à Dieu consiste dans une parfaite vision. L’Apôtre écrit en effet aux Corinthiens (1° ép. 13, 12): Nous ne voyons main­tenant que comme en un miroir, et en énigme; mais alors nous verrons Dieu face à face.

Cette union consiste également dans la louange la plus grande que l’homme puisse adresser à Dieu. Saint Augustin écrit au livre 22 de la Cité de Dieu que nous verrons, aimerons et louerons Dieu; et Isaïe écrit au sujet de Sion ces paroles (51, 3), que l’on peut appliquer à la vie des élus au ciel: On y trouvera la joie et l’allégresse, les actions de grâces et des chants de louange.

  1. b) La vie éternelle consiste, en second lieu, dans le parfait rassasiement des désirs de l’homme. Chacun des bienheureux, en effet, pos­sédera au ciel bien au-delà de ce qu’il aura désiré et espéré ici-bas.

La raison en est, que personne ne peut, en cette vie, satisfaire pleinement ses désirs; jamais aucune chose créée ne les comble. Dieu seul en effet peut les rassasier totalement et même il les surpasse infiniment. C’est pourquoi l’homme ne trouve de repos qu’en Dieu conformément à ces paroles de saint Augustin (Conf. liv. 1): « Vous nous avez fait pour vous, Seigneur, et notre coeur est inquiet jusqu’à ce qu’il se repose en vous »Les saints dans la patrie possèderont Dieu parfaitement, aussi leurs désirs seront-ils entièrement rassasiés et leur gloire même sur­passera toutes leurs aspirations. Le Seigneur dit (Mt 25, 21): Bon et fidèle serviteur, entre dans la joie de ton maître. Et saint Augustin explique ainsi cette parole du Seigneur: « Toute la joie du Seigneur n’entrera pas dans ceux qui se réjoui­ront, mais eux entreront tout entiers dans la joie »Ce qui fait dire au Psalmiste (Ps. 16, 15): Je serai rassasié, lorsque apparaîtra votre gloire; et (102, 5): C’est le Seigneur qui remplit votre désir, en vous comblant de biens.

  1. – Absolument tout ce qui est délectable se trouve surabondamment dans la vie éternelle.

Recherche-t-on en effet les jouissances? Là, on goûtera les jouissances les plus parfaites, les délectations les plus hautes, parce qu’elles auront pour objet le Souverain Bien, c’est-à-dire Dieu. Nous lisons dans le livre de Job (22, 26): Alors ta mettras tes délices dans le Tout-Puissant; et le Psalmiste, dans sa prière, dit à Dieu (Ps. 15, 11): Des délices seront éternellement à votre droite.

Pareillement, Si vous désirez l’es honneurs, là vous l’es posséderez tous. Les hommes, en effet, lorsqu’ils sont laïcs, aspirent principalement à être rois; et, s’ils sont clercs, ils souhaitent deve­nir évêques. Or, dans la vie éternelle, on possé­dera ces deux dignités: Tu as fait de nous des rois et des prêtres pour notre Dieu (Apoc. 5, 10). Et au livre de la Sagesse (5, 5), il est dit des jus­tes, après leur mort Les voilà élevés au rang des enfants de Dieu.

De même, désirez-vous la science, là, vous la posséderez avec la plus entière perfection; en effet flous connaîtrons alors la nature de toutes choses et toute vérité; nous n’ignorerons rien de ce que nous voudrons savoir; et tout ce que nous voulons actuellement posséder, nous le pos­séderons au ciel, avec cette vie éternelle. Salo­mon dit en effet (Sag. 7, 11): Tous les biens me viendront avec la Sagesse; et dans les Prover­bes (10, 24), nous lisons: Les Justes obtiendront ce qu’ils désirent.

  1. c) En troisième lieu, la vie éternelle consiste dans une sécurité parfaite. Dans ce monde, en effet, il n’y a pas de par­faite sécurité, car plus on possède de richesses et plus on est élevé en dignité, plus on a de sujets de crainte, plus aussi on éprouve de besoins.

Mais, dans la vie éternelle, il n’y aura ni tris­tesse, ni labeur, ni crainte.. Ce que les Prover­bes, en effet, (1, 33): disent de celui qui écoute la Sagesse, à savoir qu’il reposera en assurance et jouira d’une abondance de biens sans craindre aucun mal, se vérifiera alors en chacun des élus.

  1. d) En quatrième lieu, la vie éternelle consiste dans la société pleine de charmes de tous les bienheureux.

Les délices de cette société seront extrêmes. Chaque élu, en effet, possédera, avec les autres bienheureux, tous les biens; car il aimera cha­cun des bienheureux comme lui-même; c’est pourquoi. il se réjouira du bien des autres comme de son bien propre. Aussi l’allégresse et la joie de tous les élus s’augmenteront-elles de la joie et de l’allégresse de chacun d’entre eux. O Sion, c’est une grande joie pour tous d’habiter en toi (Ps. 86, 7).

  1. – Les biens, dont nous venons de parler, les saints en jouiront dans la patrie céleste, et ils posséderont en outre beaucoup d’autres biens ineffables. Quant aux méchants ils seront plongés dans une mort éternelle, et ils éprouveront une dou­leur et souffriront un châtiment qui ne seront pas moindres que la joie et la gloire réservées aux bons.
  2. – Quatre causes concourent pour aug­menter la peine des méchants.

En premier lieu, le fait d’être séparés de Dieu et de tous les biens. Cette séparation constitue la peine du dam, qui répond à l’aversion que ces méchants ont pour Dieu. C’est une peine plus grande que la peine du sens. Du serviteur inu­tile, le Seigneur dit (Mat. 25, 30): Jetez-le dans les ténèbres extérieures. Dans cette vie, en effet, ceux qui font le mal vivent dans des ténèbres intérieures, qui sont celles du péché; mais alors ils seront aussi plongés dans des ténèbres exté­rieures.

En second lieu, le châtiment des méchants est augmenté par le remords de leur conscience. On peut leur appliquer Ces paroles du psaume (49, 21): Je vous reprendrai sévèrement, et je vous exposerai vous-mêmes devant votre face. Le livre de la Sagesse (5, 3): nous dépeint les damnés poussant des gémissements dans le serrement de leurs coeurs. Ces regrets et ces gémissements, cependant, seront tout à fait inutiles, parce qu’ils procèderont non de la haine du mal, mais de la douleur du châtiment.

En troisième. lieu, la peine des damnés est augmentée par l’immensité du châtiment sensible auquel ils sont soumis, à savoir le feu de l’enfer, qui torturera leur âme et leur corps c’est là, comme disent les Pères, le plus terrible de tous les châtiments physiques. Ces malheureux seront, en quelque sorte, toujours mourant; cependant ils ne seront jamais morts et jamais la mort ne les frappera. C’est pourquoi, on appelle ce châtiment la mort éternelle; comme le mourant en effet souffre des peines terribles, il en est de même de ceux qui sont en enfer. Le Psalmiste a dit (48, 15): Ils ont été placés en enfer comme des brebis, la mort les dévorera.

En quatrième lieu, le châtiment des méchants est encore aggravé par le fait qu’ils n’ont pas la moindre espérance d’être délivrés de leurs tour­ments. Si, en effet, ils nourrissaient cet espoir, leurs peines en seraient adoucies. Mais comme toute espérance leur est interdite, leurs souffran­ces par le fait même sont les plus terribles qui soient. Comme le dit Isaïe (66, 24): Leur ver ne mourra pas et leur feu ne s’éteindra pas.

 

  1. – Ainsi apparaît avec évidence la diffé­rence entre les bonnes et les mauvaises actions. Les premières nous mènent à la vie et les secon­des à la mort. C’est pourquoi les hommes devraient fréquemment se remettre en mémoire ces vérités; ils seraient par là excités à faire le bien et à se détourner du mal.

 

C’est pour que cette vérité se grave toujours plus profondément dans notre mémoire, qu’il est expressément dit à la fin du Credo: « Je crois à la Vie éternelle ».

A cette vie éternelle, que nous conduise Notre Seigneur Jésus-Christ, Dieu béni dans les siècles des siècles.

Amen. »

SOURCE TEXTE: Commentaire du Credo

Imprimer
Évangéliser
A propos Évangéliser 40 Articles
Évangéliser.net s’adresse à tout chrétien francophone qui se sent interpellé par Jésus à annoncer la Bonne Nouvelle : « Allez donc auprès des gens de toutes les nations et faites d’eux mes disciples ; baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à pratiquer tout ce que je vous ai commandé.»

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire