Jésus nous enseigne la véritable humilité qui nous sauve

"Qui s'abaisse, sera élevé"

Résumé : Jésus nous enseigne la véritable humilité qui nous sauve. Une humilité qui nous est préparée par la Sagesse de Dieu. Voilà le chemin sûr de l’Esprit Saint.

Jésus nous enseigne la véritable humilité qui nous sauve : à travers l’attention aux petits détails

Souvent l’évangile corrige notre imagination concernant Jésus. Ainsi, des fois on peut s’imaginer que Jésus était tellement un homme spirituel envahi par sa relation d’Amour avec son Père, qu’il était insouciant des choses pratiques et humaines. On dirait familièrement qu’il avait la tête dans les nuages. Mais l’évangile d’aujourd’hui en particulier nous montre au contraire que Jésus avait bien les deux pieds sur la terre et qu’il était attentif à tout ce qui se passait autour de lui.

Jésus nous enseigne la véritable humilité qui nous sauve : en utilisant nos observations afin de mieux connaître le Royaume de Dieu

« Remarquant que les invités choisissaient les premières places » : On voit bien ici que Jésus avait le sens de l’observation très développé car il savait noter les petites choses pratiques de la vie quotidienne. De la même manière, Jésus avait noté l’offrande de la pauvre veuve dans le temple. Nous aussi nous observons les petites choses de la vie mais c’est souvent pour critiquer et abaisser les autres. Jésus, lui, utilise ses observations afin de mieux nous faire connaître le Royaume de Dieu car son plus cher désir et sa plus grande joie c’est d’aimer et de faire aimer son Père Céleste. Le conseil de Jésus : « Quand tu es invité, ne va pas te mettre à la première place, commence par rester à la dernière place » peut, à première vue, nous paraître une leçon de sagesse assez quelconque, comme un ‘truc’ un peu hypocrite : on se met au dernier rang pour, finalement, se faire remarquer. Si c’était cela, il s’agirait d’une sagesse à la petite semaine, destinée à éviter les affronts publics et à récolter les honneurs humains.

Jésus nous enseigne la véritable humilité qui nous sauve : « Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé »

De quoi Jésus nous parle-t-il aujourd’hui ? D’autre chose que du choix des places au repas de noces. La dernière phrase nous le dit : « Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé ». Il s’agit donc de la « loi » ou de la logique du Royaume. Car c’est l’éternelle tentation de l’homme : s’élever soi-même. « Vous serez comme des dieux » avait dit le tentateur à Adam et Eve. Et ça marche, jusqu’à l’instant où « ils découvrent qu’ils sont nus ». Ils ont voulu s’élever par eux-mêmes et ils se retrouvent dans la pauvreté au ras des pâquerettes.

Jésus nous enseigne la véritable humilité qui nous sauve par son exemple de vie

Le Christ lui-même a connu pareille tentation. Tentation d’être le premier, tentation du « paraître », tentation de faire du sensationnel pour posséder tous les royaumes de la terre. Tout cela, Jésus le pouvait de par sa condition divine. Tout cela, il l’a constamment refusé parce que ce n’est pas la logique du Royaume de Dieu. Au contraire, comme S. Paul le dit : « lui qui était de condition divine, il s’est dépouillé, prenant la condition de serviteur, devenant obéissant jusqu’à la mort, à la mort sur une croix. C’est pourquoi Dieu l’a souverainement élevé… ». En effet, durant toute sa vie, Jésus a constamment choisi la dernière place (Bethléem, Nazareth, il s’est mis dans la longue filée des pécheurs pour être baptisé par Jean le Baptiste et il a été crucifié autour de deux brigands). Ainsi, on a dit que Jésus a tellement pris la dernière place toute sa vie que personne ne pourra plus la lui enlever. Pour Lui, prendre la dernière place, c’était le signe qu’il accomplissait non pas sa propre volonté mais celle de son Père.

Jésus nous enseigne la véritable humilité qui nous sauve et qui nous recrée à chaque jour

Voilà la logique du Royaume. À tout homme, à vous comme à moi, il est offert de l’adopter pour réussir sa vie. Il s’agit, non pas de « se faire soi-même et par soi-même ». L’idéal du chrétien n’est pas le « self-made-man » américain. Mais ce qui nous sauve, c’est l’humilité. Qu’est-ce que l’humilité ? Le mot humilité vient du mot latin « humus » qui signifie la terre. Alors, nous vient à l’esprit le récit de la création de l’homme avec de la glaise. Or, la création n’est pas un fait du passé. C’est tous les jours que Dieu continue de me façonner. À condition bien sûr de me laisser toucher, modifier, transformer par sa grâce. L’humble reconnaît qu’il ne peut rien sans Dieu. C’est pourquoi il désire s’abandonner dans la confiance dans les mains de Dieu car il sait que Dieu l’aime et le conduit sûrement au bonheur éternel.

Jésus nous enseigne la véritable humilité qui nous sauve : une humilité qui nous est préparée par la Sagesse de Dieu

L’humilité n’a rien à voir avec certaines attitudes plus ou moins masochistes. Par exemple, choisir « la dernière place » n’est pas nécessairement choisir la place la moins confortable. Par exemple à l’église, quand vous arrivez en retard et que toutes les places semblent être occupées, regardez bien en avant, très souvent les premières places ne sont pas occupées. C’est cette place que le Seigneur a réservée pour vous. Comme vous le voyez, l’humilité nous permet d’accepter la place qu’on n’aurait peut-être pas choisie spontanément mais qui nous est offerte par la Providence. Charles Péguy nous invite à discerner « entre une humilité que l’on s’est préparée soi-même avec soin et une autre humilité que Dieu dans sa Sagesse nous a préparée de ses mains. Entre une humilité d’exercice si raffinée soit-elle et une humiliation qu’on reçoit sans s’en douter par le travers de la figure. »  

Jésus nous enseigne la véritable humilité qui nous sauve car alors nous sommes sûrement guidés par l’Esprit Saint

La véritable humilité, c’est celle qui accepte volontiers les choses et les situations qu’on ne peut changer comme étant la Volonté de Dieu. Au fond, l’humilité nous permet de nous laisser guider par l’Esprit Saint jusqu’au Royaume des Cieux. Pour cela, il nous faut développer l’attitude du vieux sage Ben Sirac dans la première lecture : « L’idéal du sage, c’est une oreille qui écoute ». Dieu nous guide et nous parle à travers notre conscience et à travers les autres. Il nous faut donc les écouter. L’orgueilleux est celui qui n’a rien à apprendre des autres. Il se suffit à lui-même et n’écoute ni Dieu ni personne. L’humilité est le seul moyen de nous situer en vérité vis-à-vis de Dieu et des autres et ainsi de pouvoir construire un monde plus fraternel.

Jésus nous enseigne la véritable humilité qui nous sauve dans la charité qui donne sans attendre de retour

Enfin, Jésus dans l’évangile nous donne un autre conseil afin de nous aider dans notre discernement pour savoir si nous nous laissons vraiment guider et inspirer par l’Esprit Saint. Il nous dit : « Quand tu donnes un déjeuner ou un dîner, n’invite pas tes amis, ni tes frères, ni tes parents, ni de riches voisins ; sinon, eux aussi t’inviteraient en retour. » Au fond, Jésus nous dit que le signe certain que l’Esprit Saint nous guide, c’est la charité. Et pour être authentique, la charité doit être gratuite i.e. sans attente de retour. Donc, si nous vivons notre vie quotidienne dans l’humilité et la gratuité de la charité, nous pouvons être certains que nous sommes vraiment sur la bonne voie qui mène au Bonheur et à la Vie Éternelle.

Imprimer
Gérald Lajeunesse
A propos Gérald Lajeunesse 254 Articles
Le père Gérald Lajeunesse est prêtre et membre de la Congrégation des Oblats de la Vierge Marie (omv). Il est curé de la paroisse St Enfant-Jésus de la Pointe-aux-Tremble, à Montréal.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire