Ce peuple m’honore des lèvres, mais son cœur est loin de moi.

Homélie du 22° Dimanche Ordinaire B : Marc 7, 1-21

SOURCE: Clip "Préparez le chemin du Seigneur" Webtélé ECDQ

Résumé : « Ce peuple m’honore des lèvres, mais son cœur est loin de moi. » Pour Jésus le cœur de l’homme est essentiel. Il désire pour chacun de nous la cohérence et l’unité de tout notre être. Le péché que Dieu abhorre consiste en fait en l’incohérence et la division entre nos pensées, désirs intérieurs et nos paroles et actions extérieures.

La foi superficielle consiste à considérer uniquement notre vie apparente

Aujourd’hui, Jésus veut nous mettre en garde contre le danger de vivre notre foi de manière superficielle. Car c’est ce défaut qu’il reproche principalement aux pharisiens qui se scandalisent du fait que les apôtres ne se lavent pas les mains avant les repas selon la tradition ancestrale. Jésus formule son reproche de manière lapidaire : « Ce peuple m’honore des lèvres, mais son cœur est loin de moi. »

Pour Jésus, c’est le cœur qui est le plus important

À mon avis, la cause profonde du défaut des pharisiens est que ceux-ci jugeaient les personnes uniquement selon l’accomplissement ou non des prescriptions de la Loi. Mais pour Jésus, ce qui est le plus important, ce n’est pas l’accomplissement extérieur de la Loi, mais le cœur de la personne. Ainsi, c’est l’intention et l’amour que la personne a dans son cœur qui donnent la valeur à ses actions selon Jésus. Par exemple, une personne pourrait dire beaucoup de prières durant toute la journée et aller à la messe à tous les jours, mais si elle accomplit ses prières de manière routinière et mécanique sans avoir une intention de foi et d’amour ou simplement afin de se faire voir par les autres ou parce qu’elle cherche à recevoir la louange des autres, alors cette personne honore le Seigneur par ses lèvres, mais son cœur est loin de Lui. C’est pourquoi saint François d’Assise disait : « les lèvres se meuvent en vain si le cœur ne prie pas. »

C’est l’amour qui donne sens et valeur à notre vie

L’important dans la vie chrétienne, ce ne sont pas les actions en elles-mêmes, mais l’amour qui vient du cœur et qui donne de la valeur à nos actions. Le fondateur des Oblats de la Vierge Marie, le père Bruno Lantéri, disait : « Les grandes choses faites avec un petit cœur (c’est-à-dire avec peu d’amour) sont petites; les petites choses faites avec un grand cœur (c’est-à-dire avec beaucoup d’amour) sont grandes.

Nous sommes souvent aveugles à notre péché

Souvent, bien des chrétiens ne fréquentent plus le sacrement de la Réconciliation parce qu’ils ne savent pas quoi confesser. Ils pensent sincèrement qu’ils n’ont pas de péché parce qu’ils n’ont pas volé, tué, blasphémé, menti, parce qu’ils sont fidèles extérieurement à leur conjoint(e) et qu’ils vont à la messe le dimanche. Mais si ces personnes examinaient davantage leurs pensées et leur intention profonde peut-être s’apercevraient-elles que leurs pensées et leur cœur sont remplis de jugements mauvais sur les autres, de mépris, de haine, de désir de vengeance, de jalousie, d’envie, de méchanceté, de mesquinerie et d’orgueil.

Les péchés en pensée, ce n’est pas grave

Peut-être certains diront : mais ces pensées et intentions ne sont pas graves puisqu’ils restent au-dedans de nous. Mais Jésus dans l’évangile dit le contraire car « Tout ce mal vient du dedans, et rend l’homme impur. » Pour Jésus, le cœur est la Source principale du mal et du péché. C’est pourquoi il est très important de garder pur notre cœur. Cela devrait être notre priorité #1 comme chrétien. En fait, quelqu’un qui considère seulement les actions ou les paroles sans considérer les pensées et les désirs du cœur agit comme quelqu’un qui dépoussière les meubles de son logement tandis que les plâtriers et les peintres sont encore à l’œuvre pour le rénover. Cette personne ne se rend pas compte qu’elle dépoussière en vain ses meubles car tant que les ouvriers n’auront pas fini les rénovations la poussière continuera de s’accumuler. De la même manière, il nous faut considérer la source même de notre cœur afin d’être en mesure de combattre efficacement le mal et le péché en nous. Pour Jésus, nos actions et nos paroles devraient être le reflet ou la conséquence de nos désirs et des pensées de notre cœur. La pureté à laquelle nous invite le Seigneur Jésus consiste en fait à vivre en unité cœur, esprit et corps. Quand il y a un écart ou une division entre nos désirs ou pensées et notre vie extérieure (paroles et actions) nous devenons alors des hypocrites comme l’étaient les pharisiens. Cela est comme si nous étions des horloges dont les aiguilles indiquent une heure tandis qu’elle en sonne une autre.

Comment pouvons-nous unifier notre vie et ainsi devenir purs

Nous pouvons nous demander : comment pouvons-nous devenir purs de manière à harmoniser dans la cohérence notre cœur et notre vie? Je répondrais que nous pouvons y arriver de trois façons :

3 façons de nous purifier et devenir unifier :

1°) Il est nécessaire d’être attentif dans la prière aux mouvements qui ont lieu dans notre cœur profond. Car la prière ne consiste pas tout d’abord à dire des paroles à Dieu mais il s’agit plutôt d’écouter attentivement notre cœur profond là où se trouve le Seigneur afin qu’il puisse nous révéler nos pensées mauvaises et nos incohérences de vie. Saint Augustin disait au Seigneur après sa conversion : « Seigneur, avant ma conversion, Tu étais au-dedans de moi tandis que je te cherchais à l’extérieur. »

2°) Pour devenir pur et cohérent, il est nécessaire de mettre en pratique la parole de Jésus : « la vérité vous rendra libres ». En d’autres mots, il faut faire la Vérité avec soi-même en reconnaissant avec humilité que nous sommes impurs et pécheurs. Alors, nous pourrons nous ouvrir à la Miséricorde de Dieu dans le sacrement du Pardon.

3°) Enfin, il est nécessaire de faire une prière d’offrande de nous-mêmes au Seigneur afin qu’il nous transforme et nous purifie. Ainsi, nous pourrons dire à Jésus : prends mon cœur et donne-moi Ton Cœur en échange.

Demandons donc au Seigneur Jésus, par l’intercession de Marie, qu’il nous aide à purifier et à unifier tout notre être. C’est la grâce que nous demandons aujourd’hui.

Imprimer
Gérald Lajeunesse
A propos Gérald Lajeunesse 170 Articles
Le père Gérald Lajeunesse est prêtre et membre de la Congrégation des Oblats de la Vierge Marie (omv). Il est curé de la Mission italienne San Domenico Savio, à Montréal.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire