Il faut désirer la sainteté pour devenir saint

Source image: Clip "Aimez-vous les uns les autres" (Youtube)

Résumé : Il faut désirer la sainteté pour devenir saint. Il existe différents obstacles qui nous empêchent de le devenir.

Il faut désirer la sainteté pour devenir saint : c’est la grâce que nous demandons à la Toussaint

Comme vous le savez, à la Toussaint, nous célébrons spécialement tous les saints (es) qui ne sont pas déjà canonisés par l’Église. Ce sont les « saints (es) de la porte d’à côté » comme le disait le Pape François, ceux et celles qui n’ont jamais fait parler d’eux mais qui ont su, par leur vie toute simple de fidélité à l’évangile entrer dans le Royaume de Dieu (nos parents, grands-parents …). C’est pourquoi nous croyons qu’ il faut désirer la sainteté pour devenir saint.

Il faut désirer la sainteté pour devenir saint : on ne devient pas saint malgré nous et sans qu’on le désire

Cette fête de la Toussaint est très importante car la grâce qu’on peut demander au Seigneur en ce jour, c’est de stimuler en nous le Désir de la Sainteté. Car pour devenir saint (e), la première condition, c’est de désirer le devenir. Plus notre désir de sainteté sera profond et fort, plus l’ouverture pour accueillir ce Don de Dieu grandira en nous. Car il est très important que nous nous rappelions que la Sainteté n’est pas quelque chose que nous pouvons acquérir par nos forces humaines mais par notre ouverture à la grâce de Dieu qui Seul est Saint puisqu’Il est le trois fois Saint. Ainsi, nous pourrons être plus à même de correspondre aux grâces de sainteté que le Seigneur nous fait dans le quotidien.

Il faut désirer la sainteté pour devenir saint : il faut croire que la sainteté n’est pas seulement pour les autres

Or, un des obstacles les plus fréquents qui nous empêche de désirer la Sainteté, c’est de croire en toute bonne foi que la Sainteté n’est pas pour nous qui sommes des gens simples et ordinaires. C’est plutôt pour les autres : les personnes exceptionnelles qui ont reçus des vocations extraordinaires et des dons uniques tels Mère Térèsa de Calcutta ou le Frère André. Ce sont des prêtres ou des religieuses qui ont fondé des instituts de charité ou des martyrs ou de grands mystiques qui on dédié toute leur vie dans un monastère.

Il faut désirer la sainteté pour devenir saint: Croire que Dieu nous aime personnellement

Mais en réalité, pour devenir saint, il faut tout d’abord croire à la possibilité de notre sanctification. Et croire à la possibilité de notre sanctification, c’est croire en l’Amour personnel de Dieu pour nous. Car si nous croyons vraiment que Dieu nous aime personnellement, alors nous Lui laisserons la première place dans notre cœur et dans notre vie. Nous vivrons dans la confiance que Dieu nous donnera tout ce dont nous aurons besoin pour nous sanctifier au jour le jour.

Il faut désirer la sainteté pour devenir saint : la sainteté n’est pas synonyme d’une « perfection » inatteignable

Un autre obstacle qui pourrait nous empêcher de désirer être saint, c’est notre conception même de la « sainteté » qui peut être erronée. Car pour beaucoup de gens, la sainteté signifie “Perfection”. Mais cela pourrait être compris comme poursuivre un but inatteignable de perfection en tant qu’idéal utopique hors de notre portée. La sainteté est plutôt une fidélité à Celui qui nous aime. La sainteté, c’est chercher à se centrer sur la Présence Vivante de Dieu dans notre vie. Malheureusement, bien des gens croient que pour devenir saint, il est nécessaire de faire des actions difficiles de privation de nourriture, de sommeil et des sacrifices héroïques. Alors dans ces conditions, il est normal que la plupart des gens n’aient aucune envie ou désir d’accomplir des actions ascétiques aussi ardue qui sont perçues comme ennuyeuses et ne donnent pas la joie.

Il faut désirer la sainteté pour devenir saint : notre fausse conception du bonheur peut nous empêcher de désirer la sainteté

Parlant de joie ou de bonheur, beaucoup de gens ont une conception du bonheur et de la joie qui sont à l’origine de notre de l’absence de désir de la sainteté. En fait, pour beaucoup de gens, le bonheur signifie la satisfaction immédiate de tous nos désirs. Ainsi, s’il arrive un contretemps, un imprévu, une maladie, un accident alors tout cela apparaît comme anormal, injuste et détruit toute possibilité de bonheur. Car beaucoup pensent que l’homme heureux est celui qui vit sans problème, sans maladie et sans contrariété aucune. L’homme heureux devrait avoir tout ce qu’il désire (plaisirs, richesses, pouvoir) sans difficulté et sans effort.

Il faut désirer la sainteté pour devenir saint : Jésus nous appelle à la sainteté qui nous rend heureux

Dans l’Évangile, Jésus nous parle de « Bonheur » : « Heureux ». Mais le Bonheur dont il parle ne ressemble pas du tout au bonheur promu par notre société qui est associé à la richesse, aux plaisirs et au pouvoir. « Heureux les pauvres de cœur, Heureux les doux, Heureux ceux qui pleurent ». Le Bonheur dont parle Jésus, c’est le Bonheur des saints. Ainsi, pour comprendre le Bonheur proposé par Jésus, il faut avoir été touché par l’Esprit Saint (l’Amour de Dieu). Au fond, selon Jésus, l’homme heureux est celui qui n’est pas satisfait du monde tel qu’il est. Pour Jésus, l’homme heureux est celui qui cherche à aimer, celui que la richesse sous toutes ses formes ne comble pas. Celui qui est insatisfait devant le monde injuste, violent, plein de mensonge dans lequel nous vivons.

Donc, en ce jour de la Toussaint, nous pouvons nous réjouir car la Sainteté qui nous rend vraiment heureux du Bonheur de Dieu est à notre portée puisqu’il s’agit de le désirer de tout notre cœur en essayant de suivre la grande Charte du Bonheur que nous a présentée Jésus. Ainsi, Heureux celui qui se sent pauvre, fragile, impuissant et incapable d’actions éclatantes et extraordinaires. S’il croit de tout son cœur à la Toute-Puissance de la Miséricorde de Dieu, il pourra ouvrir son cœur au Don de la Sainteté divine. Demandons donc la grâce de la Sainteté par l’intercession de tous nos frères et sœurs les saints (tes) qui désirent ardemment que nous puissions les rejoindre un jour.

 

 

 

 

Imprimer
Gérald Lajeunesse
A propos Gérald Lajeunesse 293 Articles
Le père Gérald Lajeunesse est prêtre et membre de la Congrégation des Oblats de la Vierge Marie (omv). Il est curé de la paroisse St Enfant-Jésus de la Pointe-aux-Tremble, à Montréal.

Soyez le premier à commenter