Le Seigneur vient combler tous nos espoirs de bonheur

Homélie du 1° Dimanche de l’Avent 2018 : Luc 21, 25-28; 34-36

Source image: Clip: "Miséricordieux comme le Père" de Richard Vidal in: Webtélé ECDQ

Résumé : Le Seigneur vient combler tous nos espoirs de bonheur. C’est pourquoi, il nous faut écouter les recommandations de Jésus dans l’évangile.

Le Seigneur vient combler tous nos espoirs de bonheur qui sont souvent déçus durant notre vie sur la terre

Tout le monde espère être heureux dans la vie. Mais nous réalisons avec l’expérience de la vie que nos « espoirs de bonheur » sont souvent déçus parce que lorsque nous obtenons l’objet de nos espoirs de bonheur (la maison, le mari, l’enfant, l’argent, etc …) nous nous apercevons que notre cœur n’est pas vraiment satisfait et qu’il y a toujours quelque chose qui ne va pas ou qui nous manque pour être totalement heureux. Mais aujourd’hui, le Seigneur nous annonce une bonne nouvelle avec l’annonce du prophète Jérémie:  « Voici, il viendra des jours – oracle du Seigneur – dans lesquels j’accomplirai la parole de bonheur que j’ai adressée à la maison d’Israël et à la maison de Juda. » Ainsi, le Seigneur nous promet que malgré nos déceptions, nos échecs et nos difficultés quotidiennes, notre espoir de bonheur sera finalement comblé.

Le bonheur naît dans nos cœurs grâce à la rencontre avec l’Amour du Seigneur

En fait, beaucoup de gens espèrent devenir heureux grâce à la possession de biens matériels (santé physique, voiture, maison, voyage). Mais il n’est pas surprenant que les gens soient souvent déçus parce que le Seigneur nous dit que le bonheur n’est pas « quelque chose » que nous possédons, mais il est plutôt le fruit d’une « rencontre ». Le bonheur durable et profond naît dans nos cœurs grâce à la rencontre avec l’Amour du Seigneur qui vient.

L’humanité traverse souvent de longs tunnels de malheur qui détruisent tout espoir de bonheur

Mais malheureusement, quand nous regardons autour de nous, il y a tellement de gens qui n’ont plus aucune raison d’espérer le bonheur parce que le tunnel de malheur qu’ils sont en train de traverser est si long et si sombre qu’ils ont perdu pratiquement tout espoir de retrouver un jour la lumière. Par exemple, les personnes qui vivent une dépendance à l’alcool ou à des drogues et qui en viennent à tout perdre. Ou les personnes qui souffrent de solitude parce qu’elles sont abandonnées par leur famille et leurs amis dans leur vieillesse. Ou les personnes atteintes d’une maladie mortelle comme le cancer. Ou les personnes qui pleurent la mort de leur mari ou de leur épouse. Dans toutes ces situations de souffrance et de désarroi, il est certainement très difficile de découvrir les signes d’espoir de bonheur auxquels le Seigneur veut nous conduire. C’est pourquoi nous devons écouter et mettre en pratique les trois recommandations du Seigneur Jésus dans l’Évangile:

Pour ne pas perdre tout espoir de bonheur, il nous faut mettre en pratique les trois recommandations du Seigneur Jésus dans l’évangile

  • « Redressez-vous et relevez la tête»:

Quand les malheurs de la vie nous tombent sur la tête, il est tout à fait naturel de nous recroqueviller sur nous-mêmes afin de nous protéger. Cela me fait penser à une petite histoire: « Un homme était prisonnier au sommet d’une très haute tour de 300 mètres de haut. Ayant vu des gens qui passaient au pied de la tour, il a cherché à attirer leur attention afin qu’ils puissent monter dans la tour et le libérer. Il fouilla alors dans ses poches et jeta quelques pièces de monnaie qui tombèrent sur le trottoir. Les gens qui ont vu les pièces de monnaie, les ont prises et ont continué leur chemin. Enfin, l’homme prisonnier dans la tour n’ayant plus de monnaie, jeta quelques petites pierres. L’une d’elles est tombée sur la tête d’un passant. Cette personne a ensuite levé les yeux pour voir d’où venait cette pierre. Et elle a vu alors l’homme au sommet de la tour qui lui faisait de grands signes pour qu’il vienne le libérer. « 

Selon moi, cette histoire peut avoir une signification chrétienne: lorsque nous avons des joies dans la vie, bien souvent nous ne nous apercevons pas de la présence du Seigneur qui en est à l’origine et qui cherche ainsi à nous manifester son Amour. Mais lorsque nous avons des ennuis et des peines, souvent nous nous tournons alors vers le Seigneur pour nous plaindre. Ainsi, on peut dire que quand le Seigneur permet que nous ayons des épreuves, c’est pour nous permettre de découvrir qu’au cœur de nos souffrances, il y a la croix de Jésus qui est le grand signe de l’espérance et de la victoire sur le mal. Ainsi, Jésus sur la Croix nous dit que si au milieu de nos souffrances nous croyons et espérons en lui, nous aussi nous pourrons participer à la Victoire de sa résurrection sur la mort et sur tout mal.

  • « Tenez-vous sur vos gardes, de crainte que votre cœur ne s’alourdisse dans les beuveries, l’ivresse et les soucis de la vie, et que ce jour-là ne tombe sur vous à l’improviste comme un filet» :

De nombreuses personnes empruntent des chemins qui ne mènent pas au bonheur, mais qui mènent plutôt au malheur, au désespoir et à la mort. C’est pourquoi nous devons être attentifs aux fausses sécurités que nous nous construisons et que Jésus appelle: « les soucis de la vie« . Ces « soucis de la vie » nous viennent le plus souvent de notre convoitise à l’argent et à nos différentes dépendances (alcool, drogues, sexe, jeu et autres). Tout cela a pour effet de nous détourner du but principal de notre vie qui est de vivre dans le véritable Amour qui nous vient de Dieu et qui peut seul nous combler.

  • « Restez éveillés et priez en tout temps » :

La prière est le meilleur moyen de garder l’espérance et la joie dans toutes les situations de notre vie. Avec la prière du cœur, nous pouvons percevoir la Présence invisible du Seigneur et éviter les chemins qui nous mènent loin de Lui et de sa paix.

Imprimer
Gérald Lajeunesse
A propos Gérald Lajeunesse 176 Articles
Le père Gérald Lajeunesse est prêtre et membre de la Congrégation des Oblats de la Vierge Marie (omv). Il est curé de la Mission italienne San Domenico Savio, à Montréal.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire