3 conditions pour réussir notre vie selon Jésus

Homélie du 22° Dimanche Ordinaire A : Matthieu 16, 21-27

Résumé: Voici les 3 conditions pour réussir notre vie selon Jésus: pour apprendre à aimer comme Jésus, il faut renoncer à soi-même, prendre notre croix et suivre Jésus.

Habituellement, quand on demande à un jeune homme comment il entrevoit son avenir, celui-ci a en tête bien des projets de carrière car il est normalement confiant qu’il réussira sa vie. Or, dans le cas de Jésus, ce jeune homme de Nazareth semble différent des autres. Dans l’évangile aujourd’hui, Jésus dit : « Jésus commença à montrer à ses disciples qu’il lui fallait partir pour Jérusalem, souffrir beaucoup de la part des anciens, des grands prêtres et des scribes, être tué, et le troisième jour ressusciter. » Nous pouvons nous demander : pourquoi Jésus semble-t-il aussi pessimiste face à son avenir ? Nous pouvons répondre que Jésus est rempli de l’Esprit de Dieu dont les pensées sont souvent fort différentes de celles des humains. 

Les succès, les échecs

Ainsi, ce que nous considérons nous, humains, comme un échec, peut être vu par Dieu comme une réussite. Et inversement, ce que nous voyons comme un succès, peut être considéré comme un insuccès aux yeux du Seigneur. Par exemple, pour bien des gens, réussir sa vie signifie simplement avoir beaucoup d’argent, être puissant et influent dans la société, avoir de la popularité et beaucoup d’amis et vivre très âgés. Mais si nous regardons la vie de Jésus selon ces critères, on doit admettre que Jésus a raté complètement sa vie car il est mort à 33 ans, pauvre, honni de tous et abandonné par tous ses amis. Mais au regard de Dieu, la vie de Jésus a été un véritable succès car il a réussi parfaitement sa mission de Sauveur de l’humanité. Pour le mieux comprendre, il faut savoir que pour Dieu, l’homme réussit sa vie dans la mesure où celui-ci réalise le but pour lequel il a été créé. De la même manière que les créations humaines sont des réussites parce qu’elles atteignent le but pour lequel elles ont été pensées par leur inventeur (l’avion réussit à voler, le téléphone réussit à transmettre les communications, les ciseaux à couper). 

Le but de l’humanité

Or, pourquoi Dieu a-t-il créé l’humanité ? La réponse est toute simple : l’homme a été créé par Dieu pour aimer. Ainsi, nous pouvons dire que nous réussissons notre vie d’homme si nous avons appris durant notre vie à aimer Dieu et notre prochain comme Jésus (l’homme parfait qui a accompli sa vocation pleinement).

3 conditions pour aimer comme Jésus

Cependant, pour réussir notre vie et apprendre à aimer comme lui, Jésus pose 3 conditions :

    1. « Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même » : Pour être capable d’aimer comme Jésus, il faut remettre le gouvernail de notre vie à Dieu notre Père. En d’autres mots, il faut renoncer à nos idées personnelles et à notre volonté propre car nous ne savons pas ce qu’est en vérité l’amour selon Dieu et nous ne savons pas non plus comment aimer à la manière de Dieu. Saint Jean de la Croix disait : « Si tu veux tout, tu dois tenir à rien. » Voici un bel exemple qui illustre cette vérité : savez-vous comment on fait la chasse au singe en Inde ? On fait une boîte en bois que l’on attache solidement à un arbre. Puis, on fait un trou dans la boîte et on dépose une noix dedans. Le trou est assez grand pour laisser passer la main vide du singe mais s’il saisit la noix, son poing est trop volumineux et il ne peut sortir la main de la boîte. Le plus souvent, le singe préfère garder la noix dans sa main jusqu’à ce que le chasseur arrive pour le capturer. C’est un peu ce que nous dit Jésus dans l’évangile : « Quel avantage un homme aura-t-il à gagner le monde entier, si c’est au prix de sa vie ? » Ainsi, le Seigneur nous invite à changer notre façon de penser notre vie et le bonheur que nous désirons. Car pour être heureux, il n’est pas absolument nécessaire de posséder beaucoup de biens matériels. Par contre, il est tout à fait nécessaire d’être capable d’aimer c’est-à-dire, d’être capable de renoncer à soi-même pour le bien des autres.
    2. « Qu’il prenne sa croix. » Le Seigneur ne nous aime pas d’un amour sentimental qui ne coûte rien, c’est-à-dire il n’aime pas seulement ceux qui ont des qualités et qui sont gentils avec lui. Alors, l’amour dont le Seigneur nous invite à vivre est un amour réaliste qui accepte les contrariétés, nos limites personnelles et celles des autres, les imprévus, les difficultés, la maladie et même la mort des êtres chers. C’est un amour qui accepte inconditionnellement la réalité de la vie humaine dans toutes ses facettes. Or, si nous voulons être capables d’aimer sans condition Dieu et nos frères et sœurs, il est nécessaire de demander au Seigneur son aide. Voici une belle prière qui peut nous aider beaucoup : « Mon Dieu, donnes-moi la sérénité d’accepter les choses que je ne peux changer, le courage de changer celles que je peux changer et la sagesse d’en connaître la différence. »

« Et qu’il me suive »

Pour suivre Jésus, il faut fixer notre regard sur lui qui est notre modèle et nous abandonner à Lui dans une confiance totale. Alors le Seigneur s’occupera de nos affaires. A ce sujet, je peux donner mon témoignage personnel : lorsque j’avais 20 ans, un ami m’avait invité à faire les Exercices Spirituels de Saint Ignace de Loyola d’une semaine. J’avais accepté son invitation. Mais voilà que quelques temps avant le début de la retraite, je reçois un coup de téléphone d’un fonctionnaire du gouvernement me disant que j’avais été sélectionné pour un emploi d’été. Ayant besoin de ce travail pour payer mes études, j’ai téléphoné au prêtre qui dirigeait la retraite pour lui communiquer mon empêchement à faire la retraite. Celui-ci m’a répondu de venir quand même faire la retraite et dans l’éventualité que le gouvernement m’appelle, alors je pourrai quitter. J’ai fait comme le prêtre m’avait suggéré et j’ai pu faire toute la retraite sans recevoir aucun appel du gouvernement. D’ailleurs, je n’ai jamais eu d’autre nouvelle de cet emploi d’été gouvernemental. Mais à ma grande surprise, lors de mon retour à la maison, ma mère m’annonça que le voisin me proposait un emploi à son bureau dans le domaine de mes études. Cela fût mon plus bel emploi d’étudiant de toute ma vie. Le Seigneur m’a montré que si j’étais prêt à faire sa volonté, il s’occuperait de mes affaires.

« Alors, il rendra à chacun selon sa conduite »

Nous pouvons donc dire que nous construisons déjà dès maintenant notre réussite éternelle à travers les décisions que nous prenons chaque jour. Demandons au Seigneur de nous donner le courage de mettre en pratique sa Parole afin que nous puissions réussir notre vie :

  • En renonçant à nous-mêmes ;
  • En prenant notre croix chaque jour ;
  • Et en fixant notre regard sur Jésus dans la prière confiante.
Imprimer
Gérald Lajeunesse
A propos Gérald Lajeunesse 161 Articles
Le père Gérald Lajeunesse est prêtre et membre de la Congrégation des Oblats de la Vierge Marie (omv). Il est curé de la Mission italienne San Domenico Savio, à Montréal.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire