Quel regard portons-nous sur nous-mêmes et les autres?

Homélie du 30° Dimanche Ordinaire C : Luc 18, 9-14

Résumé : Quel regard portons-nous sur nous-mêmes et les autres? Est-ce un regard humble ou un regard orgueilleux?

Homélie du Père Gérald Lajeunesse omv le 30e dimanche du temps ordinaire C.

Posted by Paroisse St Enfant Jésus on Sunday, 27 October 2019

Quel regard portons-nous sur nous-mêmes et les autres? Jésus a composé une parabole pour y voir clair

Il y a quelques années, j’ai rencontré un homme qui me disait: « Je pense être meilleur chrétien que beaucoup de ceux et celles qui vont à la messe tous les dimanches. En fait, même si je ne vais pas à la messe le dimanche, au moins moi je fais tout le bien que je peux aux autres (j’aide à une association qui lutte contre la pauvreté, je suis bénévole pour la Croix Rouge, etc…). » Cette personne me fait beaucoup penser à la parabole que Jésus a composée pour ceux « qui étaient convaincus d’être justes et qui méprisaient les autres ».

Quel regard portons-nous sur nous-mêmes et les autres? Qu’est-ce qu’un « homme juste »?

Ainsi, Jésus demande à chacun de nous aujourd’hui: « Pensez-vous être justes? » En d’autres termes: « croyez-vous être des enfants de Dieu dignes de ce nom ? » Or, dans cette parabole, Jésus veut nous apprendre ce que c’est que d’être juste devant Dieu, autrement dit, comment nous devons nous comporter pour être de vrais enfants de Dieu à l’image de Jésus et comment nous pouvons le devenir. Parlant de personne juste, cela me rappelle une petite histoire qu’un prêtre m’a racontée: un jour, un catéchiste de la paroisse a posé cette question à ses enfants: « Qu’est-ce qu’un homme juste? » Un enfant a levé la main et répondit: « Un homme juste est un homme qui est juste dans son pantalon. » Même si la réponse de la bambine était drôle, nous devons admettre qu’elle avait un fond de vérité puisqu’une personne est juste quand elle se voit elle-même et voit les autres comme elles le sont en réalité : sans amplification ni déformation. On dit alors que la personne voit juste. En langage chrétien, nous appelons cette qualité: « l’humilité » qui est en fait le contraire de l’orgueil.

Quel regard portons-nous sur nous-mêmes et les autres? Portons-nous les lunettes de l’orgueil?

Quand une personne est orgueilleuse, elle porte un type particulier de lunettes qui façonnent la réalité: c’est-à-dire que ces lunettes amplifient les défauts des autres tandis qu’elles atténuent les siens. Ainsi, lorsque nous portons ces lunettes spéciales de l’orgueil, nous avons tendance à blâmer les autres et à excuser nos propres fautes. Il y a quelque temps, j’ai lu ce texte dans un magazine: « Quand mon collègue ne termine pas son travail, je me dis: il est paresseux: tandis que lorsque moi je ne finis pas mon travail, je me dis: je suis trop occupé. Quand mon voisin parle en mal d’une autre personne, c’est de la médisance ou pire de la calomnie. Tandis que si moi je parle mal de quelqu’un, c’est de la critique positive et constructive. Quand un ami ne me parle pas, c’est un mépris envers ma personne, tandis que quand moi je ne parle pas à un ami, c’est un oubli. »

Quel regard portons-nous sur nous-mêmes et les autres? Sommes-nous dans l’illusion sur nous-mêmes et les autres?

Le problème avec ces lunettes spéciales de l’orgueil, c’est que nous ne remarquons pas que nous les portons car elles sont invisibles. Si au moins nous voyions que nous portions des lunettes d’orgueil, ce serait déjà la moitié de notre guérison qui serait accomplie. Par exemple, les pharisiens pensaient sincèrement qu’ils étaient bons parce qu’ils faisaient l’aumône, ils donnaient la dîme régulièrement au Temple, ils étaient vertueux, ils étaient fidèles à leur femme, ils faisaient souvent des jeûnes, etc … mais en réalité, ils étaient remplis d’eux-mêmes. Ils oubliaient que tout le bien qu’ils pouvaient faire était en fait un don gratuit de Dieu. Ainsi, les pharisiens pensaient qu’ils n’avaient pas besoin de Dieu et de sa grâce pour faire le bien. C’est pourquoi leurs bonnes actions étaient l’occasion de se glorifier eux-mêmes au lieu de glorifier Dieu qui est la source de tout bien.

Quel regard portons-nous sur nous-mêmes et les autres? La personne humble ne se fait pas d’illusion.

Le publicain, par contre, ne se faisait pas d’illusions. Il avait un cœur humble parce qu’il se voyait lui-même tel qu’il était en vérité. Devant Dieu, il n’avait pas aucune prétention. Il reconnaissait simplement sa pauvreté et son état de pécheur. Aux yeux des hommes, peut-être qu’il ne semblait pas très glorieux, mais aux yeux de Dieu, c’est tout le contraire car son humble prière touchait le Cœur de Dieu et le remplissait de grâce puisque l’humilité est l’une des vertus les plus prisées de Dieu. En fait, Jésus a dit: « Apprenez de moi que je suis doux et humble de cœur. » Le saint Curé d’Ars disait : « L’humilité est comme la chaîne du chapelet: retirez la chaîne et alors, tous les grains du chapelet s’échappent sur le sol. Ainsi, supprimez l’humilité et alors toutes les vertus que nous avons seront perdues. » Or, qu’est-ce que l’humilité? L’humilité, c’est la vérité sur nous-mêmes ni plus ni moins. Ainsi, l’humilité ne consiste pas à s’abaisser soi-même, mais à se laisser relever par la miséricorde de Dieu. Quelqu’un disait que, grâce à l’humilité, nous apprenons que nous ne pouvons pas exister par nous-mêmes mais seulement grâce à Dieu et aux autres. De plus, grâce à l’humilité, nous pouvons découvrir l’amour qui nous enseigne que nous n’existons pas pour nous-mêmes mais pour Dieu et les autres. L’exemple du pharisien et du publicain nous enseigne que personne n’est juste devant Dieu et que le seul moyen de devenir juste est de reconnaître humblement nos péchés pour recevoir le pardon de Dieu dans le sacrement de la miséricorde et ainsi devenir un instrument entre les mains de Dieu afin de manifester sa miséricorde aux autres.

Quel regard portons-nous sur nous-mêmes et les autres? La Vierge Marie peut nous aider à devenir humbles

Demandons donc l’aide de la Vierge Marie (la femme humble par excellence) afin de pouvoir retirer les lunettes de notre orgueil et de notre suffisance en reconnaissant humblement nos péchés dans le sacrement de la réconciliation. Ainsi, nous comprendrons mieux la Parole de l’Évangile: « Qui s’élève sera abaissé, qui s’abaisse sera élevé. »

Imprimer
Gérald Lajeunesse
A propos Gérald Lajeunesse 255 Articles
Le père Gérald Lajeunesse est prêtre et membre de la Congrégation des Oblats de la Vierge Marie (omv). Il est curé de la paroisse St Enfant-Jésus de la Pointe-aux-Tremble, à Montréal.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire