Comment devient-on un disciple de Jésus?

Résumé : Comment devient-on un disciple de Jésus? Être disciple pour Jean diffère grandement des autres évangélistes. C’est en fait demeurer avec Jésus.

Comment devient-on un disciple de Jésus? L’évangile de Jean nous présente les choses de manière très différente des autres évangélistes

Comment devient-on un disciple de Jésus?  On peut s’attendre à une réponse très intéressante parce que Jean se présente lui-même comme le disciple bien-aimé. Donc, comme le parfait modèle du disciple de Jésus. Quand on pense à devenir disciple de Jésus, on pense généralement, spontanément à ce que disent les évangiles synoptiques (les trois autres évangiles : Marc, Matthieu, Luc qu’on entend en continu à la messe du dimanche tandis qu’on entend l’évangile de Jean de manière dispersée durant l’année liturgique).  Que disent les évangiles synoptiques concernant la question de devenir disciple de Jésus? On se souvient, Jésus appelle les disciples et leur dit : « Venez à ma suite et je ferai de vous des pêcheurs d’hommes ». Il prend l’initiative, les appelle en vue de leur confier une mission. « Et laissant tout, ils le suivirent ». Jésus dira plus tard : « Celui qui veut être mon disciple, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive ». Mais dans l’évangile de Jean, il n’est pas du tout question de cela. Les choses se passent complètement différente et presqu’à l’opposé. C’est complémentaire, ça ne s’oppose pas mais c’est vraiment très différent. À la fin du premier chapitre, Jean va raconter sa propre expérience comment il est devenu un disciple de Jésus. Jean et André sont avec Jean Baptiste qui pointe Jésus en disant : « Voici l’Agneau de Dieu » et André et Jean vont suivre Jésus. Déjà, c’est une première différence : c’est eux qui vont vers Jésus. Et Jésus se retourne et leur demande : « Que cherchez-vous? » Vous voyez, deuxième différence : ce n’est pas Jésus qui les interpelle directement mais il les ramène à eux-mêmes, à leur propre désir, à leur désir le plus profond. On dirait en langage moderne : il les ramène à leur quête spirituelle. Donc, il n’est pas question de renoncer à soi mais au contraire, d’être fidèle à soi. Donc, un disciple ce n’est pas d’abord un renoncement mais au contraire c’est être fidèle à soi, être fidèle à ce qu’il y a de plus grand en nous, de plus profond, de plus intime. Et de découvrir que Jésus vient pour combler cette attente intérieure la plus profonde, notre désir d’être aimé.

Comment devient-on un disciple de Jésus? « Que cherchez-vous? »

Qu’est-ce que les disciples vont répondre à cette question : « Que cherchez-vous? » Ils vont donner une réponse extraordinaire qui va beaucoup réjouir le cœur de Jésus : « Maître, où demeures-tu? » Parfois dans les autres évangiles, Jésus va poser des questions comme cela : « Que veux-tu que je fasse pour toi? » Et là en général on va avoir des réponses : « Guéris-moi, Seigneur », « Si tu le veux, tu peux me purifier » « Seigneur, fais que je vois et retrouve la vue ». Mais ici il n’est pas question de cela du tout : « Que cherchez-vous? Maître, où demeures-tu? Nous voulons être avec toi. » C’est cela que nous voulons. Nous ne venons pas pour avoir une guérison mais on vient pour être avec toi. Et c’est la définition même d’un disciple : une personne qui est avec Jésus, qui demeure avec Jésus. Et Jésus va leur dire : « Venez et vous verrez ». Mais en fait, quand Jean rapporte ces paroles de Jésus, il pense à nous les lecteurs. Dans le fond, ces paroles de Jésus s’adressent à nous. « Venez et vous verrez » : venez parcourir tout cet évangile de saint Jean et vous verrez où je demeure. On sait nous qui avons lu tout l’évangile où Jésus demeure? Il demeure dans le cœur du Père et il nous invite à demeurer avec lui. « Demeurez en moi » nous dira Jésus à la fin de l’évangile comme moi je demeure dans le Père. Donc, être disciple, c’est retrouver le désir le plus intime en nous, laisser Jésus le combler et demeurer là avec Jésus.

Comment devient-on un disciple de Jésus? Deux événements-paraboles l’expliquent

Nous arrivons au chapitre 2 et là, avec ses disciples, Jésus va vivre deux événements importants qui sont deux événements-paraboles ou deux événements-enseignements. Car dans l’évangile de Jean, les événements sont toujours des enseignements. À travers un événement, il y a toujours un enseignement, un deuxième enseignement et même un troisième sens. Les deux événements du chapitre deux ont en partie la même signification : tous les deux nous invitent à faire un passage : passage de l’Ancien Testament au Nouveau Testament. D’une manière habituelle à vivre notre religion à une manière nouvelle (la manière de Jésus) la manière des disciples de Jésus.

Comment devient-on un disciple de Jésus? Les noces de Cana

Premier événement : les noces de Cana. Ce sera le premier des miracles de Jésus, premier signe que Jésus va accomplir devant ses disciples : « Jésus était là avec ses disciples ». Le premier miracle de Jésus est fait à l’occasion d’un mariage. Déjà cela nous oriente. C’est clair que Jésus veut entraîner ses disciples dans une relation d’amour. Et qui dit mariage, dit alliance. Toute la tradition biblique nous enseigne que la relation de Dieu avec son peuple est perçue comme une alliance. Et l’alliance dans laquelle évolue le peuple c’est l’alliance du Sinaï : Alliance sur la montagne du Sinaï avec Moïse qui contient deux volets. Le premier volet, ce sont les 10 commandements écrits sur des tables de pierre. Si vous obéissez à ces commandements, je vous bénirai, dit Dieu. Ce sont les clauses de l’Alliance. Mais, il y a aussi un deuxième volet que Dieu a donné sur le Sinaï et qui est très important, ce sont les rites de purification. Parce que Dieu sait très bien que le peuple ne sera pas capable d’obéir aux commandements. Alors, il leur donne tout de suite des rites de purification pour demander le pardon des péchés. Qu’est-ce qui se passe à Cana? Il y a le constat : « il n’y a plus de vin ». Le vin des noces est épuisé. Le vin des noces tel que l’on était habitué de l’avoir est terminé. Il y a quelque chose qu’on connaissait qui ne fonctionne plus. Et il y a un problème que nous ne pouvons pas résoudre humainement. Et peut-être que nous-mêmes sommes épuisés devant un problème qu’on n’arrive pas à régler. Un problème personnel, intérieur, une situation devant laquelle on se sent impuissant. Alors, qu’est-ce que Jésus va faire? Il va faire un miracle, il va changer l’eau en vin. Mais l’évangéliste Jean prend la peine d’apporter beaucoup de détails sur les « jarres » qui vont être utilisées. Il aurait pu dire : il y avait là six jarres vides et Jésus dit : remplissez-les. Mais ce n’est pas cela qu’il dit. Il dit : « Il y avait six jarres de pierre destinées à la purification des juifs ». Est-ce que vous entendez : des jarres de pierre (comme les tables de pierre sur lesquelles sont gravés les commandements) destinées à la purification (donc le deuxième volet de l’alliance des rites de purification) et il y en avait six (sept moins un) sept est la perfection. Donc, on n’a pas la perfection. Vous entendez le message : les commandements gravés sur la pierre et les rites de purification pour les péchés n’aboutiront jamais à notre perfection, n’aboutiront jamais à nous rendre justes devant Dieu, n’aboutiront jamais à nous mériter le Royaume de Dieu. Mais moi, dit Jésus, je vous y conduis avec un vin nouveau, un vin meilleur. Il suffit d’accueillir ma parole et de vous présenter tels que vous êtes avec l’eau de votre humble quotidien devant le maître du repas qui représente le Père. Et donc, devenir disciple c’est entrer dans une relation d’amour qui va tout changer (l’eau du quotidien en vin le meilleur). C’est l’expérience dont on est souvent témoin : quand on tombe en amour, tout est subitement changé. Le même quotidien acquiert subitement une saveur extraordinaire par l’amour, tout change. Alors, Jésus ne propose pas de nouveaux commandements, il ne propose pas un changement moral. Il propose d’entrer dans une relation d’amour et de confiance avec Lui afin que tout soit transformé par Lui et non pas par nos efforts personnels.

Jésus expulse les vendeurs du Temple : les disciples sont invités à offrir leur vie ne sacrifice d’amour

Le deuxième événement : Jésus expulse les vendeurs du Temple. Il y a l’événement. Mais il y a un deuxième sens et c’est Jésus lui-même qui va le donner : « Des juifs interpelle Jésus en disant : Quels signes peux-tu nous donner pour agir ainsi? Jésus leur répondit : « Détruisez ce sanctuaire et en trois jours je le relèverai ». Alors les juifs lui répliquèrent : il a fallu 46 ans pour bâtir ce sanctuaire et toi en trois jours tu le relèverais? Mais lui parlait du sanctuaire de son corps. Après sa résurrection, ses disciples se rappelèrent qu’il avait dit cela. Il y a ici un message très fort et important. Le Temple pour les juifs, c’est extrêmement important. Et pour nous aussi d’ailleurs. On le voit actuellement depuis un an, on est privé de se rassembler à l’église, cela nous fait souffrir. Il ne faut pas banaliser cette souffrance. Jésus a toujours eu un immense respect pour le Temple et les synagogues. Et c’est à cause de ce respect qu’il chasse les vendeurs du Temple. « Ne faites pas de mon Père une maison de commerce. Mais, en même temps, il nous dit quelque chose d’important pour l’avenir. Qu’est-ce qu’un Temple? Un Temple c’est un édifice construit par les hommes afin que Dieu y habite et afin que nous puissions nous y rendre pour rencontrer Dieu, lui rendre un culte et lui présenter nos demandes. Et spontanément, nous nous attendons à ce que si nous avons une bonne vie, Dieu va nous récompenser. C’était cela l’alliance sur le Sinaï : si vous obéissez aux commandements, Dieu va vous bénir. C’est très difficile de sortir de cette mentalité-là. Très difficile sortir de cette manière de penser qui affecte notre pratique religieuse depuis toujours. Peut-être que cela fait 46 ans et plus que je bâtis à coups d’efforts cet édifice de ma vie religieuse, une vie morale, honnête, de prière. Je bâtis cet édifice et Jésus dit : « Détruisez ce Temple, détruisez tout ce que vous avez fait d’efforts … et moi en trois jours je le relèverai. Il parlait du Temple de son corps. Il parlait de sa mort et de sa résurrection. Jésus dit : dans le monde nouveau que je suis en train d’inaugurer, mes disciples ne vont pas me rencontrer dans un temple de pierres, construit de mains d’hommes. Ils ne vont pas me rencontrer d’abord en édifiant leur propre édifice fait avec leurs efforts humains. Mais c’est moi qui va être le lieu de la rencontre avec Dieu. Moi, dit Jésus, ma vie et mon propre corps, moi je suis le nouveau temple. Et dans leur relation avec Dieu, les disciples ne vont pas chercher des récompenses pour leurs bonnes actions mais ils vont désirer me ressembler. Et donc, ils ne vont pas offrir des sacrifices au Temple mais ils vont comme moi s’offrir eux-mêmes en sacrifice d’amour au Père. Offrir leur vie en sacrifice d’amour au Père afin que leur vie soit transformée. Un des beaux exemples de cela est l’acte d’offrande à l’amour miséricordieux de la petite Thérèse de l’Enfant Jésus. St Paul dit aux Romains : « Je vous exhorte mes frères à vous offrir vous-mêmes en sacrifice vivant, saint et agréable à Dieu. Ce sera là votre culte spirituel. »

SOURCE : CHAÎNE YOUTUBE DE NICOLAS TREMBLAY

Imprimer
Nicolas Tremblay
A propos Nicolas Tremblay 42 Articles
Nicolas Tremblay est prêtre dans le diocèse de Joliette.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire