Quel est le premier de tous les commandements?

Homélie du 31° Dimanche Ordinaire B : Marc 12, 28b-34

Source image: Vie religieuse catholique Appel de Dieu

Résumé : Quel est le premier de tous les commandements? Le premier commandement de Dieu est : « Écoute, Israël » car l’écoute est nécessaire pour percevoir, comprendre et réaliser l’Amour de Dieu.

Quel est le premier de tous les commandements?

Nous avons de la difficulté à nous imaginer la pertinence de la question du scribe à Jésus : quel est le premier de tous les commandements?  Pour ce faire, il faut nous mettre dans la situation des juifs de ce temps-là. Car il y avait dans l’Ancien Testament plus de 613 lois et prescriptions. Devant un si grand nombre de lois, il était normal que le commun des mortels soit confus et ne sache plus où donner de la tête pour satisfaire aux exigences de Dieu. À la question : « quel est le premier de tous les commandements? », Jésus ne prend pas quatre chemins et il répond avec sa simplicité habituelle : « Voici le premier : Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force. Et voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. »

Le premier commandement de Dieu est : « Écoute, Israël »

J’aimerais vous faire remarquer que selon les paroles mêmes de Moïse et de Jésus qui rapporte ses paroles, le tout premier commandement n’est pas : « tu aimeras … » mais « Écoute Israël ». « Écouter » est essentiel car c’est lorsque l’on n’écoute pas le Seigneur que les problèmes de l’humanité commencent. Depuis Adam et Ève jusqu’à nos jeunes d’aujourd’hui, tous ceux et celles qui ne se mettent pas à l’écoute du Seigneur dans leur cœur vont commettre des gaffes qu’ils vont regretter amèrement toute leur vie.

Pourquoi « écouter » est-il la chose la plus importante?

« Écouter » est la chose la plus importante car il faut avoir une attitude d’écoute et d’attention pour percevoir l’Amour de Dieu dans notre vie. Sinon, le grand commandement de l’amour deviendra incompréhensible et même impossible à réaliser. En effet, pour être en mesure d’aimer Dieu de tout notre cœur, il faut avant tout avoir expérimenté son Amour. Sainte Thérèse d’Avila disait : « Il est plus important de se savoir aimé que d’aimer. » Puisqu’on ne peut pas aimer si on n’a pas tout d’abord reçu l’Amour. Ainsi, plus on va écouter Dieu qui nous dit son Amour de 1001 manières, plus nous pourrons l’aimer comme il nous aime.

Comment Dieu nous aime-t-il?

Et comment Dieu nous aime-t-il? Il nous aime d’un amour sans limite. Voilà pourquoi il nous demande de l’aimer « de tout notre cœur, de toute notre âme, de tout notre esprit et de toute notre force ». Cela signifie que nous devons aimer Dieu plus que tout au monde : plus que notre époux (se), nos parents et nous-mêmes. Cela peut sembler exagéré, voire même insensé. Cela me rappelle la réflexion d’une petite fille au catéchisme qui était très choquée d’entendre cela car dans son esprit, on ne pouvait pas aimer Dieu plus que ses parents et plus que soi-même.

Comment expliquer cette exigence de l’Amour de Dieu?

Alors comment expliquer cette exigence de l’Amour de Dieu? À notre avis, il ne faut pas avoir peur de trop aimer Dieu car Dieu est Amour, il n’est qu’Amour. Alors, plus on aimera l’Amour, plus on deviendra amour et plus nous deviendrons capables d’aimer les autres et nous-mêmes en Esprit et Vérité. Ainsi, Dieu seul mérite qu’on le mette en première place dans notre cœur et dans notre vie.

Une objection souvent soulevée par les médias : l’amour des fanatiques de la religion

Souvent les médias nous présentent l’exemple de fanatiques ou d’illuminés de la religion (le plus souvent musulmane) qui disent aimer Dieu jusqu’au point de se suicider eux-mêmes pour montrer à tous que Dieu est grand. Ainsi, selon ces journalistes, cet exemple montre bien que l’on peut trop aimer Dieu. À cela on peut répondre que ce n’est pas parce que nous pensons aimer Dieu de tout notre cœur, de toutes nos forces et de tout notre esprit que nous l’aimons vraiment en vérité. En fait, si je suis psychologiquement déséquilibré, je vis dans un monde intérieur qui est coupé de la réalité. Et puisque l’amour est vouloir le bien véritable des autres, on ne peut pas aimer Dieu en désirant assassiner les autres. Ainsi, l’amour vrai de Dieu se vérifie tout simplement par le deuxième commandement de Dieu: « et tu aimeras ton prochain comme toi-même ». Saint Jean disait : « Comment peux-tu aimer Dieu que tu ne vois pas si tu n’aimes pas ton prochain que tu vois? »

Cependant, il est vrai qu’on peut trop aimer les créatures

Cependant, il est aussi vrai qu’on peut trop aimer les créatures. Dans ce cas, il se peut qu’on aime mal et que l’on s’aime mal soi-même. Par exemple, on peut aimer manger du chocolat, mais si on en mange trop, on peut avoir une indigestion. De la même manière, on peut aimer se faire bronzer au soleil, mais si on prend trop de soleil, on peut avoir une insolation. De même, une mère peut trop aimer sa fille à un point tel qu’elle ne veuille pas se séparer d’elle en l’empêchant de se marier.

Pourquoi « tu aimeras »? Devons-nous aimer Dieu seulement dans le futur?

Une dernière remarque à propos du premier commandement : vous noterez que le temps employé est le « futur » non pas pour signifier qu’on doit aimer demain et non pas aujourd’hui. Mais le temps futur est utilisé pour indiquer que nous aurons toujours des progrès à faire dans l’amour et dans la mise en pratique du commandement. En fait, aucun d’entre nous peut oser affirmer qu’il a atteint la perfection de l’amour.

L’Eucharistie : moyen par excellence pour aimer Dieu et son prochain

« Aimer Dieu de tout son cœur … et son prochain comme soi-même » est beaucoup plus facile à dire qu’à faire. C’est pourquoi les chrétiens (nes) se réunissent au Nom de Jésus pour célébrer l’Eucharistie, le sacrement de l’Amour du Christ qui donne sa vie pour que nous puissions vivre de son Amour. C’est la raison pour laquelle nous devons nous laisser pénétrer par cet Amour qui nous est offert dans la sainte communion au Corps et au Sang du Christ dans l’Eucharistie afin de pouvoir en vivre.

Imprimer
Gérald Lajeunesse
A propos Gérald Lajeunesse 170 Articles
Le père Gérald Lajeunesse est prêtre et membre de la Congrégation des Oblats de la Vierge Marie (omv). Il est curé de la Mission italienne San Domenico Savio, à Montréal.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire