Saint André, notre modèle comme disciple-missionnaire

Résumé : Saint André, notre modèle comme disciple-missionnaire. Disciple de Jean le Baptiste, André s’est laissé guider par lui jusqu’à Jésus et de cette rencontre avec le Maître, sa vie s’est transformée totalement pour faire de lui l’un des premiers missionnaires de l’Église.

Aujourd’hui le 30 novembre, l’Église célèbre la fête de saint André. Cette fête revêt selon moi une importance particulière en ce troisième millénaire, alors que notre cher pape François a inventé un nouveau mot pour décrire ce qu’est un chrétien. Le pape nous dit qu’un chrétien est et doit être un DISCIPLE-MISSIONNAIRE. C’est la première fois, à ma connaissance, qu’un mot composé décrit l’essence même de ce qu’est un chrétien. Quand nous considérons la vie de saint André, on voit clairement qu’être disciple, implique d’annoncer Jésus et le faire connaître. Mais cette vérité a malheureusement été occultée ou méconnue pour la grande majorité des chrétiens de notre époque. C’est certainement pour cela que le pape François a inventé un nouveau mot.

Saint André : exemple et modèle de disciple-missionnaire :

1-    André est conduit à Jésus : André était un juif croyant qui était ouvert à Dieu et à ce que Dieu demande de lui. Il a rencontré un maître en la personne de Jean le Baptiste. Jean est celui qui a dirigé André vers Jésus : « Le lendemain, Jean se trouvait là avec deux de ses disciples. Posant son regard sur Jésus qui allait et venait, il dit : « Voici l’Agneau de Dieu. » Les deux disciples entendirent ce qu’il disait, et ils suivirent Jésus. » (Jn 1, 35-37) Nous savons qu’un des deux disciples était André. Normalement, quelqu’un nous parle de Jésus et nous invite à le connaître et à nous mettre à son école.

2-   La rencontre avec Jésus : « Se retournant, Jésus vit qu’ils le suivaient, et leur dit : « Que cherchez-vous? » Ils lui répondirent : « Rabbi  ce qui veut dire : Maître –, où demeures-tu? » Il leur dit : « Venez et vous verrez. » Ils allèrent donc, ils virent où il demeurait, et ils restèrent auprès de lui ce jour-là. C’était vers la dixième heure(environ quatre heures de l’après-midi). » (Jn 1, 38-39) Entendre parler de Jésus, ne suffit pas; IL FAUT LE RENCONTRER ET PASSER DU TEMPS AVEC LUI. André a eu l’insigne grâce de passer des heures avec Jésus le jour même où il l’a rencontré; et ce fut déterminant pour lui. Sûr d’avoir rencontré le Messie tant attendu, André ne peut pas garder cela pour lui.

3-   L’annonce de Jésus, l’action missionnaire : La rencontre effective de Jésus et la conviction qui s’ensuit d’avoir découvert le Sauveur de notre vie et du monde entier, est si bouleversante et joyeuse, qu’elle ne peut pas être gardée pour nous. Nous éprouvons le besoin d’en parler aux autres pour qu’eux aussi puissent expérimenter cette joie : « André, le frère de Simon-Pierre, était l’un des deux disciples qui avaient entendu la parole de Jean et qui avaient suivi Jésus. Il trouve d’abord Simon, son propre frère, et lui dit : « Nous avons trouvé le Messie »  ce qui veut dire : Christ. André amena son frère à Jésus. Jésus posa son regard sur lui et dit : « Tu es Simon, fils de Jean; tu t’appelleras Képhas » – ce qui veut dire : Pierre. » (Jn 1, 40-42)

Voilà la dynamique de la vie chrétienne; voilà comment on devient vraiment chrétien. On devient chrétien quand on fait l’expérience de JÉSUS SAUVEUR et quand on en parle aux autres.    

On comprend maintenant pourquoi le grand évangélisateur qu’est José Prado Flores, lorsqu’il a voulu donner naissance à une école d’évangélisation, a désiré donné à son école le nom du premier DISCIPLE-MISSIONNAIRE. Il a donné à son école le nom « d’École d’Évangélisation Saint André » (ÉÉSA).

La liturgie du jour, dans le bréviaire ou l’Office du Temps Présent, chante à merveille la vie et la personnalité de saint André qui, tout comme son frère Pierre, a rendu à Jésus le témoignage suprême, le témoignage du martyre. Les deux frères de sang sont morts crucifiés, à l’exemple et à la suite de Jésus leur Maître : saint Pierre a été crucifié la tête en bas et saint André sur une croix en forme de X.

Imprimer
Guy Simard
A propos Guy Simard 27 Articles
Guy Simard est un Oblat de la Vierge Marie. Il est curé de la paroisse Saint-Enfant-Jésus-de-la-Pointe-aux-Trembles et il a écrit plus de 850 textes sur son propre blogue, Dieu ma joie.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire