À quelles oppositions le disciple doit-il s’attendre ?

Retraite de Carême 2021 : 4° jour, 2° entretien

Résumé : À quelles oppositions le disciple doit-il s’attendre ? À l’indifférence; au doute et à la méfiance; à l’abandon de ses proches; aux injures; à l’expulsion du Temple.

Dans l’entretien précédent, nous avons vu dans le récit de la Samaritaine les obstacles qui peuvent nous empêcher d’accéder à la foi en Jésus Christ, Fils de Dieu et Sauveur du monde. Maintenant, nous allons regarder les obstacles ou les oppositions qui se lèvent après qu’une personne ait accéder à la foi et soit devenue disciple de Jésus. En d’autres mots, à quelles oppositions le disciple doit-il s’attendre ?

Nous allons le découvrir à partir d’un autre récit du chapitre 9 de l’évangile de saint Jean : la guérison de l’aveugle de naissance. Je vous invite à lire ce passage avant d’écouter les commentaires que je ferai. Avant de commenter, je fais quelques notes d’introduction. D’abord, quand on lit ce chapitre, une chose saute aux yeux immédiatement, le miracle de la guérison de l’aveugle-né est raconté brièvement (deux petits versets). Jésus fait de la boue, en met sur les yeux de l’aveugle, l’aveugle va se laver à la piscine de Siloé et il revient en voyant. Mais ce miracle raconté très brièvement va ouvrir sur une discussion interminable, une espèce de procès contre Jésus mais à travers l’aveugle qui a été guéri. Deuxièmement, lorsque Jean nous raconte cette guérison un peu comme un baptême : il va se laver dans une piscine en vue d’être illuminé et retrouver la vue. Ce sont les deux sens du baptême : la « purification » par la plongée dans la piscine baptismale pour la purification de nos péchés et « l’illumination ». Par le baptême, nous sommes illuminés par la grâce du Saint Esprit sur le vrai sens de la vie, la vraie identité de Dieu et notre vraie identité à nous-mêmes. Et on considère que le baptême nous illumine nous qui sommes spirituellement aveugles depuis notre naissance. Et troisièmement, ce baptême ou cette guérison se fait au début du récit alors que ce que l’on a vu dans l’enseignement précédent avec la Samaritaine, la proclamation de foi arrivait à la fin du récit : il y avait un long entretien de Jésus avec la femme et finalement la Samaritaine devenait disciple de Jésus à la fin. Alors que dans ce passage, il est disciple de Jésus dès le départ. Donc, on va voir Jean nous dire qu’après le baptême, ne soyez pas surpris si vous rencontrez dans votre vie des oppositions. Parce qu’après avoir été plongé dans la piscine baptismale pour l’illumination et la purification, vous serez plongés dans le monde où la majorité des gens que vous allez rencontrer n’ont pas vécu l’expérience que vous avez vécue. Alors il y aura des oppositions. Ici, le récit met en lumière cinq (5) genres d’oppositions, il pourrait en avoir plus aussi mais j’en ai identifié 5 avec vous.

À quelles oppositions le disciple doit-il s’attendre ? Indifférence des gens

1°) L’indifférence ou la simple curiosité : L’aveugle a été guéri et les gens le voit et disent : « C’est toi qui a été guéri? Qu’est-ce qui s’est passé? » Alors l’aveugle raconte ce qui s’est passé et puis voilà les gens s’en vont. C’est tout. Cela peut être un peu comme cela quand une personne se convertit à cause d’une expérience qui la transforme profondément. On peut la rencontrer et là on lui demande : « Qu’est-ce qui s’est passé? » Et là la personne raconte son expérience avec beaucoup de joie mais on lui dit : « C’est beau pour toi, bravo ». Et ils s’en vont. On sent une certaine indifférence, on ne veut pas trop entrer là-dedans. Et l’événement qui a été le plus important de ma vie apparaît pour les autres comme un fait divers, un fait banal. C’est dur de vivre cela. C’est une épreuve pour notre foi. J’ai rencontré le Christ et cela n’intéresse personne autour de moi.

À quelles oppositions le disciple doit-il s’attendre ? Doute et méfiance

2°) Le doute et la méfiance qui sont exprimés par les pharisiens dès leur première rencontre avec l’aveugle qui a été guéri. Ils vont dire : « Ce n’est pas une expérience de Dieu que tu as vécue parce que le gars qui t’a guéri ne respecte pas le sabbat. Alors cela ne peut pas venir de Dieu ». Et alors l’aveugle va se défendre un peu en disant : « oui, mais si c’est un pécheur, il ne pourrait faire de miracle ». « En tout cas, si j’étais à ta place je ferais attention. Méfie-toi! » La méfiance et le doute : est-ce vraiment une expérience de Dieu que j’ai faite? Les gens, quand tu vis une expérience extraordinaire qui te transforme mais si tu es trop transformé, tu vas passer pour un « illuminé ». On dit cela quelques fois : « Ça c’est un illuminé! » Ce n’est pas très positif cela. Pourtant effectivement, le baptême et la rencontre avec le Christ sont des illuminations. Et on pourrait se demander dans notre monde, pourquoi être illuminé n’est pas bien vu? Ça se peut qu’il y ait de « l’illuminisme », c’est possible cela. Mais une personne illuminée est une personne dont la vie est profondément transformée cela n’est pas négatif en soi. Et peut-être que si on se méfie, c’est parce que l’on a intellectualisé la foi. Quand cela dépasse le petit cadre dans lequel on peut comprendre là, cela nous inquiète. On se méfie par rapport à la foi.

À quelles oppositions le disciple doit-il s’attendre ? L’abandon de ses proches

3°) Une autre expérience très dure : il est abandonné par ses propres parents qui ne veulent pas trop s’en mêler et qui ne veulent pas être trop impliquer dans l’affaire. « Qu’est-ce qui s’est passé dans sa vie? On ne le sait pas trop, demandez-lui. Il est assez grand pour répondre. Qu’il s’organise avec ses affaires ». Quand on vit une expérience de Dieu et qu’on devient disciple de Jésus, cela se peut que des gens qui était proches de nous, notre propre famille, nos propres amis se mettent à nous regarder avec suspicion. Parce qu’ils ne veulent pas être impliqués dans l’affaire : c’est ton affaire mais moi je ne veux pas embarquer dans tes affaires. Et là, ils vont s’éloigner. Une fois encore, l’expérience la plus belle et la plus grande de ma vie fait de moi un lépreux, fait de moi une personne dont on s’éloigne. De la même manière qu’on se méfie de Jésus, de la même manière on se méfie de moi.

À quelles oppositions le disciple doit-il s’attendre ? Des injures et du mépris

4°) Les injures : les pharisiens qui, dans un premier temps, ont mis en doute la guérison de l’aveugle, maintenant ils l’insultent. Ils vont l’enfermer dans son passé et dans les jugements qu’ils vont porter sur lui : « Toi, tu es pécheur depuis ta naissance, et tu veux nous faire la leçon… ». « Tu es pécheur depuis ta naissance » : pourquoi? Vous vous souvenez ce que l’on disait au début du chapitre 9 : les apôtres ont posé la question à Jésus : « qui a péché pour qu’il soit né aveugle? » Donc, on faisait un lien : c’est un aveugle, c’est parce que c’était un pécheur. Et alors, toi qui es un pécheur depuis ta naissance, on t’enferme dans ton passé qui n’est même pas vrai pour t’insulter. On t’insulte pourquoi? Parce que tu es devenu un disciple de Jésus, parce que tu es entré dans la Lumière du Christ, parce que tu parles de ta foi avec assurance. Et cela dérange les gens qui veulent trouver des moyens pour détruire cela.

5°) On l’expulse du Temple : On lui interdit l’accès au Temple. Quand il était aveugle et mendiant, probablement qu’il n’avait pas accès au Temple parce qu’il était comme un taré. Maintenant qu’il est guéri, on lui refuse de nouveau l’accès au Temple. Pourquoi? Parce qu’il est un disciple de Jésus. Et évidemment, quand Jean écrit son évangile en l’an 90, déjà les chrétiens ont été expulsés du Temple et des synagogues. C’était donc prévisible à travers cet aveugle de naissance qui avait été expulsé du Temple. Alors, Jean en nous racontant ce récit nous montre différentes oppositions qui risquent de s’élever contre nous à partir du moment qu’on devient disciple de Jésus et qu’on entre dans sa Lumière. Alors devenir disciple de Jésus c’est une chose (ce qui n’est déjà pas facile comme on l’a vu avec la Samaritaine). Persévérer en tant que disciple, c’est une autre chose qui n’est pas facile non plus. C’est pourquoi pour persévérer dans la foi, nous aurons besoin d’une communauté. Ce sera l’Église. Alors tout de suite après, ce sera au chapitre 10, Jean va rapporter l’enseignement de Jésus sur le Bon Pasteur dans lequel il donne l’image de ce qu’est pour lui l’Église. On va voir cela un peu plus tard dans la retraite. Donc, je vous invite à relire ce chapitre 9 avec les commentaires que je vous ai faits. On le médite et on se laisse toucher au cœur et on le relit dans notre propre vie pour voir les oppositions que l’on a rencontrées nous aussi.

SOURCE : CHAÎNE YOUTUBE DE NICOLAS TREMBLAY

Imprimer
Nicolas Tremblay
A propos Nicolas Tremblay 42 Articles
Nicolas Tremblay est prêtre dans le diocèse de Joliette.

Soyez le premier à commenter