La foi qui fait échapper au jugement

Homélie pour la Solennité de la Sainte Trinité / Dimanche 11 juin 2017 / Jn 3, 16-18

Vilma de Souza fait connaître les stratégies de Satan afin de mieux le combattre.
Vilma de Souza fait connaître les stratégies de Satan afin de mieux le combattre. Source image: Youtube.

L’accusateur…

… dans un songe

Il y a quelques jours, j’ai eu un rêve étonnant. Un article sur ma personne était publié en grands caractères, très lisibles. Cet article était tout sauf élogieux. Il était même une accusation en règle de mon ministère. L’accusation pouvait avoir quelque fondement, mais elle était pourtant très exagérée. J’étais un peu stupéfait parce que je ne pouvais pas me défendre. Quelque temps après, le Seigneur parlait à mon cœur, me disant : « Ne t’inquiète pas, c’est ainsi que l’Accusateur procède. »

… dans la vie de Vilma de Souza

Vilma de Souza, une Brésilienne, a, elle aussi, rencontré l’Accusateur de nos âmes, appelé aussi « l’Accusateur de nos frères ». (Ap. 12, 10) Au Brésil, le spiritisme est très répandu. Des générations, dans une même famille, peuvent tremper dans ce monde ténébreux et dangereux. Son Prince, le Diable, n’aime pas que ceux qu’il domine échappent à son autorité. La grand-mère de Vilma l’avait consacrée aux esprits le jour où elle était née. A 7 ans, elle est soumise à des rites d’initiation. A 13 ans, elle est possédée. Sa mère lui dit, admirative : « Ma fille, un Prince est entré dans ton corps ! » Pourtant, elle fait l’expérience que les esprits ne peuvent rien contre les Chrétiens.

Ayant trouvé le salut, elle chante le Seigneur. Ses chants ne plaisent pas à une Chrétienne qui lui dit : « Tu ne crois pas que Dieu acceptera quelque chose de gens comme toi ! » Son esprit, « stimulé par l’Accusateur » se souvient alors de tous ses péchés. Satan profite de cette dépression passagère et lui suggère de revenir à sa vie de pécheresse.  Alors qu’elle passe près d’un bar, il lui dit : « Entre, bois un coup, achète des cigarettes puisque tu es si malheureuse ! » Elle refuse ces pensées. Il s’ensuit un étonnant combat spirituel où le Seigneur lui apprend à compter sur Lui et non sur ses propres forces en lui révélant une phrase de l’Ecriture : « Venez à Moi, vous tous qui peinez et ployez sous le poids du fardeau et Moi, Je vous soulagerai. » (Mt. 11, 28) Pourtant, ce n’est qu’en rencontrant une très modeste paroisse qu’elle comprendra que cette phrase est tirée des Ecritures. La voix qui lui a parlé, la quitte en disant : « Tu Me trouveras là-bas, [à l’église]. »

Autrefois, enfant, elle avait jeté des pierres dans cette même église. Elle y retrouve le Pasteur qui, à l’époque, avait couru après elle. Au lieu de l’admonester, il l’avait invitée à venir à l’une de ses réunions. Alors qu’elle y retourne, le Pasteur reprend les versets identiques à ceux qu’elle a entendus dans son combat spirituel. Il lui apprend que ces versets sont tirés de la Bible, et, sur le champ, lui en offre une. « Des fleuves de larmes coulaient sur mes joues, j’avais enfin tout compris. » Sa mère, à la suite d’une maladie, retrouve Dieu, son père, athée, se donne aussi à Dieu.

… dans nos vies

L’Accusateur, dans nos vies, est toujours actif de quelque façon. Il se sert des malheurs de la terre. Ainsi, Vilma, catéchisée, n’avait jamais pu comprendre l’enseignement de l’Eglise si éloigné des conditions sociales dramatiques dans lesquelles elle vivait. Aussi, la question de ce jour est de savoir comment la terre peut échapper à l’Accusateur qui aime à profiter de la faiblesse humaine. 

1. Le jugement …

… déjà prononcé à l’égard du Diable

Le jugement est déjà prononcé à l’égard du « Prince de ce monde ». Jésus l’a dit à Ses disciples quand Il a annoncé la venue du Saint Esprit : « Le Prince de ce monde est jugé. » (Jn. 16, 11) Cela explique la hargne du Diable à l’égard de Vilma. Il aimerait l’entraîner dans son malheur pour faire échec à la victoire de la croix. « Gardez courage, dit Jésus à Ses disciples, J’ai vaincu le monde. » (Jn. 16, 33)

… prononcé à l’égard de ceux qui ne croient pas

Mais l’homme peut être déjà jugé comme le Diable, s’il ne croit pas en Jésus : « Celui qui croit en Lui échappe au Jugement ; celui qui ne croit pas est déjà jugé, du fait qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. » (Jn. 3, 18)

… auquel il faut échapper

Curieusement, Vilma de Souza, malgré sa possession démoniaque, malgré sa vie de péché, n’est pas jugée. En effet, elle n’a jamais vraiment été provoquée à croire par un témoignage crédible ou par un signe.

Le Jugement se prononce :

  • Au moment où les hommes préfèrent les ténèbres à la lumière. Alors que Vilma lutte contre les ténèbres, se sent glisser vers un abîme ténébreux, elle gémit : « O mon Dieu, je ne supporte plus les ténèbres. Je ne peux pas. [Elle avoue son impuissance.] Montre-moi Ta lumière. » Alors elle contemple « une forte lumière venue d’en haut ». Elle a préféré la lumière aux ténèbres.
  • Au moment où la foi est proposée. Dès que Vilma sera, par une grâce divine, invitée à croire, elle passe un moment critique : va-t-elle être jugée parce qu’elle n’aura pas accueilli la main de Jésus qui se tend ou va-t-elle faire le saut de la foi ? Le Diable lui suggère de ne pas prendre cette main, tandis que la petite assemblée où elle se trouve, chante : « Ao findar o labor desta vida » (« A la fin des travaux de cette vie ») : « Lorsque la mort sera à tes côtés, vers quel destin ira ton âme, quelle sera ta future demeure ? Mon ami aujourd’hui tu as le choix : la vie, la mort, laquelle choisiras-tu ? Demain sera trop tard. Aujourd’hui le Christ veut te libérer. »
  • Au moment où la foi est repoussée. « Le Saint Esprit, Lui, une fois venu, établira la culpabilité du monde en fait de péché, […] parce que [les hommes] ne croient pas en Moi. » (Jn. 17, 8-9)

2. La foi…

… magique ?

La foi en Jésus suffit :

  • A échapper à la perdition. « Dieu a tellement aimé le monde qu’Il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en Lui, ne se perde pas. » (Jn. 3, 16)
  • A échapper au jugement. « Celui qui croit en Lui échappe au Jugement. » (Jn. 3, 18)

… ou ses écueils

Cela semble un peu magique, trop simple. Et parce que l’acte de foi semble simple, la foi peut ne plus être une vie. Alors, l’un de ces écueils est possible :

  • La foi est abandonnée puisqu’elle n’est pas une vie.
  • La foi devient une tradition qui consiste à faire « les choses de la religion ».
  • La foi devient une recherche de la perfection à la force du poignet. C’est ainsi que pourrait être interprété l’appel de S. Paul dans la seconde lettre aux Corinthiens : « Frères, […] cherchez la perfection. » (2 Co. 13, 11)

… réponse à la grâce

Vilma de Souza fait très vite l’expérience de l’inanité d’une perfection acquise à la force du poignet. Alors qu’elle a été profondément blessée par une remarque désobligeante, alors qu’elle a été tentée de reprendre « sa vie d’avant », alors qu’elle se sent à nouveau glisser vers un abîme ténébreux, elle crie vers Dieu. Elle fait l’expérience que sa bonne volonté ne peut la sauver, Lui seul le peut.

La foi…

… éprouvée

Il est curieux de constater que la foi de Vilma est tout de suite très éprouvée. À peine a-t-elle cru que le Père des Cieux émonde sa foi : « Tout sarment qui porte du fruit, [Mon Père] l’émonde. » (Jn. 15, 2) La branche du volontarisme – « j’y arriverai toute seule » – est immédiatement coupée. Il faut que Vilma s’appuie sur Jésus, comme cette femme dont une voisine lui a demandé la mort. L’esprit mauvais en elle lui dit : «  Je t’ai déjà dit que je ne pouvais rien faire à cette femme.  Elle est constamment à genoux devant Dieu, et l’esprit de cette femme est très grand. »

… et son fruit

En d’autres termes, soit la foi en Dieu est grande et produit du fruit, soit elle est petite et n’en produit pas.

  • Ainsi, parce que le roi Ochozias, malade, s’adresse à Baal Zébub, dieu d’Eqrôn, pour guérir, Elie doit lui annoncer qu’il mourra pour n’avoir pas mis sa foi au Dieu d’Israël : « N’y a-t-il pas de Dieu en Israël, que vous alliez consulter Baal Zébub, Dieu d’Eqrôn ? » (2 R. 1, 3)
  • A l’inverse, la foi du prophète Elisée en Dieu est telle qu’il n’est nullement impressionné par une véritable armée, envoyée par le roi d’Aram à Dotân pour le faire prisonnier. « Ah ! Monseigneur, comment allons-nous faire ? » lui dit son serviteur.  « N’aie pas peur, lui répond Elie, car il y en a plus avec nous qu’avec eux. »
  • (2 R. 6, 15) Le Seigneur, à la demande d’Elie, ouvre les yeux du serviteur qui voit : « la montagne […] couverte de chevaux et de chars de feu autour d’Elisée ! » (2 R. 6, 17) Les Araméens, soudainement privés du sens de l’orientation, sont conduits par Elisée au roi d’Israël qui les renvoie chez leur maître. Les Araméens abandonnent alors leurs razzias dont Elisée prévenait le roi d’Israël.

… une marche

Moïse demande au Seigneur de « marcher au milieu de nous ». (Ex. 34, 9) Que Dieu marche au milieu de Son peuple est évident, ce qui l’est moins, c’est la persistance du peuple à marcher avec Dieu et Dieu seulement. Il faut pour cela, ne pas « quitter » Dieu, comme Elisée sut ne pas « quitter » Elie pour recevoir une double part de son esprit. (2 R. 2, 2.4.6), suivre l’Agneau partout où Il va. Le Père des Cieux a tout de suite appris à Vilma ce secret : S’appuyer sur Dieu sans cesse.

 

Prions : « Seigneur, Tu es le Dieu « fidèle » et « vrai » (Ap. 19, 11). Permets que notre foi en Toi soit aussi une foi fidèle, comme la foi de ceux « qui suivent l’Agneau partout où Il va ». (Ap. 14, 4)

 

Oraison jaculatoire : « Tu es le Dieu fidèle, éternellement. »

 

Suggestion : Louer Dieu et Sa grandeur.

 

Questions : Comment votre foi est-elle « éprouvée » par Dieu le Père ? Quel chemin vous a-t-Il fait faire pour que votre foi grandisse ?

Imprimer
Geoffroy de Lestrange
A propos Geoffroy de Lestrange 65 Articles

Le père de Lestrange, curé dans le monde rural, a fait ses études supérieures aux États-Unis. Il y a découvert le Renouveau charismatique catholique ainsi que les églises évangéliques. Bénédictin, puis profès simple chez les frères de Saint-Jean, il a découvert par ces contacts divers, l’importance de la prière pour une nouvelle Pentecôte dans l’Église, souhaitée par tant de papes.

Soyez le premier à commenter